Atlantide

Atlantis est une ville légendaire décrite par le philosophe grec Platon (c. Atlantis, une civilisation fabuleusement riche et avancée, a été emportée dans la mer et perdue à jamais dans une histoire qui a captivé l'imagination des lecteurs depuis. Sans preuves archéologiques ni informations substantielles de sources autres que Platon, la légende pose plus de questions que de réponses.

Y avait-il une vraie Atlantide ? L'histoire était-elle basée sur l'ancienne civilisation minoenne ? La catastrophe qui a emporté la ville était-elle l'éruption de Théra sur Santorin dans la mer Égée, ou toute l'histoire était-elle une fiction de Platon pour illustrer la gloire de sa propre ville d'Athènes et fournir un exemple moral de ce qui est arrivé aux villes qui sont devenues avides et négligé la primauté du droit? S'il s'agissait d'un véritable État, qui l'a fondé ? Pourquoi en sait-on si peu ? Où est-il maintenant ? Ce sont toutes des questions sans cesse spéculées par les érudits et les passionnés d'histoire sans qu'aucune réponse satisfaisante ne soit jamais atteinte.

Le Timée de Platon

L'histoire de l'Atlantide apparaît pour la première fois dans le livre de Platon. Timée, une de ses dernières œuvres. Le titre du dialogue vient de son protagoniste, un philosophe pythagoricien fictif du sud de l'Italie qui discute de l'âme avec Socrate. Ce dialogue particulier n'est cependant pas philosophique, mais plutôt un exercice de sophistique et implique un très long monologue de Timée sur la création du monde. Des idées philosophiques sont discutées mais la question séculaire se pose de savoir quelles sont exactement les idées de Platon et quelles sont simplement celles de ses personnages ? Le passage sur l'Atlantide est en fait prononcé au début du dialogue par Critias, un sophiste qui a vécu c. 460 à 403 avant notre ère. De manière significative, Critias, comme tous les sophistes (comme Platon lui-même l'a expliqué dans son Phèdre dialogue), présente ses idées avec exagération et embellissements pour capter l'attention de l'auditeur et transmettre l'essence des idées uniquement. Tout est opaque, rien n'est exact. Quels que soient les moyens littéraires nécessaires, ils doivent être utilisés pour exprimer des idées philosophiques complexes et les rendre plus compréhensibles. C'est peut-être dans cet esprit qu'il faut lire le mythe de l'Atlantide.

Platon utilise tous les moyens littéraires nécessaires pour mieux exprimer ses idées philosophiques. C'est peut-être dans cette optique qu'il faut lire le mythe de l'Atlantide.

L'histoire de Critias est introduite par un autre invité Hermocrate (un général historique de Syracuse) qui exhorte Critias à raconter son histoire "qui remonte à loin" (20d). Critias commence par souligner que son histoire est vraie et a été attestée par Solon, l'homme d'État et poète grec qui a vécu c. 640 - ch. 560 avant notre ère. Critias reconnaît que son histoire est « très étrange, mais même ainsi, chaque mot est vrai » (20d). Il dit que Solon l'a raconté à son ami Dropides, l'arrière-grand-père de Critias, et qu'il a été transmis aux générations de la famille. Solon, nous dit-on, a entendu l'histoire lors de ses voyages en Égypte, en particulier par des érudits sacerdotaux à Sais, et avait eu l'intention de la mettre par écrit mais n'en a jamais trouvé l'occasion. Critias aimerait raconter l'histoire car elle illustre l'une des plus grandes réalisations d'Athènes, mais a malheureusement été oubliée au fil du temps en raison de sa grande antiquité, selon les prêtres égyptiens, 9 000 ans avant Platon.

La grande réalisation de cette Athènes antique est décrite par Critias lorsqu'il cite le prêtre s'adressant directement à Solon :

Les archives parlent d'une immense puissance que votre ville a un jour stoppée dans sa marche insolente contre toute l'Europe et l'Asie à la fois - une puissance qui a jailli de l'au-delà, de l'océan Atlantique. Car à cette époque, cet océan était passable, puisqu'il y avait une île en face du détroit que vous dites appeler les « Piliers d'Hercule ». [Détroit de Gibraltar] Cette île était plus grande que la Libye et l'Asie [pour les Grecs à cette époque, l'Asie était le Nil jusqu'à l'Hellespont] réunies, et elle offrait un passage vers les autres îles pour les personnes qui voyageaient à cette époque. De ces îles, on pouvait alors voyager vers tout le continent de l'autre côté, qui entoure cette vraie mer au-delà. Tout ici à l'intérieur du détroit dont nous parlons ne semble rien d'autre qu'un port avec une entrée étroite, alors que c'est vraiment un océan là-bas et la terre qui l'embrasse tout autour mérite vraiment d'être appelée un continent. Maintenant, sur cette île de l'Atlantide, une grande et merveilleuse puissance royale s'est établie et a régné non pas sur toute l'île, mais également sur de nombreuses autres îles et parties du continent. De plus, leur domination s'étendait même à l'intérieur du détroit, sur la Libye jusqu'en Égypte, et sur l'Europe jusqu'en Tyrrhénie [Italie centrale]. Un jour, cette puissance s'est rassemblée et a entrepris d'asservir tout le territoire à l'intérieur du détroit, y compris votre région et la nôtre, d'un seul coup. C'est alors, Solon, que la puissance de votre ville brillait d'excellence et de force, aux yeux de toute l'humanité. Prééminente parmi toutes les autres par la noblesse de son esprit et par son utilisation de tous les arts de la guerre, elle s'est d'abord hissée à la tête de la cause grecque. Plus tard, forcée de rester seule, abandonnée par ses alliés, elle a atteint un point d'extrême péril. Néanmoins, elle a vaincu les envahisseurs et érigé son monument de victoire. Elle a empêché l'esclavage de ceux qui n'étaient pas encore réduits en esclavage et a généreusement libéré tous ceux d'entre nous qui vivaient dans les limites d'Hercule. Quelque temps plus tard, des tremblements de terre et des inondations excessivement violents se sont produits, et après le début d'un jour et d'une nuit insupportables, toute votre force guerrière a coulé sous la terre d'un seul coup, et l'île d'Atlantis a également coulé sous la mer et a disparu. C'est ainsi que l'océan dans cette région est devenu encore aujourd'hui innavigable et inexplorable, obstrué qu'il est par une couche de boue à faible profondeur. Le résidu de l'île au fur et à mesure qu'elle s'installait. (Timée, 24e-25e, trad. D.J.Zeyl)

Critias explique alors que la discussion de la veille avec Socrate (vraisemblablement le République) et parler d'une cité idéale et des institutions politiques proposées par le grand philosophe lui avaient rappelé l'histoire. Il propose alors d'utiliser l'histoire comme base de la discussion de ce jour-là. Socrate est d'accord car c'est juste à ce moment-là la célébration de la déesse protectrice d'Athènes Athéna et, de plus, "ce n'est pas une histoire inventée mais un récit vrai" (26e), dit Socrate. En fait, cependant, l'Atlantide n'est plus mentionnée et Timée procède à un long discours sur l'origine de l'univers et de l'humanité. Aucun des autres personnages ne parle à nouveau.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Critias de Platon

L'histoire de l'Atlantide revient, cette fois plus en détail, dans le livre de Platon Critiques, le dialogue nommé d'après notre sophiste conteur de la Timée. Ce travail fait suite à la conversation de Timée, et maintenant Critias présentera les théories de l'état idéal de Socrate dans le contexte d'une ville réelle, celle d'Athènes il y a 9 000 ans. Il montrera ainsi comment ces institutions ont permis aux Athéniens de vaincre une civilisation technologiquement avancée de l'Atlantide et de prospérer par la suite. Le dialogue est incomplet car le discours de Critias ne va pas jusqu'à la guerre entre Athènes et l'Atlantide et s'arrête au milieu de l'histoire, et le quatrième personnage, Hermocrate, n'a pas son tour de parole, bien que Socrate ait indiqué au début qu'il aurait.

