Podcasts sur l'histoire

Morane Saulnier M.S. 406

Morane Saulnier M.S. 406



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Morane Saulnier M.S. 406

Le Morane Saulnier M.S. 406 était le combattant français le plus nombreux au début de la Seconde Guerre mondiale. C'était la version de production du M.S. 405, qui a été développé en réponse à une spécification publiée en 1934. Le premier prototype M.S. 405 a volé le 8 août 1935, propulsé par un moteur Hispano-Suiza 12 Ycrs, marquant le début d'un processus de développement de trois ans.

En avril 1937, une commande fut passée pour cinquante M.S. 406s. Ceux-ci utilisaient le moteur Hispano-Suiza 12Y-31, qui délivrait 860 ch. Il devait être armé d'un canon Hispano-Suiza de 20 mm dans le moteur et de deux mitrailleuses de 7,5 mm dans les ailes. La quatrième pré-production M.S. Le 405, avec le nouveau moteur, effectua son premier vol le 20 mai 1938. À ce moment-là, l'échelle de production avait augmenté massivement. Quatre-vingts avaient été commandés en août 1937, mais en avril 1938, ils furent augmentés de 825.

La production a commencé lentement. Début 1939, douze seulement avaient été livrés au Armée de l'Air. Le rythme s'est accéléré en 1939. En avril, la production était passée à six par jour et, au début de la guerre en septembre, elle atteignait 11 par jour. En tout 1 037 M.S. Les 406 furent achevés avant l'effondrement de la France en juin 1940.

Au début de la guerre, quatre escadres de chasse, chacune avec trois groupes de vingt-cinq avions, étaient équipées du M.S. 406. Cependant, l'avion était déjà obsolète. Entre septembre 1939 et mai 1940, trois de ces groupes avaient déjà été rééquipés d'avions plus modernes, bien qu'un nouveau groupe ait reçu l'avion, remplaçant les Dewoitine D.510 obsolètes. Le 10 mai 229 M.S. Les 406 étaient opérationnels. Pendant la bataille de France, quatre autres groupes ont été rééquipés, deux avec le D.520, un avec le Hawk 75 et un avec le Bloch MB 152. À l'armistice seulement un peu plus de 70 M.S. Les 406 étaient toujours opérationnels.

Le M.S. 406 était à peu près égal au Bf 109D. Malheureusement, cet avion était remplacé par le Bf 109E bien supérieur lorsque la guerre a éclaté. Comparé au Bf 109E, le Morane était 50 mph trop lent, trop légèrement blindé et trop légèrement armé. Si le canon monté sur moteur s'enrayait, le pilote n'aurait plus que les deux mitrailleuses montées sur les ailes. Ces canons avaient une vitesse initiale inférieure à celle des MG-17 utilisés par les Allemands, ce qui leur donnait une portée efficace plus courte, et n'étaient pas chauffés, ce qui signifie qu'ils gelaient souvent en altitude. Le Morane ne transportait également que 300 cartouches par canon. Le seul avantage du Morane était qu'il pouvait surpasser le Bf 109.

Au cours de la bataille de France, 300 Moranes ont été perdus – 100 en combat aérien, 50 à cause des tirs au sol et 150 à d'autres causes, y compris des accidents et des destructions délibérées pendant la retraite. Le M.S. 406 représentaient 269 des 696 victoires confirmées remportées par les chasseurs monomoteurs français avant l'effondrement. Cependant, compte tenu du nombre d'avions impliqués, ses performances n'étaient pas si honorables. Deux fois moins de Curtiss Hawk 75 représentaient 230 victoires, et le petit nombre de Dewoitine D.520 entrés en action en mai et juin en comptaient 114. 406 n'avaient pas la puissance de feu, la vitesse ou le blindage nécessaires lors des batailles de 1940.

