Podcasts d'histoire

Texte de la déclaration de Breda

Texte de la déclaration de Breda


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La Déclaration de Breda a été produite en 1660 et a ouvert la voie à la restauration de la monarchie en Grande-Bretagne. Charles avait habilement déménagé aux Pays-Bas résolument protestants où la déclaration avait été faite à Breda. Le document était suffisant pour convaincre le général George Monck de soutenir le retour de Charles dans ce qui allait devenir l'établissement de restauration.

«Charles, par la grâce de Dieu, roi d'Angleterre, d'Écosse, de France et d'Irlande, défenseur de la foi, etc. À tous nos sujets aimants, de quel degré ou qualité à jamais, salut.

Si la distraction et la confusion générales qui se répandent dans tout le royaume n'éveillent pas tous les hommes à un désir et à un désir que ces blessures qui ont tant d'années ensemble continuent à saigner, peuvent être liées. tout ce que nous pouvons dire ne servira à rien; cependant, après ce long silence, nous avons cru devoir déclarer combien nous désirons y contribuer; et que, comme nous ne pouvons jamais abandonner l'espoir, en temps voulu, d'obtenir la possession de ce droit que Dieu et la nature ont fait notre devoir, nous en faisons donc notre costume quotidien à la Divine Providence, qu'il fera, dans la compassion à nous et à nos sujets, après tant de misère et de souffrances, nous renvoyer et nous mettre dans une possession paisible et paisible de notre droit, avec le moins de sang et de dommages possible pour notre peuple; nous ne désirons pas davantage jouir de ce qui nous appartient, que que tous nos sujets puissent jouir de ce qui leur appartient par la loi, d'une administration pleine et entière de la justice dans tout le pays, et en étendant notre miséricorde là où elle est voulue et méritée.

Et pour que la peur de la punition n'engage personne, conscient de ce qui est passé, à une persévérance dans la culpabilité pour l'avenir, en s'opposant au calme et au bonheur de leur pays, à la restauration du Roi, des pairs et du peuple à leurs droits justes, anciens et fondamentaux, nous déclarons, par ces présents, que nous accordons un pardon libre et général, que nous sommes prêts, sur demande, à passer sous notre grand sceau d'Angleterre, à tous nos sujets, de quel degré ou de telle qualité à jamais, qui, dans les quarante jours suivant la publication des présentes, s’empareront de notre grâce et de notre faveur, et, par tout acte public, déclareront qu’ils le font, et qu’ils reviendront à la loyauté et à l’obéissance de bons sujets; à l'exception uniquement des personnes qui seront exclues ci-après par le Parlement, celles qui seront uniquement exclues. Que tous nos sujets, aussi fautifs qu'ils soient, s'appuient sur la parole d'un roi, solennellement donnée par la présente déclaration, qu'aucun crime, commis contre nous ou contre notre père royal avant la publication de celui-ci, ne pourra jamais être jugé, ou être remis en cause, contre l'un d'eux, à la moindre endamagement d'eux, soit dans leur vie, leurs libertés ou leurs domaines ou (autant que cela dépend de nous) autant que pour le préjudice de leur réputation, par tout reproche ou terme de distinction du reste de nos meilleurs sujets; nous désirons et ordonnons que dorénavant toutes les notes de discorde, de séparation et de différence des partis soient abolies entre tous nos sujets, que nous invitons et invoquons à une union parfaite entre eux, sous notre protection, pour le rétablissement de nos justes droits et le leur dans un Parlement libre, par lequel, sur la parole d'un roi, nous serons avisés.

Et parce que la passion et le caractère non charitable des temps ont produit plusieurs opinions dans la religion, par lesquelles les hommes sont engagés dans des fêtes et des animosités les uns contre les autres (qui, lorsqu'ils s'uniront désormais dans une liberté de conversation, seront composés ou mieux compris), nous déclarons une liberté de tendre les consciences, et qu'aucun homme ne sera inquiété ou mis en cause pour des divergences d'opinion en matière de religion, qui ne troublent pas la paix du royaume; et que nous serons prêts à consentir à une telle loi du Parlement, qui, après mûre délibération, nous sera offerte, pour accorder pleinement cette indulgence.

Et parce que, pendant les distractions persistantes de tant d'années et de tant et grandes révolutions, de nombreuses concessions et achats de propriétés ont été accordés à et par de nombreux officiers, soldats et autres, qui en sont maintenant la possession et qui peuvent être passible d'actions en justice sur plusieurs titres, nous sommes également disposés à ce que toutes ces différences, et toutes les choses relatives à ces subventions, ventes et achats, soient tranchées au Parlement, ce qui peut le mieux assurer la satisfaction équitable de tous les hommes concernés. .

Et nous déclarons en outre que nous serons prêts à consentir à toute loi ou lois du Parlement aux fins susmentionnées et à la pleine satisfaction de tous les arriérés dus aux officiers et soldats de l'armée sous le commandement du général Monk; et qu'ils seront reçus à notre service avec le même salaire et les mêmes conditions que ceux dont ils jouissent actuellement.

Donné sous notre manuel des signes et sceau privé, à notre Cour de Breda, ce 4/14 avril 1660, dans la douzième année de notre règne.



Commentaires:

  1. Armen

    le message sympathique

  2. Darrius

    Aviez-vous mal à la tête aujourd'hui?

  3. Sigwald

    Oui, ça arrive...



Écrire un message