Critias commence son discours ainsi,

Rappelons tout d'abord que, très grossièrement, il y a environ 9 000 ans qu'une guerre est enregistrée comme ayant éclaté entre les peuples habitant à l'extérieur des piliers d'Hercule et tous ceux qui y habitaient. Cette guerre, je dois maintenant la décrire. Maintenant, ils disaient que cette ville d'Athènes était le souverain des peuples [méditerranéens] et s'est battue pendant toute la guerre. Ils disaient aussi que les rois de l'île d'Atlantis étaient les souverains des autres peuples. Cette île, comme nous le disions [en Timée], était autrefois plus important que la Libye et l'Asie réunies. Mais maintenant, à cause des tremblements de terre, il s'est affaissé dans le grand océan et a produit une vaste mer de boue qui bloque le passage des marins qui navigueraient dans le grand océan depuis les eaux grecques et pour cette raison, il n'est plus navigable. (Critiques, 108e-109a, trad. D. Argile)

Atlantis réapparaît quelques pages après une description de la façon dont les dieux Athéna et Héphaïstos ont été donnés pour gouverner Athènes, les débuts de cette ville et de ses anciens rois :

C'est ainsi que Poséidon reçut comme l'un de ses domaines l'île d'Atlantide et il établit des lieux d'habitation pour les enfants qu'il avait engendrés d'une femme mortelle dans un certain endroit de l'île que je vais décrire. (ibid 113c)

Suit alors une description longue et détaillée de l'Atlantide. L'île était montagneuse et s'élevait directement de la mer. Il avait des plaines centrales fertiles avec une colline centrale entourée d'anneaux de mer et de terre qui ont été créés par Poséidon pour protéger son peuple. On nous dit que le premier roi était Atlas et donc la terre appelée Atlantis et l'océan qui l'entoure l'Atlantique. La race a prospéré sur de nombreuses générations et ils ont conquis les terres autour de la Méditerranée.

La terre de l'Atlantide produisait des arbres, des métaux, une nourriture abondante et était habitée par de nombreuses créatures, dont des éléphants. Les habitants de l'Atlantide vivaient bien, ils domestiquaient les animaux, irriguaient leurs cultures, les villes étaient construites avec des ports et de beaux temples, des ponts et des canaux avec des murs et des portes ont été construits pour rejoindre les anneaux de mer autour de l'île. Ces derniers étaient alors décorés de bronze et d'étain ; telle était l'abondance des ressources. Au centre de la ville se trouvait un temple à Poséidon qui était entièrement recouvert d'argent et doté d'un toit d'ivoire. L'ensemble du complexe était alors entouré d'un mur d'or pur et décoré de statues dorées. La ville avait des fontaines d'eau chaude et froide, des bains publics, des gymnases, une piste de course de chevaux et une énorme flotte de navires de guerre. La population était énorme et l'armée pouvait déployer une force de 10 000 chars. Les pratiques religieuses sont ensuite décrites et celles-ci impliquent la poursuite et le sacrifice de taureaux.

Tout simplement, cette course sur Atlantis était la plus peuplée, la plus avancée technologiquement, la plus puissante et la plus prospère jamais vue. Pourtant leur déclin serait rapide et dramatique :

Pourtant, intérieurement, ils étaient remplis d'une soif injuste de possessions et de pouvoir. Mais comme Zeus, dieu des dieux, régnant en roi selon la loi, pouvait clairement voir cet état de choses, il observa cette noble race couchée dans cet état abject et résolu de les punir et de les rendre plus prudents et harmonieux en conséquence de leur châtiment. A cette fin, il appela tous les dieux dans leur demeure la plus honorée, qui se dresse au milieu de l'univers et méprise tout ce qui a part à la génération. Et quand il les eut rassemblés, il dit… (ibid, 121b-c)

Et là, l'histoire est interrompue et le Critiques le texte se termine. Nous savons, cependant, d'après les références précédentes plus tôt dans le Critiques et dans le Timée que l'Atlantide a été vaincue par les Athéniens lors d'une guerre et que l'Atlantide a été emportée dans la mer par des tremblements de terre et des inondations qu'on ne reverra plus jamais.

Interprétation de l'Atlantide

Platon, du moins à première vue, introduit l'histoire de l'Atlantide uniquement pour montrer que l'Athènes antique était une grande ville et que ses habitants, grâce à leur État de droit, étaient capables de défendre leur liberté contre une puissance étrangère agressive. C'est du moins l'intention de Critias, le personnage. Il y a certainement aussi un côté moral à l'histoire, que l'avidité pour la richesse et le pouvoir n'apportera que la destruction.

Comme métaphore, l'histoire d'Atlantis et la victoire d'Athènes peuvent représenter la bataille de Marathon en 490 avant notre ère, lorsque les Grecs avaient vaincu l'armée perse envahissante de Darius. La métaphore des Grecs combattant des « barbares » représentés comme des créatures mythiques telles que les centaures était déjà évidente dans l'art grec avant Platon. Le "forcé de rester seul" fait-il référence à l'absence des Spartiates à Marathon peut-être ?

Et qu'en est-il de l'emplacement physique de l'Atlantide ? Beaucoup considèrent que l'île et sa disparition sont inspirées par l'éruption volcanique, les tremblements de terre et les tsunamis qui en ont résulté sur l'île égéenne de Théra à la fin de l'âge du bronze, qui ont détruit cette culture particulière et coulé la majeure partie de l'île. Thera, avec son vaste réseau commercial et ses beaux-arts, aurait sûrement été considérée comme avancée et prospère par les civilisations contemporaines. Quelle meilleure façon de se souvenir de cette extinction choquante que par un mythe haut en couleurs ? La description des montagnes pures de l'Atlantide correspondrait certainement à celle d'une île volcanique, mais sa taille et son emplacement dans l'Atlantique ne correspondent pas à Thera.

Ensuite, il y a la mention de chasser et de sacrifier des taureaux en Atlantide. Cela pourrait-il faire référence à la pratique bien documentée de la Crète minoenne où le saut de taureau, le culte et l'iconographie imprègnent les archives archéologiques ? Le prochain dialogue de Platon, selon de nombreux érudits, était (par coïncidence ?) intitulé Minos après le roi légendaire de l'île, admiré par Platon pour ses talents de législateur.