Unité

Septembre 1939

10 mai 1940

juin 1940

III/1

D.510 (*)

MME. 406

MME. 406

I/2

MME. 406

II/2

MME. 406

III/2

MME. 406

Faucon 75

I/3

MME. 406

D.520

D.520

II/3

MME. 406

D.520

D.520

III/3

MME. 406

D.520 (conversion)

I/6

MME. 406

II/6

MME. 406

M.B. 152

III/6

MME. 406

I/7

MME. 406

II/7

MME. 406

D.520

D.520

III/7

MME. 406

* formé de 5 Groupes de Chasse Autonome

Statistiques

Moteur : Hispano-Suiza 12Y-31 V-12 moteur refroidi par liquide
Puissance : 860 ch
Envergure : 34 pi 9 ¾ pouces
Longueur : 26 pi 9 ¾ pouces
Poids à vide : 4178 lb
Poids total : 5 600 lb
Vitesse maximale : 302 mph à 16 400 pieds
Vitesse de croisière : 248 mph à 16 400 pieds
Vitesse au niveau de la mer : 248 mph
Plafond : 30 840 pi
Taux de montée initial : 3 543 pieds/minute
Monter à 16 400 pieds : 6 minutes
Portée : 447 milles
Armement : Un canon Hispano-Suize de 20 mm avec 60 cartouches dans le moteur et deux mitrailleuses MAC 1936 de 7,5 mm avec 300 cartouches par canon, une par aile.


L'un des plus nombreux avions de chasse de construction française pendant la Seconde Guerre mondiale, il est devenu un « poster boy » pour l'aviation de chasse de l'Armée de l'Air et le MS406 a suscité l'intérêt des pays étrangers, mais seules la Finlande et la Suisse sont devenues le client à l'exportation. #160avec ces derniers sont en production sous licence. Lorsque le début des hostilités a commencé, il a été immédiatement surclassé par le Messerschmitt Bf 109 de la Luftwaffe et après la capitulation de la France devant les Allemands par armistice, Vichy France a utilisé le chasseur dans les territoires d'outre-mer à la fois en Méditerranée, à Madagascar et en Indochine française, tandis que certains ont été transférés par l'Allemagne vers ce sont des alliés et co-belligérants de la Finlande avec une carrière plus réussie contre les avions soviétiques.

Lors de sa brève apparition dans BattleGroup42, le MS406 n'a servi que d'espace réservé en utilisant un rendu plus ancien de LaGG-3, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par un modèle plus définitif d'avion de chasse français sous la forme du Bloch MB.152 à partir de la version 1.6. .


Design et développement

Origines

Au cours de 1934, le Service Technique de l'Aéronautique (Service Technique Aéronautique) de l'Armée de l'Air française a émis le cahier des charges "C1 design" pour un chasseur intercepteur monoplace nouveau et totalement moderne. [2] Envisagé comme un monoplan avec un train d'atterrissage rétractable, le futur avion de chasse devait servir de remplacement pour l'inventaire existant de l'armée de l'air française de Dewoitine D.371, Dewoitine D.500 et Loire 46. Parmi les différentes compagnies aéronautiques qui se sont intéressées à la spécification, à laquelle était attaché le potentiel d'une commande de production importante, figurait l'avionneur français Morane-Saulnier. [2]

L'équipe de conception de l'entreprise a rapidement prévu qu'une conception de monoplan à aile basse serait capable de fournir le niveau de performance souhaité. Les autres caractéristiques devaient inclure un cockpit entièrement fermé, une hélice à pas variable et des volets d'atterrissage. [2] Il a été décidé de soumettre leur propre réponse à l'exigence, désignée comme le MS405 les travaux de conception ont été dirigés par l'ingénieur en chef de l'entreprise, Paul-René Gauthier. La forme et la configuration de base du M.S.405 ont été vivement disputées, en particulier entre les partisans «traditionnels» des biplans et les partisans «modernes» des monoplans. [2]

Le MS.405 était un monoplan à aile basse de construction mixte, avec une queue en bois recouverte de tissu, mais un matériau métal/bois lié ( Plymax ) peau fixée au tube en duralumin. Plymax consistait en une fine feuille de duralumin liée à une feuille de contreplaqué plus épaisse. Morane-Saulnier avait une longue histoire de production d'avions de guerre remontant aux années d'avant la Première Guerre mondiale, mais dans l'entre-deux-guerres, ils s'étaient davantage concentrés sur des conceptions civiles. L'avion était un départ pour eux, étant leur premier monoplan à aile basse, d'abord avec un cockpit fermé, et le premier design avec train d'atterrissage rétractable. Avant cela, leurs conceptions les plus modernes étaient des monoplans parasols à pignon fixe. [2]

En vol

Le nouveau moteur Hispano-Suiza 12Ygrs 641.3 &# 160 kW (860 &# 160 ch) entraînant une hélice Chauvi&# 232re à deux pas propulsait le premier MS405-1 prototype, qui a volé le 8 août 1935. [8] [2] D'abord piloté par le pilote de voltige français Michel D&#troyat, le premier prototype a démontré les caractéristiques de vol favorables du type dès le début. Les premiers vols d'essai ont été effectués avec un train d'atterrissage fixe, celui-ci a été remplacé plus tard par un homologue rétractable. [2] Après 80 heures de vols d'essai, en janvier 1936, le prototype est livré avec tout le matériel militaire monté au CEMA de Villacoublay pour participer aux essais de service. Le 19 juin 1937, le premier prototype a généré une publicité substantielle lorsque Détroyat l'a fait voler de Paris à Bruxelles, en Belgique, pour être exposé à l'Exposition aéronautique de Bruxelles. [9]

Le développement du M.S.405 s'est déroulé assez lentement. Les tests ont révélé la nécessité de modifier la forme du plan de l'aile et du dièdre, tandis que l'hélice construite par Chauvié a été remplacée par une homologue construite par Levasseur. [2] Le deuxième MS405-2 prototype avec un moteur Hispano-Suiza 12Ycrs 671,1 &# 160 kW (900 &# 160 ch) n'a effectué son premier vol que le 20 janvier 1937, [8] [10] près d'un an et demi derrière le premier prototype. Équipé du nouveau moteur, le deuxième prototype a pu atteindre une vitesse de 443 &# 160 km/h (275 &# 160 mph) lors des essais. [10] En juillet 1937, les deux prototypes ont été transportés par avion au Salon du Bourget. Le 29 juillet 1938, le deuxième prototype est perdu avec son pilote. [10] En mars 1937, après avoir été convenablement impressionné par ses performances démontrées, une première commande de pré-production a été passée pour la construction de 16 prototypes de pré-production, qui devaient intégrer les améliorations de conception apportées à la version précédente. [9]

À la suite de diverses modifications apportées entre les prototypes et l'avion de présérie, le MS406 désignation a été adoptée pour le type. Le 3 février 1938, le premier avion de pré-production effectua son premier vol en décembre 1938, le dernier M.S.406 de pré-production fut livré. [10] L'avion de pré-production a servi à acquérir une expérience à la fois de la fabrication et des essais du type avant la production des M.S.406. Ces 15 avions ont été utilisés à des fins diverses, comme le troisième et le dixième qui ont servi d'exemples aux sous-traitants de la Société nationale des constructions aériennes de l'ouest (SNCAO) et de la Société nationale des constructions aé 233ronautiques du Midi (SNCAM), et les douzième et treizième ont fonctionné comme des prototypes pour les modèles d'exportation suisses D-3801 et D-3800. [10] De multiples variantes de l'avion, y compris certaines qui sont entrées plus tard dans la production de masse, ont d'abord été représentées parmi les avions de pré-production. [dix]

Les deux principaux changements du M.S. 406 étaient l'inclusion d'une nouvelle structure d'aile qui a permis de gagner du poids, et l'installation d'un radiateur rétractable, situé sous le fuselage. Propulsé par le moteur de production HS 12Y-31 de 641,3 &# 160 kW (860 &# 160 ch), le nouveau design était plus rapide de 8 &# 160 km/h (5 &# 160 mph) que le modèle précédent M.S.405. Conçus pour atteindre des vitesses de 489   km/h (304   mph) , les exemplaires ont été testés sans rencontrer aucune difficulté pour atteindre jusqu'à 730   km/h (454   mph) en plongée . L'armement consistait en un canon Hispano-Suiza HS.9 ou 404 de 20   mm (0,787   in) avec 60 cartouches dans le V du moteur et tiré à travers le moyeu de l'hélice, et deux 7,5   mm (0,295   in) mitrailleuses MAC 1934 (une dans chaque aile, chacune avec 300 cartouches). Une faiblesse du MAC 1934 était son fonctionnement à haute altitude. Il a été constaté qu'à des altitudes supérieures à 6 000 &# 160 m (20 000 &# 160 ft) , les canons avaient tendance à geler. Des appareils de chauffage ont ensuite été ajoutés aux canons pour une utilisation en haute altitude. [dix]