Auteurs ultérieurs

D'autres auteurs anciens après Platon se sont intéressés à l'histoire de l'Atlantide à partir de Crantor (vers 335-275 avant notre ère). C'était un philosophe de l'Académie de Platon qui a écrit un célèbre commentaire sur le Timée et considérait que l'histoire d'Atlantis était littéralement vraie. L'Atlantide réapparaît dans l'œuvre du biographe grec Plutarque (vers 45 – vers 125 de notre ère) qui réitère dans sa biographie de Solon que le célèbre législateur avait voulu documenter l'histoire pour la postérité :

Solon a également tenté d'écrire un long poème traitant de l'histoire ou de la légende de l'Atlantide perdue, car le sujet, selon ce qu'il avait entendu des savants de Saïs en Égypte, avait un lien particulier avec Athènes. Il l'abandonna cependant finalement, non pas, comme le suggère Platon, par manque de temps, mais plutôt à cause de son âge et de sa crainte que la tâche soit trop lourde pour lui. (Solon, 75)

Et ainsi de suite au fil des siècles, à travers la Renaissance et les années de Francis Bacon Nouvelle Atlantide, Thomas More utopie, et jusqu'à nos jours avec d'innombrables récits et embellissements, et des théories allant du plausible au ridicule, posées, débattues, rejetées et débattues à nouveau.

L'histoire de l'Atlantide laisse de nombreuses questions qui n'ont comme réponses que des hypothèses alléchantes. Peut-être ferions-nous alors bien de rappeler que Platon n'était pas un historien mais un philosophe, qu'il utilisait fréquemment des comparaisons et des métaphores pour exprimer sa pensée, et que, selon ses propres mots, délivrait de la bouche de Critias : « Il est inévitable, je suppose, que tout ce que nous avons tous dit est une sorte de représentation et de tentative de ressemblance" (Critiques 107b).


L'Atlantide telle qu'elle a été racontée dans les dialogues socratiques de Platon

L'histoire originale de l'île perdue d'Atlantis nous vient de deux dialogues socratiques appelés Timée et Critiques, tous deux écrits vers 360 avant notre ère par le philosophe grec Platon.

Ensemble, les dialogues sont un discours de fête, préparé par Platon pour être dit le jour des Panathénées, en l'honneur de la déesse Athéna. Ils décrivent une réunion d'hommes qui s'étaient réunis la veille pour entendre Socrate décrire l'état idéal.


Atlantide (série)

Atlantide est une série d'histoire alternative écrite par Harry Turtledove. [1] [2] Le point de divergence se produit il y a environ 85 millions d'années lorsque la partie orientale du continent nord-américain se sépare du reste du continent et forme l'Atlantide, un continent séparé plus à l'est dans l'océan Atlantique.

Atlantide
AuteurHarry Tourterelle
PaysÉtats Unis
LangueAnglais
GenreHistoire alternative
ÉditeurLivres Roc
Publié2005–2010 ( 2005–2010 )

En plus des trois romans, deux nouvelles Audubon en Atlantide (2005) et La bande écarlate (2006) ont été écrits avant les romans et ils seront plus tard réimprimés dans la collection de nouvelles de Tourterelles. Atlantide et autres lieux (2010).

Le point de divergence par rapport à notre chronologie se produit il y a environ 85 millions d'années, lorsque la partie orientale du continent nord-américain (constituée en gros de la côte orientale actuelle des États-Unis, de l'extrême sud du Canada, de Cuba et d'Hispaniola, de la Jamaïque, de Porto Rico et de divers petites îles des Caraïbes) se sépare du reste du continent et forme l'Atlantide, un continent séparé plus à l'est dans l'océan Atlantique.

L'histoire resterait plus ou moins la même que dans la vraie vie jusqu'aux environs de 1452, lorsque l'Atlantide est visitée pour la première fois connue par les humains. Les premières personnes connues à arriver sur Atlantis sont le pêcheur breton François Kersauzon et son équipage du Morzen (Français pour Sirène). Il promet à un collègue pêcheur, l'Anglais Edward Radcliffe, de le guider jusqu'à l'endroit en échange d'un tiers de son chargement de morue cette année-là. Radcliffe accepta l'accord et revint finalement avec sa famille et quelques autres pour créer une colonie, New Hastings. Peu de temps après, Kersauzon fonderait sa propre ville, Cosquer, et les pêcheurs basques érigeraient leur propre ville de Gernika au sud. Ces colonies ont à leur tour donné naissance et ont finalement été éclipsées par d'importantes possessions coloniales anglaises, françaises et espagnoles sur l'île.

Les descendants d'Edward Radcliffe joueront un rôle majeur tout au long de l'histoire de l'Atlantide. Alors que la famille Kersauzon continuerait à jouer un rôle dans la société atlantienne, elle serait loin derrière par rapport aux Radcliffes (ou une branche de Radcliffs supprimerait le «e» du nom).

Dans les premières années de la colonisation, Henry, le fils d'Edward Radcliffe, serait la première personne à naviguer sur la côte ouest de l'Atlantide, tandis que le frère d'Henry, Richard, traverserait régulièrement les montagnes Green Ridge à pied.

En 1470, le roi Édouard IV bannit Richard Neville, comte de Warwick, en Atlantide. Le comte tenterait de s'instituer en tant que seigneur de New Hastings. La résistance de Richard Radcliffe a conduit à la mort de son père Edward Radcliffe. Les fils Radcliffe ont pu rassembler suffisamment de soutien pour vaincre et tuer Warwick à la bataille de Strand. Ce serait le premier exemple de rébellion ayant lieu en Atlantide.

Dans les années 1660, Avalon était devenue le foyer d'un certain nombre de pirates, le plus célèbre d'entre eux étant Red Rodney Radcliffe. Lui et son équipage de pirates sur le Main noire lancerait des attaques contre les colonies espagnoles et néerlandaises de Terranova (le nom du reste de l'Amérique du Nord et du Sud) et de l'Atlantide anglaise. Les lignes maritimes à travers le golfe Hespérien couraient un tel danger que l'Angleterre et la Hollande mettraient leurs ressources en commun et travailleraient ensemble. Sous la direction de William Radcliff (le cousin germain du pirate), les pirates d'Avalon ont été battus avec un grand succès.

En 1761, la guerre de Sept Ans en Europe s'était étendue à l'Atlantide, l'Atlantide britannique (anciennement l'Atlantide anglaise) entrant en guerre avec l'Atlantide française et espagnole. Les combats sur le front de l'Atlantide furent finalement brefs par rapport aux autres fronts, bien que lorsqu'ils furent terminés, l'Atlantide française n'était plus et fut absorbée par l'Atlantide britannique.

Victor Radcliff était l'Atlante le plus haut placé du côté britannique. Grâce à ses actions décisives, le commandant britannique Charles Cornwallis a pu vaincre de manière décisive le général français Louis-Joseph de Montcalm (qui a été tué au combat en 1761) et le commandant français atlante Roland Kersauzon.