La poursuite du développement

Au-delà de la conception de base du MS406, le développement de variantes et de dérivés améliorés a été souligné alors même que la production de masse du type était encore en cours d'établissement. [10] Le plus important d'entre eux était peut-être le MS410, qui a été développé sur la base d'une expérience de combat très précoce acquise au cours de l'automne 1939. Ce modèle comportait un armement renforcé de quatre mitrailleuses MAC 1934 avec 550 coups par canon, qui étaient tous chauffés par de l'air chaud alimenté par un échangeur de chaleur placé sur les échappements du moteur bâbord. [10] Le poste de pilotage comportait un pare-brise modifié afin de permettre l'installation d'un nouvel arrangement de visée à réflecteur, ainsi que l'adoption de commandes électropneumatiques des armements et de dispositions pour le transport de réservoirs de carburant auxiliaires sous l'aile. [dix]

Suite à l'achèvement d'une paire de prototypes, en février 1940, le gouvernement français a émis un arrêté autorisant la mise à niveau en masse de 500 chasseurs MS406 vers le mieux armé, plus fort et plus rapide (509 &# 160 km/h (316 &# 160 mph ) Configuration MS410. [10] La conversion de chaque chasseur a duré 15 jours, mais tous les efforts de conversion ont été arrêtés en mai 1940 en réponse au besoin urgent de mettre en service tous les avions de combat disponibles pendant la bataille de France. contre l'invasion des forces allemandes. Seuls cinq avions MS410 de production complète, ainsi que 150 ensembles d'ailes révisées, avaient été achevés à ce stade. [11]

Production

À la fin des années 1930, il y avait une perception croissante qu'un conflit majeur entre l'Allemagne et la France était non seulement imminent mais de plus en plus inévitable. Dans le cadre des mesures préparatoires, l'armée de l'air française a passé une commande de 1 000 cellules M.S406 courant mars 1938. [2] Cependant, Morane-Saulnier n'a pas pu produire n'importe où près de ce nombre dans sa propre usine, donc une deuxième ligne d'assemblage a été établi dans les usines nationalisées de la SNCAO à Saint-Nazaire afin de produire le type. [12] En avril 1937, une première commande de 50 chasseurs M.S.406 construits par la SNCAO a été passée en août 1937, une commande de suivi de 80 avions a été émise. En avril 1938, en tant que composante de l'armée de l'air française Plan V, une commande importante de 825 M.S.406 est passée aux différentes industries aéronautiques françaises nationalisées. [12]

À la fin de 1938, la production du M.S.406 a commencé. Le premier exemplaire de production a effectué son vol inaugural le 29 janvier 1939. Les livraisons ont été plus entravées par la lenteur des livraisons de moteurs pour propulser le type que par le manque de cellules elles-mêmes alors que des efforts ont été faits pour corriger cela, selon Botquin, le problème d'approvisionnement en moteurs était présent tout au long du programme de fabrication. [12] En avril 1939, les lignes de production livraient six avions par jour, et lorsque la guerre a officiellement éclaté le 3 septembre 1939, le taux de production était passé à 11 avions par jour à cette époque, 535 M.S.406 étaient entrés en service dans l'escadron. [2] Selon l'auteur de l'aviation Gaston Botquin, le taux de production du type était comparable au modèle initial du britannique Hawker Hurricane. [2]

La production avait atteint un sommet de 147 appareils MS406 en août 1939, avant de décliner à mesure que les efforts de fabrication étaient progressivement réorientés vers d'autres appareils, tels que le Lioré et Olivier LeO 45. [12] La fabrication du MS406 était arrêté en mars 1940, date à laquelle la commande initiale de 1 000 chasseurs avait été livrée intégralement à l'armée de l'air française, ainsi que 77 autres avions qui avaient été construits pour des utilisateurs étrangers (30 chasseurs pour la Finlande et 45 pour la Turquie). Des commandes supplémentaires de MS406 qui avaient été passées pour la Lituanie et la Pologne ont été annulées avec le déclenchement de la guerre. [13]

Selon Botquin, le M.S.406 avait attiré une attention étrangère considérable à la fin des années 1930 et avait très tôt montré des signes de promesse commerciale. [4] Au cours de 1937, des négociations étaient en cours entre la France et la Belgique pour entreprendre la production sous licence du type par l'avionneur belge Avions Fairey pour les forces aériennes belges et françaises, mais celles-ci n'ont finalement abouti à rien. Au lieu de cela, le premier client important à l'exportation était la Suisse qui, en septembre 1938, a acquis une licence de fabrication pour le type devant être fabriqué par la société suisse Fabrique fédérale d'avions à Emmen. [4]


Morane-Saulnier M.S.406

Numériquement le plus important chasseur de l'Armée de l'Air au début de la Seconde Guerre mondiale, le MS 406 combinait la conception structurelle et les changements d'équipement appliqués à chaque M.S.405. Les livraisons du M.S.406 ont commencé à la fin de 1938, un rythme de production de six par jour étant atteint en avril 1939, et de 11 par jour quatre mois plus tard. Possédant un armement composé d'un canon de 20 mm monté sur moteur et de deux mitrailleuses de 7,5 mm, le M.S.406 était équipé d'un moteur Hispano-Suiza 12Y31 de 860 ch avec lequel il était nettement sous-alimenté. La production prit fin en mars 1940, date à laquelle l'Armée de l'Air avait pris en charge 1 064 MS406, dont 30 avaient été fournis à la Finlande de décembre 1939 à janvier 1940 et 30 à la Turquie en février-mars 1940. Les achats ultérieurs des autorités allemandes entre fin 1940 et fin 1942 portèrent l'achat total du chasseur Morane-Saulnier par la Finlande à 87 appareils (dont un certain nombre de MS410). Avec l'occupation de la France de Vichy en novembre 1942, les forces allemandes ont acquis 46 M.S.406 supplémentaires qui (à part deux livrés à la Finlande) ont été fournis à l'armée de l'air croate. Les Italiens ont obtenu 52 M.S.406 dont les 25 exemplaires en état de navigabilité ont été livrés à la Regia Aeronautica.

Je n'ai pas de réponse à la question de George sur la vitesse de plongée, mais je suppose que le M.S.406 n'était pas très performant dans ce domaine.
Selon Gaston Botquin, l'auteur de Profile Publications No.147, le M.S.406 était le chasseur français le moins efficace en 1940 par rapport au H75, D.520 ou Bloch 152.
Quelques notes de pilote :
"C'était un avion facile à piloter, maniable et fiable."
"Leur chasseur n'a pu intercepter aucun avion espion volant à haute altitude comme le Dornier Do215B-1."
"Ils (les pilotes) ont eu beaucoup de difficultés à attraper n'importe quel bombardier allemand qui volait à basse altitude parce qu'ils volaient plus vite que le Morane ne peut le faire, même le Do 17. Le seul bombardier qu'elle peut attraper était le Junker Ju 87 Stuka."
"Ils étaient complètement surclassés par le chasseur Messerschmitt Bf 109E."
"Beaucoup de pilotes français avaient perdu leur précieuse vie car cet avion était tout, sauf un vrai avion de chasse."
"Le Morane 406, avec son rayon d'action inconfortable et sa faible vitesse de croisière, était trop en danger dans ce pays, directement sous la menace des avions allemands."
Juste quelques corrections que je voudrais apporter aux spécifications ci-dessus :
1. La superficie de l'aile du M.S.406 est de 172,223 pieds carrés.
2. À 2 450 kg. (5 401 livres), la plage était de 466 ml.
sur 88 gallons de carburant interne.

À quelle vitesse le 406 pourrait-il plonger ? Certains m'ont dit qu'il tremblerait à environ 300 mph et se briserait en plongée avant d'atteindre 400 mph. Et d'autres me disent qu'il pourrait plonger à plus de 450 mph. J'aimerais bien connaître la vérité mais je ne trouve jamais aucune information là-dessus.

C'était quelque peu comparable au Hawker Hurricane, dans la mesure où les deux étaient des conceptions de transition, avec des cellules partiellement recouvertes de métal et partiellement recouvertes de tissu. Cependant, le Hurricane avait des performances et une puissance de feu nettement meilleures. Les Finlandais, qui bénéficiaient d'un accès plutôt limité aux avions modernes, ont acquis un nombre considérable de ces chasseurs par l'intermédiaire de leurs alliés allemands et semblent les avoir assez appréciés, bien qu'apparemment moins que le Brewster Buffalo. Les Finlandais semblent avoir plutôt bien réussi avec ces avions, plutôt mieux que les Français. Mais alors, les Finlandais semblent avoir plutôt bien réussi avec tous les avions qu'ils ont réussi à obtenir, aussi médiocres soient-ils.