La victoire dans la guerre a eu des conséquences à long terme. Le coût financier de la victoire était assez élevé pour le Royaume de Grande-Bretagne, et il cherchait à récupérer cette perte en taxant ses sujets atlantes. De plus, l'Atlantide française s'était fortement appuyée sur l'esclavage mobilier, et sa perpétuation était cruciale pour garder les sujets français apaisés, en particulier lorsque les colons britanniques se dirigeaient vers le sud après la guerre.

En 1775, les Atlantes en avaient marre de la fiscalité britannique, et avec cela, la guerre d'indépendance des Atlantes a commencé. La guerre durera trois ans et se terminera en 1778. Avec Victor Radcliff aux commandes, et avec l'aide éventuelle de la France, Atlantis a obtenu son indépendance en tant qu'États-Unis d'Atlantis. À leur indépendance, les États-Unis de l'Atlantide adopteraient un gouvernement républicain basé sur la République romaine.

Bien qu'ils aient obtenu la paix avec les Britanniques, les États-Unis d'Atlantis se sont à nouveau battus avec eux en 1809 après qu'Atlantis ait apporté son aide aux rébellions à Terranova. La guerre de 1809 s'est terminée par un match nul entre l'Atlantide et le Royaume-Uni, bien que l'Atlantide ait sans doute subi une défaite substantielle à plusieurs points.

Les idéaux de la guerre d'indépendance ne se sont pas traduits par la fin de l'esclavage. L'esclavage était jugé trop important dans ce qui était autrefois l'Atlantide française pour qu'on s'en mêle. Il s'est même étendu, lorsque Atlantis a acheté Gernika, la possession atlante du continent espagnol.

Les Atlantes africains asservis et les Terranovans Copperskin ont continué à chercher leur liberté, à travers divers soulèvements qu'ils ont commencés ont été rapidement écrasés. Enfin, en 1852, sous la houlette de Frederick Radcliff, le petit-fils illégitime de Victor Radcliff, l'Atlantide vit une insurrection semblable à la guerre de Sécession, si vaste et si bien organisée qu'elle ne pouvait être réprimée sans que le pays tout entier ne paie un trop lourd tribut. prix cher en sang et en trésor. L'insurrection a forcé le Sénat Atlante à abolir l'esclavage une fois pour toutes.

Le reste du 19ème siècle serait relativement calme en Atlantide. Depuis ses tout débuts, Atlantis a fait semblant d'être égalitariste. Ainsi, des gens du monde entier immigreraient en Atlantide. Il a également mis l'accent sur la tolérance religieuse. Par conséquent, une nouvelle forme atlante de christianisme est apparue au début du XIXe siècle, appelée la Maison de la dévotion universelle. Son fondateur, Samuel Jones, soutenait que Dieu vivait dans tout le monde et que, si nous vivions simplement le bon style de vie, nous pourrions surmonter nos limites et devenir divins. La Chambre était vocalement anti-esclavagiste bien avant la Grande Insurrection. Dans les années 1880, une cabale de l'establishment atlante, dégoûtée par la rapidité avec laquelle la maison s'était développée, a tenté d'impliquer Jones dans le meurtre de plusieurs critiques. Lorsque le complot a été dénoué par un détective-conseil britannique, la société atlante s'est inquiétée du fait que la maison était désormais à l'abri des critiques.

  1. ^"Série Atlantis Uchronia.net".
  2. ^
  3. "PenguinRandomHouse.com Atlantis".
  4. ^
  5. "L'Atlantide d'Ouverture de Fiction.com fantastique".
  6. ^
  7. "Fantastic Fiction.com Les États-Unis d'Atlantis".
  8. ^
  9. "Fantastic Fiction.com libérant l'Atlantide".

Cet article d'un roman d'histoire alternative est un bout . Vous pouvez aider Wikipedia en l'étendant.


Des terres qui vont et viennent

Il semble maintenant que Zealandia et Greater Adria ne soient que deux exemples récents de ce qui était autrefois un processus régulier semblable à celui de l'Atlantide. Les continents n'ont pas toujours été des éléments stables de notre planète, selon le géophysicien de l'Université d'Adélaïde, Derrick Hasterok. Au début de l'histoire de notre planète, il y a plus de 2 milliards d'années, c'étaient des choses fragiles et transitoires, qui s'effritaient facilement, se fracturaient ou s'érodaient simplement.

La raison surprenante de toute cette instabilité ? Radioactivité. La Terre est née avec beaucoup plus d'éléments radioactifs qu'elle n'en a maintenant (beaucoup d'entre eux se sont depuis désintégrés), dit Hasterok, et ces éléments s'accumulent de préférence dans les roches continentales. Lorsque les premiers continents se sont formés, ils ont semé les graines de leur propre disparition. La seule façon dont il sait qu'elles ont jamais existé est le manque curieux de roches à haute radioactivité dans les continents modernes. Ces roches n'existent pas, car les continents sur lesquels ils vivaient ont disparu depuis longtemps.


Atlantide : mythe ou histoire ?

Par Holly Hartman

Pendant des siècles, l'Atlantide a été l'une des légendes préférées du monde occidental, un mélange alléchant de fantaisie et de mystère. Les histoires racontent l'histoire d'un empire riche et glorieux qui a été perdu au profit de la mer, où certains espèrent que ses ruines se trouvent encore, attendant d'être découvertes.

Un paradis perdu

La plupart des informations dont nous disposons sur l'Atlantide proviennent de l'ancien philosophe grec Platon. Il dit que l'Atlantide se trouvait à l'ouest des Colonnes d'Hercule (formations rocheuses du détroit de Gibraltar), dans l'océan Atlantique. Sur cette immense île se trouvait un "grand et merveilleux empire" où des gens courageux et vertueux vivaient dans une sorte de paradis.

Mais cette existence paisible a pris fin lorsque les habitants de l'Atlantide ont commencé à aimer le pouvoir plus qu'ils n'aimaient les dieux. Ils ont fait la guerre au reste du monde, mais ont finalement été vaincus par les Athéniens sages et moraux. Puis, quelque 9 000 ans avant l'époque de Platon, soit environ 9 500 avant notre ère, des tremblements de terre ont fait plonger l'Atlantide dans la mer.

A la recherche de l'Atlantide

Il n'y a aucune preuve que l'Atlantide ait jamais existé. Beaucoup de gens croient que l'Atlantide n'était qu'une légende, racontée par Platon pour louer les valeurs chères à la société athénienne. Mais d'autres pensent que l'île légendaire était fondée en fait. Certains ont fait valoir que l'Atlantide était dans les Amériques, ou dans les îles Canaries, ou en Antarctique. D'autres pensent que l'Atlantide était en fait l'île grecque de Théraa, une théorie alimentée par les récentes découvertes archéologiques.

La théorie de Théra

À la fin des années 1960, le professeur Spyridon Marinatos a découvert les vestiges d'une ville de l'âge du bronze près d'Akrotiri, sur l'île de Théra (Santorin). Les rues, les bâtiments, les poteries et les peintures murales colorées de la ville prouvent qu'il s'agissait d'une société riche, tout comme la civilisation minoenne de la Crète voisine. Mais vers 1500 av.