Pendant la drôle de guerre entre le 3 septembre 1939 et le 10 mai 1940, l'Armée de l'Air française n'a pas pu faire voler ses chasseurs Morane pendant l'hiver en raison du manque de chauffage de l'aile, à faible vitesse initiale, Mitrailleuses de 7,5 mm. Ils étaient également en train de passer du MS406 au Bloch 152 et au Dewoitine D520. En conséquence, le MS406 était généralement envoyé pour attaquer les colonnes blindées allemandes, mais son moteur refroidi par liquide était alors vulnérable aux tirs antiaériens. Les Français ont perdu environ 300 chasseurs MS 406 pendant la bataille de France dont 150 à cause des avions de la Luftwaffe et des tirs anti-aériens. Le reste a été perdu dans des accidents ou des dommages lors d'évacuations d'aérodromes pendant l'avance allemande. L'avion était sous-alimenté par rapport au Bf109E, il manquait de protection blindée pour le pilote et avait un équipement radio peu fiable. Néanmoins, il était facile à piloter avec une excellente maniabilité et pouvait facilement surpasser un Bf109E en raison de sa charge alaire inférieure. Ses plus grands succès ont été contre les formations Bf110 et Ju88, bien que des victoires sur le Bf109 puissent également être obtenues en fonction des compétences du pilote.
Ces informations sont tirées de « French Fighters of World War II » (livre Escadron/Signal Publications d'Alain Pelletier, daté de 2002).


Aéronefs similaires ou similaires au Morane-Saulnier M.S.406

Avion de chasse monoplan français à aile basse développé et produit par la Société des Avions Marcel Bloch. Il présentait une construction entièrement métallique, avec un train d'atterrissage rétractable et un cockpit entièrement fermé. Wikipédia

Avion de chasse français des années 30. Produit en quantités limitées pour être utilisé comme avion de transition entre le dernier des biplans et les premiers chasseurs monoplans. Wikipédia

Avion de reconnaissance monoplace ou biplace à aile parasol français de la Première Guerre mondiale. Équipé d'une seule mitrailleuse qui tirait à travers l'arc de l'hélice, qui était protégée par des cales déflectrices blindées. Wikipédia

Avion de chasse italien de la Seconde Guerre mondiale développé et fabriqué par la compagnie d'aviation Fiat. Cockpit fermé et train d'atterrissage escamotable. Wikipédia

Avion de chasse monoplan français de la Première Guerre mondiale. Conçu et fabriqué par Morane-Saulnier, le Type N est entré en service en avril 1915 avec l'Aéronautique Militaire désigné sous le nom de MoS-5 C1. Wikipédia

Avion de chasse allemand conçu par Walter et Siegfried Günter. L'un des quatre avions conçus pour concourir pour le contrat de chasse de 1933 de la Luftwaffe, dans lequel il est arrivé deuxième derrière le Messerschmitt Bf 109. Wikipedia

Avion d'entraînement et de liaison quadriplace français conçu et fabriqué par Morane-Saulnier. Basé sur un avion d'entraînement proposé plus tôt, le MS.755 Fleuret. Wikipédia

Avion de chasse français à aile parasol produit par Morane-Saulnier pendant la Première Guerre mondiale. Développé comme un raffinement du concept Morane-Saulnier Type N, et était destiné à remplacer le Nieuport 17 et le SPAD VII en service français, en concurrence avec le SPAD XIII , pour lequel il a été construit comme un back-up. Wikipédia

Avion de chasse de l'armée de l'air française construit par Morane-Saulnier en 1933 pour répondre aux exigences du cahier des charges des avions de chasse de 1930. Échec et a été abandonné en 1934. Wikipedia

Avion de chasse français, construit en 1928 pour concourir à un contrat gouvernemental dans le programme "Jockey". Progressivement modifié pour augmenter sa vitesse, mais en 1930 le concept de chasseur léger est abandonné. Wikipédia