Théra était-elle le pays de l'Atlantide ? Certains croient que Platon décrivait en effet Thera, mais qu'il s'était trompé sur son emplacement et la date de sa destruction ? ou que les traductions de ses écrits ont été mal comprises. Si Platon n'a pas complètement inventé l'histoire de l'Atlantide, elle a probablement ses origines dans les anciens documents égyptiens qui racontaient les événements de Théra.

Tours Atlantis illimités

Il est facile de comprendre le désir de trouver des preuves archéologiques de l'Atlantide. Qui ne voudrait pas pouvoir visiter les vestiges du paradis sur Terre ? Aujourd'hui, la légende de l'Atlantide aide à amener les touristes à Théra par bateau. Les visiteurs apprécient les plages de sable noir, les sites archéologiques et les spectaculaires falaises volcaniques. Et les plus fatigués peuvent reposer leurs pieds à l'hôtel Atlantis.


Atlantis et les lectures d'Edgar Cayce

Depuis quelques années A.R.E. les membres et l'organisation elle-même ont mené des expéditions à la recherche de ruines ou de vestiges du continent perdu de l'Atlantide. Selon Cayce, l'Atlantide, située du golfe du Mexique à Gibraltar, a été détruite lors d'un dernier événement catastrophique. environ 10 000 av. J.-C. L'objectif d'A.R.E. des efforts ont été déployés dans la région de Bimini, cependant, d'autres emplacements connexes ont également été étudiés. Les recherches sur la soi-disant route Bimini ont été entravées car les chercheurs sont divisés sur l'origine de la structure : certains pensent qu'il s'agit d'une route ou d'une fondation artificielle tandis que d'autres affirment qu'il s'agit de roches naturelles de plage, qui se sont fracturées sur place. Cependant, un fait rarement discuté est qu'une partie de la route Bimini a été supprimée après un ouragan en 1926.

Avant la fin de la dernière période glaciaire (il y a 12 000 ans), les niveaux des océans étaient au moins à 300 pieds en dessous de leurs niveaux actuels. Une vaste "île" était dans la région à cette époque reculée plutôt que des chaînes d'îles. Edgar Cayce a qualifié Bimini de l'un des sommets de l'ancienne Atlantide. Alors que peu de gens considéreraient l'île comme une montagne, il y a 12 000 ans, c'était l'un des points les plus élevés de la vaste formation terrestre de la région. Bimini et l'île d'Andros, situées à environ 100 milles à l'est de Bimini, faisaient partie de la même île en 10 000 av. et est, selon Cayce, recouvert par "la boue des âges". Cette salle des records est identique à celle de l'Egypte sous le Sphinx.

Les archéologues ont rétorqué que les vestiges de la civilisation dans la région ne remontent qu'à 7 000 ans, voire moins. Ils ont affirmé que si une civilisation majeure existait dans la région, certains de ses vestiges se trouveraient sur les terres actuelles. Cette affirmation a un défaut fondamental. Les anciennes civilisations maritimes ont généralement construit leurs villes et leurs ports sur les rives de l'océan. Comme indiqué dans les numéros précédents de Mystères antiques, des archéologues travaillant en Amérique du Sud, sur la côte Pacifique de l'Amérique du Nord, en Inde et ailleurs dans le monde ont découvert les restes de ruines sous-marines. Ces anciennes civilisations maritimes ont construit leurs villes et leurs ports sur des côtes, qui ont toutes été recouvertes par la montée des océans. Compte tenu des récents changements dans l'archéologie nord-américaine et sud-américaine, portant l'histoire de l'habitation dans les Amériques à il y a 50 000 ans, il semble probable que des ruines se trouveraient dans les eaux peu profondes autour de Bimini.

Andrew Collins—Porte d'accès à l'Atlantide

En août 2002, le chercheur britannique Andrew Collins a renouvelé son intérêt pour la recherche de l'Atlantide avec une conférence émouvante lors de la conférence annuelle sur l'Égypte et les civilisations anciennes à Virginia Beach. Le livre de Collins, Passerelle vers l'Atlantide, propose que les principales parties restantes de l'Atlantide se trouvent à l'intérieur et autour de Cuba, en particulier dans la région où de possibles ruines sous-marines ont été découvertes en 2000. Collins a publié cette idée plutôt surprenante avant la découverte des ruines possibles. Collins a également discuté de la possibilité que l'île d'Andros (entre Bimini et Cuba) puisse contenir des ruines de l'Atlantide et il a montré une variété de photos de structures sous-marines prises dans les eaux autour d'Andros. La plupart des photos ont été prises par J. Manson Valentine et plusieurs pilotes dans les années 1960, avant l'existence du GPS. Ainsi, plusieurs des emplacements des ruines ont été perdus.

Comme indiqué dans l'A.R.E. bulletin d'adhésion Mystères antiques, Collins a trouvé plusieurs des photos originales et des articles cubains dans la collection Egerton Sykes de l'A.R.E. bibliothèque pendant la semaine de conférence. Sykes était une autorité mondialement reconnue sur l'Atlantide qui a soigneusement évalué toutes les preuves sur l'Atlantide et mené ses propres expéditions jusqu'à sa mort en 1983. Tous ses livres, manuscrits et documents de recherche sont conservés dans une zone sécurisée de la bibliothèque. Les articles, rédigés en espagnol, ont ensuite été traduits par A.R.E. Fiduciaire, Humberto Martinez, M.D., qui les a lus au public. Les articles détaillaient les efforts déployés dans les années 1950 pour localiser les vestiges de l'Atlantide par des archéologues cubains, qui ont tous été suspendus par la suite en raison de changements politiques. Néanmoins, les informations indiquaient les zones autour de Cuba, y compris Andros et Bimini, comme des sites probables de ruines. Notre recherche d'images satellite a découvert un site à Cuba qui correspond à toutes les déclarations de Platon sur le centre-ville.

Les "ruines" sous-marines cubaines peuvent être en béton

Alors que nous espérons que les "ruines" signalées au large de la pointe extrême ouest de Cuba sont des vestiges de l'Atlantide, nos recherches indiquent que les formations situées sur le fond de 2100 pieds peut être autre chose. Cette zone se trouve à proximité des emplacements des bunkers de missiles guidés de l'ère soviétique et des plates-formes en béton qui ont constitué le problème critique de la crise des missiles cubains de 1962. Nous croyons que les matériaux sur le fond peut être les vestiges de ces bunkers et des silos de stockage qui furent rapidement démantelés par les Soviétiques et déversés. Pratiquement aucune nouvelle information (2004) n'a été publiée sur le site cubain, mais nous gardons espoir que des ruines puissent être identifiées sur le site.