Chasseur monoplace sesquiplane développé et produit par l'avionneur italien Fiat Aviazione. Il a servi principalement dans la Regia Aeronautica italienne avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Wikipédia

Avion de chasse français entré en service au début des années 1940, peu après le début de la Seconde Guerre mondiale. Conçu en réponse à un besoin de 1936 de l'Armée de l'Air française pour un chasseur rapide et moderne avec une bonne vitesse de montée et un armement centré sur un canon de 20 mm. Wikipédia

Avion de chasse monoplan entièrement métallique à cockpit ouvert et à train d'atterrissage fixe conçu et produit par l'avionneur français Dewoitine. Développé pour être un remplaçant plus performant du Nieuport 62. Wikipedia

Les Morane-Saulnier MS.300 et MS.301 étaient des avions d'entraînement d'initiation à l'aile parasol français, volés pour la première fois en 1930. Ils ne différaient que par le type de moteur. Wikipédia

Avion de chasse monoplace britannique des années 30 et 40 qui a été conçu et principalement construit par Hawker Aircraft Ltd. pour servir dans la Royal Air Force . Éclipsé dans la conscience publique par le rôle du Supermarine Spitfire pendant la bataille d'Angleterre en 1940, mais l'ouragan a infligé 60 % des pertes subies par la Luftwaffe dans l'engagement, et a combattu dans tous les principaux théâtres de la Seconde Guerre mondiale . Wikipédia


Morane-Saulnier Mörkö

L'obsolescence croissante du M.S.406 a conduit l'armée de l'air finlandaise à commander, le 22 octobre 1942, l'installation d'un Klimov M-105P dans une cellule du M.S.406. Le moteur M-105P, dérivé du HS 12Y, offrait 1 100 chevaux au décollage, et une quantité substantielle de ce groupe motopropulseur, ainsi que des hélices VTSh-61P appropriées, avait été capturé par la Wehrmacht et était disponible pour les Finlandais. Un canon MG 151 de 20 mm a été monté entre les rangées de cylindres, un refroidisseur d'huile Bf 109G a été adopté, un capot moteur aérodynamiquement amélioré a été introduit et, avec un certain renforcement structurel local, la conversion du prototype a été effectuée le 4 février 1943 sous le nom de Mörkö ( Ghost) ou Mörkö-Moraani. Des essais réussis ont abouti à la décision de ramener tous les combattants M.S.406 et M.S.410 survivants au standard Mörkö, mais seulement deux autres ont été achevés avant la fin du conflit finno-soviétique. Néanmoins, le programme de conversion s'est poursuivi et, le 21 novembre 1945, les chasseurs Morane-Saulnier restants avaient été modifiés, portant à 41 le nombre total de Mörkö livrés dans l'inventaire finlandais. Ceux-ci ont conservé les deux ou (dans le cas de la conversion MS410) quatre mitrailleuses de 7,5 mm montées sur les ailes, mais la pénurie du canon MG 151 a nécessité le remplacement de cette arme montée sur moteur par une mitrailleuse Berezina UB de 12,7 mm dans certains avions. . Le Mörkö resta en service jusqu'au 11 septembre 1948, date à laquelle les survivants furent entreposés et mis au rebut quatre ans plus tard.

parce que les moteurs étaient essentiellement les mêmes que ceux utilisés dans les chasseurs soviétiques Lagg 1 et Lagg 3.

Quelqu'un sait combien de cartouches ont été transportées pour le mg 151 ?

L'adoption du groupe motopropulseur Klimov a rendu les avions MS 406 et MS 410 en Finlande un peu plus utilisables. À l'époque, les avions étaient surnommés "Lagg-Moranes", car les moteurs étaient essentiellement les mêmes que ceux utilisés dans les chasseurs soviétiques Lagg 1 et Lagg 3.


Fichier : Morane-Saulnier M.S.406 lähtemässä partiolennolle, Äänislinna, Viitana 17.3.1942.jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant18:23, 7 février 20205 000 × 3 335 (3,38 Mo) Velivieras (discuter | contributions) Tarkempi versio.
18:16, 7 février 2020 />500 × 334 (19 Ko) Velivieras (discuter | contributions) Page créée par l'utilisateur avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Informations sur les aéronefs Morane-Saulnier M.S.406


Rôle : Combattant
Fabricant : Morane-Saulnier
Premier vol : 8 août 1935 (M.S.405)
Introduit : 1938
Utilisateurs principaux : Armée de l'air française Armée de l'air finlandaise Armée de l'air suisse Armée de l'air turque
Nombre construit : 1 176

Le M.S.406 était un avion de chasse français de l'Armée de l'Air construit par Morane-Saulnier à partir de 1938. Numériquement, c'était le plus important chasseur français au début de la Seconde Guerre mondiale.