Confirmations génétiques et archéologiques

An additional piece of thoroughly scientific evidence pointing to the probably existence of Atlantis has recently been published in two books: Mound Builders (2001) et Ancient South America (2002). Both books have been authored by Dr. Greg Little, John Van Auken, and Dr. Lora Little. Dans Mound Builders, the authors suggest that the technology many people associate with Atlantis may not be as advanced as thought. In addition, Van Auken and Lora Little's book, The Lost Hall of Records (2000), details finds associated with the migration of Atlanteans to Central America. Updated information on recent archaeological discoveries and genetic evidence have been presented at the annual Ancient Mysteries conference.

It has long been recognized that migration legends from natives in North, Central, and South America support the migration of advanced groups to various locations in the Americas corresponding to Cayce's accounts of Atlantis. In recent years, archaeological work has shown that Cayce's accounts of the Atlantean migrations to the Americas is consistent with the archaeological evidence. Now, however, research on a form of DNA recovered from ancient remains almost perfectly matches Cayce's account. This was an unexpected scientific surprise that appears to support the contention that Atlantis was in the Caribbean area. In particular, what is called "Haplogroup X" by geneticists, has been found in ancient remains in every location in the world where the Cayce readings state Atlanteans fled at three different times (10,000 B.C., 28,000 B.C., and 50,000 B.C.). Amazingly, Haplogroup X—one of 42 major ancient mtDNA groups identified—has not been found in other locations of the world. In addition, another DNA type, called Haplogroup B, appears to be from what Cayce and others have termed the ancient continent of Mu—or Lemuria. We were the first to make this assertion, which has since been embraced by many others. For additional information, see Ancient America and Genetic DNA Research.

A.R.E.'s Satellite Imagery Research of Bimini

In 2001 and 2002, the Edgar Cayce Foundation funded a 640-square km satellite imaging project in the area around Bimini. This research project was completed by Jonathan Eagle. This process allows for the identification of probable underwater structures. The project revealed two types of seemingly "anomalous" formations. Both of these have now been extensively investigated. The results are below:

    "Two" straight lines were seen off NE Bimini and the report to the A.R.E. by J. Eagle suggested that the lines could be walls with sand dunes over them. In mid-2003, Greg and Lora Little visited the site of the lines and discovered that they were simply seaweed growing on the tops of sand channels. Locals were well aware of the sand channels. J. Eagle and Bill Donato visited the lines in July of 2003 and also made the same finding. However, J. Eagle reported that he "felt" a "reverse thermocline" in the area—with cooler water on the surface. Eagle and Donato have suggested that the thermocline and sand channels may be due to some sort of volcanic activity which they say may be somehow connected to a vein of gold Cayce stated was on Bimini. The National Geographic has sponsored an extensive study of the water flows around Bimini and found numerous areas where different temperatures mixed. The thermoclines around Bimini are due to warm water flows swirling with colder water flows. In October 2003, we viewed the large image of the 630 sq km satellite image of Bimini (now posted in the A.R.E. library) and noted at least another dozen "straight lines" to the NE of the two which were investigated. We believe all of these are completely natural and not worthy of further attention, but a few other investigators have plans to visit the underwater lines at NE Bimini to investigate their possible relationship to the gold vein.

Five 2003 expeditions were conducted to Andros. The first expedition examined the underwater circles found off western Andros. The second examined Rebikoff's "e," a strange e-shaped formation in shallow water in extreme northwestern Andros. During this expedition, an underwater "anomaly" was found in North Andros. The third expedition examined this structure as well as visiting the circles at South Bimini. As stated above, the newest expeditions have been to Andros. The most recent information on Andros and Bimini, where the idea that both the Bimini Road and Andros Platform were ancient breakwaters enclosing harbors. One other intriguing possibility about the Bimini Road and Andros Platform exists, and it was suggested to us by archaeologists. Both formations could have been large foundations for buildings. Near the Andros Platform, in water about 12-feet deep, is a large flat area. Lying on the bottom in that area are flat paving stones carefully fitted together. The paving stones are all square and rectangular with the typical size about 2 by 3 feet.

2004 Andros Expeditions

The 2003 expeditions found two important underwater structures at Andros and also found evidence of an ancient temple on the island. In 2004 the first expedition to Andros was made in June. It confirmed the presence of ancient building structures in central Andros and looked at more areas of the underwater platform. Additional expeditions are planned to several areas at and near Andros as well as to an underwater harbor off the Yucatan. These all took place. In brief, an ancient Maya harbor, with a still-existing 1000-foot long breakwater was investigated at Isla Cerritos off Yucatan. The harbor and breakwater were made from slabs of cut beach rock.

Piedras Negras—2004

Piedras Negras, Guatemala is the site of Edgar Cayce's third Hall of Records. (The other two being at Giza— under the Sphinx—and in the Bahamas. In April 2004, we made an A.R.E.-sponsored expedition to Piedras Negras carefully examining most of the ruins. An 83-minute video documentary was made of this expedition.

Andros-Bimini December 2004

In December 2004, we went again to Bimini and Andros, this time with a crew from The History Channel. At Bimini we obtained what may be the best footage ever taken of the Road. We also investigated and filmed what is known as "Proctor's Road," just north of the Bimini Road. Proctor's Road is a straight line of stones extending from the shore toward the Bimini Road site. At the Andros Platform we discovered that the hurricanes had passed directly over the site. Much of the 1000-foot-long, three-tiered platform was under sand. But the hurricanes moved huge amounts of sand from the inner harbor revealing a depth of at least 65 feet. Before the hurricane the harbor was only 25- 35-feet deep. The storms also revealed a deep channel leading into the harbor next to the end of the platform. The channel is cut through the reefs and the bedrock. Research revealed that the harbor has never been dredged and the channel was not cut in modern times.

2005 Bimini Andros Expedition

In May 2005 a joint expedition was taken between the ARE Search for Atlantis team and archaeologist Bill Donato of The Atlantis Organization. A series of amazing discoveries were made during and after the expedition. Results of lab testing of materials gathered on that expedition will be released at the 2005 Ancient Mysteries Conference in Virginia Beach. We also still plan on going to Cay Sal and Anguilla. Another possible trip is being planned to coastal Belize.

2007 Bimini Update

In May and June of 2007, three separate expeditions were carried out in the Bahamas as part of the A.R.E.'s Search For Atlantis Project. The initial report from these expeditions, issued in July, detailed the discovery of several crashed planes, at least one of which was reported missing in the Bermuda Triangle. The second report, issued in August, summarized several unexpected discoveries at Bimini, which included what appear to be rectangular building foundations in 100-feet of water and the remains of a temple consisting of white marble materials. This report summarizes the finds made on and around Andros.

Andros is the largest and most unexplored island in all of the Bahamas. North Andros lies about 150 miles East of Miami. The island is about 105-miles long and 35 miles wide at it widest point. As reported earlier, several land explorations were made on Andros along with numerous water explorations. Week long trips were made to Andros by Drs. Greg & Lora Little in both May and June 2007, both of which began with aerial surveys on portions of the Great Bahama Bank (GBB). The GBB is a massive expanse of a largely flat and shallow bottom extending for nearly 300 miles beginning north of Bimini to some distance south of Andros—just north of Cuba. In general, the water depth of this area averages about 25 feet. During the last Ice Age, the entire GBB was well above sea level. The aerial surveys identified over 30 unusual, dark formations in shallow water on the GBB and the gps locations were taken on each from the air. All but one of these formations was then visited on water with North Andros serving as our base of operations. In addition, side-scan sonar was employed to explore wide areas around Andros and in other areas a remote underwater video camera was used to examine the bottom.

Findings at Underwater Dark Features on the Great Bahama Bank

Thirty dark features (underwater formations) were visited on the Great Bahama Bank, some of which were nearly 50 miles offshore onto the GBB. Ship and plane remains found at some of these sites were detailed earlier. In general, about 75% of all the dark formations are associated with a variety of dumped materials as well as more curious artifacts. For example, one perfectly round white spot in the middle of a dark formation showed what appeared to be a portion of a huge metal anchor sticking up from the bottom. This piece could not be moved by hand. Is the actual ship also buried there? We don't know, but the formation around the anchor is over 500-feet long.

At other dark features we discovered dumped bombs, propane gas cylinders, appliances, and other debris. Bahamas fishermen often enhance a good fishing site by dumping materials to the bottom, thus increasing fish cover. But these formations were of marginal interest to us because our prime interest is in archaeological remains. It has been suggested that these "good fishing spots" may have formed initially because of "something buried under the sand" that allowed the grass to form, however, without extensive excavations, this cannot be determined.

Discovery of the Underwater “Joulter’s Wall”

The most important archaeological find of the 2007 Andros expeditions was a stonewall found in shallow water off an island north of Andros. Numerous interviews with local residents of Andros were made during our trips. One resident told us about a huge, underwater wall that was located in shallow water on the small chain of islands known as Joulters Cays, about 7-miles North of Andros. Joulters is completely uninhabited, and data obtained during the past 20 years has shown that numerous hurricane driven tsunamis, 30-feet and higher walls of water, have swept across the islands. In the 1950s, an attempt was made to form a small community on the southern Joulters island, but it was soon abandoned when a hurricane destroyed the few small, wood-framed homes that had been built. All of Joulters is extremely shallow and boats with a draft of more than two feet simply cannot reach it. However, the approach to the area where the wall is located is even shallower.

From directions given by the local, we found the underwater wall with Eslie and Krista Brown. During the two trips to Andros, we spent four full days at this site, not only filming and photographing the entire "wall," but also exploring the islands from one end to the other. We had to enter the area during high tide as we sped over a mile of water only one-foot deep. We found the wall exactly as described by the Andros resident. She related that she had seen it twice. The first time, in the early 1990’s, a large portion of the wall was intact and partially above water. She saw it the second time after a severe 1990’s hurricane and said that the eye of the hurricane hit that area and destroyed most of the wall and shoreline.

The wall itself is actually located in a small, narrow bay between what appears to be two islands. The bay is 3-7-feet deep, depending on the tide, and has sharks coming in at high tide. From the bay, the wall extends diagonally away from the two islands into water that is one-to-four feet deep ending where sandbars are located and the bottom is barely covered by water. About two miles further, through this shallow water, is the deep Tongue of the Ocean.

The wall is primarily made from square and rectangular limestone blocks that range in length from 3-6-feet, a width of 2-3-feet, and a thickness of 6-inches to 3-feet—with some blocks far larger. The blocks are obviously cut and roughly dressed and rough tool marks are clearly visible on many. There are some smaller, cube-like stones, about a foot square, occasionally found in portions of the intact wall and in places on the bottom. One area of the wall remains fairly intact and is found in water about 6-feet deep. Brushing the sandy bottom underneath the lowest tier of stones revealed more limestone blocks under the visible portion. How far down it extends is unknown. This section of the wall runs approximately 30-feet long and is formed by the massive blocks stacked on top of each other with 2-3 vertical layers of blocks visible. We found about 50 large stone blocks widely scattered in water around this intact portion as if they had been tossed around by huge waves.


Atlantide

The name Atlantis first appears in the writings of Herodotus - he describes the western ocean as "Sea of Atlantis." Then, one generation later, Atlantis is described in detail in the stories Timaeus and Critias by the Greek philosopher Plato. [2] He used this story to help explain his ideas about government and philosophy. Plato was the only ancient writer who wrote specific things about Atlantis. [1]

According to Plato, the Atlanteans lived 9000 years before his own time and were half human and half god. They created a very good human society. When they stopped being good people and did bad things, the gods sent earthquakes and fire to destroy Atlantis. [1]

Many scholars think Plato could have been thinking of a real place when he wrote about Atlantis. Many, many people have thought of many, many places where the real place that inspired Atlantis could have been. For example, there was a Minoan kingdom on the island of Santorini. The Minoan kingdom was very powerful thousands of years before Plato, and their society was damaged when a volcano erupted on their island. [1] According to Plato, Atlantis was very large, as big as North Africa, so it should not have been hard to find. [3]

After the discovery of the Americas, some people in Europe thought they might be Atlantis. [3] However, after Plato, the idea of Atlantis was mostly forgotten until 1882, when a writer named Ignatius Donnelly wrote a book saying that Atlantis was real and that the culture of Atlantis had started many other ancient cultures, such as the Egyptian and Mayan. Then other people became interested in Atlantis. [3] [4]

Atlantis has appeared in many works of fiction. In Marvel Comics, Atlantis is at the bottom of the ocean and exists in modern times, with people who breathe water. Other works of fiction use Atlantis as background. For example, Robert E. Howard set his Conan the Barbarian stories in a fictional time called the Hyborian Age, which began with the destruction of Atlantis and ended when real written history started. [5] [6]


The 'lost' continent

Despite its clear origin in fiction, many people over the centuries have claimed that there must be some truth behind the myths, speculating about where Atlantis would be found. Countless Atlantis "experts" have located the lost continent all around the world based on the same set of facts. Candidates — each accompanied by its own peculiar sets of evidence and arguments — include the Atlantic Ocean, Antarctica, Bolivia, Turkey, Germany, Malta and the Caribbean.

Plato, however, is crystal clear about where Atlantis is: "For the ocean there was at that time navigable for in front of the mouth which you Greeks call, as you say, 'the pillars of Heracles,' (i.e., Hercules) there lay an island which was larger than Libya and Asia together." In other word it lies in the Atlantic Ocean beyond "The pillars of Hercules" (i.e., the Straits of Gibraltar, at the mouth of the Mediterranean). Yet it has never been found in the Atlantic, or anywhere else.

The only way to make a mystery out of Atlantis (and to assume that it was once a real place) is to ignore its obvious origins as a moral fable and to change the details of Plato's story, claiming that he took license with the truth, either out of error or intent to deceive. With the addition, omission, or misinterpretation of various details in Plato's work, nearly any proposed location can be made to "fit" his description.

Yet as writer L. Sprague de Camp noted in his book "Lost Continents," "You cannot change all the details of Plato's story and still claim to have Plato's story. That is like saying the legendary King Arthur is 'really' Cleopatra all you have to do is to change Cleopatra's sex, nationality, period, temperament, moral character, and other details, and the resemblance becomes obvious."

The most obvious sign that Atlantis is a myth is that no trace of it has ever been found despite advances in oceanography and ocean floor mapping in past decades. For nearly two millennia readers could be forgiven for suspecting that the vast depths might somehow hide a sunken city or continent. Though there remains much mystery at the bottom of the world's oceans, it is inconceivable that the world's oceanographers, submariners, and deep-sea probes have some how missed a landmass "larger than Libya and Asia together."

Furthermore plate tectonics demonstrate that Atlantis is impossible as the continents have drifted, the seafloor has spread over time, not contracted. There would simply be no place for Atlantis to sink into. As Ken Feder notes, "The geology is clear there could have been no large land surface that then sank in the area where Plato places Atlantis. Together, modern archaeology and geology provide an unambiguous verdict: There was no Atlantic continent there was no great civilization called Atlantis."

Ignatius Donnelly was certain of his theory, predicting that hard evidence of the sunken city would soon be found, and that museums around the world would one day be filled with artifacts from Atlantis. Yet over 130 years have passed without a trace of evidence. The Atlantis legend has been kept alive, fueled by the public's imagination and fascination with the idea of a hidden, long-lost utopia. Yet the "lost city of Atlantis" was never lost it is where it always was: in Plato's books.


Is there any proof of its existence?

Now, here&rsquos the twist. There is no written record of the existence of Atlantis in the world, except for its mention in the works of the great philosopher, Plato. Even the location of this utopia is a mystery. People have worked through various hypotheses, giving the location they believed it should be. Surprisingly, many of the proposed sites were not in the Atlantic Ocean at all (as you would have guessed from its name, as though the &ldquoAtlantic&rdquo ocean was derived from this ancient culture). Many of the proposed sites corroborate some of the characteristics of the Atlantis story (water, catastrophic end, and a relevant time period). Most of the historically proposed locations are in or near the Mediterranean Sea. Now, this story is getting good&hellip let&rsquos look at various locations that are claimed to be the most likely sites of Atlantis:

The Azores in Portugal is thought to be a sunken city

Plato quoted Egyptian Priests, who believed that Atlantis fought a war with the ancient Mediterraneans, and then sank in 9,400 B.C. Because Atlantis was said to be a large island in the Atlantic Ocean that surrounds the continents, it was thought to be in the mid-Atlantic. Atlantis was said to have colonized much of the world and fought a war with Greece and the Eastern Mediterranean. The sinking of Atlantis left only a few scattered islands&hellip islands such as the Azores, some believe.

The Sahara Desert, and more specifically, the Tassili and Ahaggar Mountains in southern Algeria, Tunisia or both, has been proposed as the actual site of Atlantis. When the French colonized North Africa, they soon discovered that a lost world existed in southern Algeria and that the ancient harbor of Carthage was an exact miniature of the capital of Atlantis described by the Egyptian priests.

Malta has huge ancient structures that are now dated at 9,000 years old or older, and are said by Orthodox archaeologists to be the oldest stone ruins in the world. Malta is now a small rocky island, but it once had elephants and shows evidence of having been destroyed in a huge cataclysmic wave. The island is far too small to have been Atlantis, but it shows that the Mediterranean was a very different place 12,000 years ago.

South America

The ruins of Tiahuanaco. Source- cabinflooresoterica.com

Due to the gigantic ruins in Peru and Bolivia, and the evidence that Tiahuanaco was destroyed in a cataclysm, South America has been proposed as the site of Atlantis by a number of early writers. South America does have huge ruins and is across the Atlantic, but it seems to have risen from sea level, rather than sinking into the ocean.

Location of Atlantis near Britain according to Paul Dunbavin

Recently, researcher Paul Dunbavin proposed that the citadel of Atlantis was located underwater between Wales and Ireland, this area being the &ldquoPlain of Atlantis&rdquo, as described by Plato. Major Dutch cities like Amsterdam and Rotterdam are 40 feet or more below sea level already. They may very well be the sunken cities of the near future.

The location of Atlantis has remained a tantalizing mystery for thousands of years, but very recently (2011), a U.S.-led research team has claimed to have found the legendary lost city of Atlantis. Scientists claim to have pinpointed the exact location of the metropolis under the mud flats in southern Spain. The team of archaeologists and geologists are convinced that Atlantis &ndash swamped by a tsunami &ndash is submerged just north of Cadiz.


During the Isu Era, Atlantis was created to be an indestructible repository of Isu knowledge where both members of the First Civilization and humanity could co-exist. Ώ] The city was originally ruled by the Isu Atlas but he was supplanted by his power-hungry father, the Trident King Poseidon, who gave Atlas and his nine brothers the subordinate position of Archon to manage the city's affairs. ΐ]

Poseidon, as the Dikastes Basileus, the Grand Adjudicator, implemented a cycle system for Atlantis wherein the city would be destroyed and reconstituted afresh every seven years if it was judged to be imperfect, Α] a process which could wipe individuals from existence. Β] He also eventually outlawed the use of experimentation on the city's human residents. Α]

According to one Atlantean myth, a matter which led Poseidon's loathed brother Zeus to visit the city and reprimand Poseidon in person enraged the Trident King so much that he destroyed the very cycle in which the meeting had occurred. Β]

Around the year 422 BCE, the Gateway to the Lost City, which connected Atlantis to the surface world, was visited by the Spartan misthios Kassandra. There, she discovered her biological father, Pythagoras, along with the Staff of Hermes, which had kept him alive for a very long time. Γ] Together, they used the Atlantis artifacts to seal the entrance to the city. Δ]

To help her master the Staff, Kassandra later visited a simulated version of the city, Α] a composite of Isu memories including those of former Dikastes Aletheia Ε] and perceived by Kassandra with Ancient Greek imagery culturally familiar to her. Ζ]


Alternate Realities

Earth-1016

Doom was humanity's final hope against preventing the Atlanteans from slaughtering all of the land dwellers. [citation requise]

Earth-1610

Atlantis was a continent in the mid-Atlantic that sunk centuries ago. The capitol city is in ruins. When the Fantastic Four explored the area, they inadvertently awakened Namor from his tomb. ⏊]

Earth-9047 (The Humorverse)

Atlantis is an underwater civilization known as Atlanticus, and it can be accessed from the Arctic Ocean. It was Namorette's public address until she joined the New Heroes on the Block. ⏋]

Earth-90214

Atlantis is accurately described word-for-word from the first recorded accounts by the Greek philosopher, Plato. The city was located just beside the Pillars of Hercules - known today as the Strait of Gibraltar - and was shockingly advanced for its period in the ancient world, including irrigated canals, marble-built architecture, and hanging gardens. Also, Atlantis possessed the secret power source, Orichalcum, which powered the entire city. However, the Atlanteans were unable to control the Orichalcum as its power was far too great for a superconductor, and eventually creating a vortex that sucked the entirety of Atlantis under the sea. ⏌]

Counter-Earth

Proteus elevated Atlantis above the ocean while attaching every Atlantean in the city to the walls, causing them all to suffocate in the air. [citation requise]

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Atlantide - iL Nuovo Buscetta? La7Documentari (Janvier 2022).