Bien que robuste et très maniable, il était sous-alimenté, faiblement armé et manquait de protection blindée complète par rapport à ses contemporains. Plus important encore, il a été surpassé par le Messerschmitt Bf 109E pendant la bataille de France. Le MS406 a tenu bon au début de la guerre (la soi-disant drôle de guerre), mais lorsque la guerre a repris pour de bon en 1940, 387 ont été perdus au combat ou au sol (pour diverses raisons) pour 183 morts en revenir. Le type a eu plus de succès entre les mains des forces aériennes finlandaises et suisses qui ont développé des modèles indigènes.

En 1934, le Service Technique Aéronautique (Service Technique Aéronautique) de l'Armée de l'Air a émis un besoin pour un nouveau chasseur monoplace complètement moderne (appelé conception C1), avec une configuration monoplan et train d'atterrissage rentrant.

La réponse de Morane-Saulnier fut le M.S.405, un monoplan à aile basse de construction mixte, avec une queue en bois recouverte de tissu, mais une peau en métal / bois (Plymax) liée fixée à des tubes en duralumin. Plymax consistait en une fine feuille de duralumin liée à une feuille de contreplaqué plus épaisse. Morane-Saulnier avait une longue histoire de production d'avions de guerre remontant aux années d'avant la Première Guerre mondiale, mais dans l'entre-deux-guerres, ils s'étaient concentrés sur des conceptions civiles. L'avion était un départ pour eux, étant leur premier monoplan à aile basse, leur premier avion avec un cockpit fermé et leur premier design avec un train d'atterrissage rétractable. Avant cela, leurs conceptions les plus modernes étaient des monoplans parasols à pignon fixe.

Le nouveau moteur Hispano-Suiza HS 12Y-grs de 860 ch (641 kW) entraînant une hélice Chauvixère à deux pas propulsa le premier prototype M.S406-1, qui vola le 8 août 1935. Le développement fut très lent, et le second Le prototype MS406-2 avec un moteur HS 12Y-crs de 900 ch (671 kW) ne vola que le 20 janvier 1937, soit près d'un an et demi plus tard. Avec le nouveau moteur, le chasseur a atteint 275 mph (443 km/h), assez rapidement pour obtenir une commande pour 16 autres prototypes de pré-production, chacun comprenant des améliorations par rapport à la version précédente.

Le résultat de ces changements fut le M.S.406. Les deux principaux changements ont été l'inclusion d'une nouvelle structure d'aile qui a permis de gagner du poids et d'un radiateur rétractable sous le fuselage. Propulsé par le moteur de production HS 12Y-31 de 860 ch (641 kW), le nouveau design était plus rapide de 8 km/h (5 mph) que le 405, à 489 km/h 304 mph). L'armement consistait en un canon Hispano-Suiza HS.9 ou 404 de 20 mm avec 60 cartouches dans le V du moteur et tiré à travers le moyeu de l'hélice, et deux mitrailleuses MAC 1934 de 7,5 mm (une dans chaque aile, chacune avec 300 cartouches) . Une faiblesse du MAC 1934 était son fonctionnement à haute altitude. Il a été constaté qu'à des altitudes supérieures à 20 000 pieds, les canons avaient tendance à geler. Des radiateurs ont été ajoutés aux canons pour une utilisation en haute altitude.

Alors que les 406 entraient en service en 1939, une série de mises à niveau a été lancée pour améliorer la conception. Le résultat fut le M.S.410, qui comprenait une aile plus solide, un radiateur fixe plus simple à la place de la conception rétractable précédente, quatre canons MAC alimentés par courroie à la place des deux armes à tambour précédentes et des éjecteurs d'échappement pour une poussée supplémentaire. La poussée supplémentaire a augmenté la vitesse de pointe à 316 mph (509 km/h), une amélioration d'environ 10 mph (16 km/h) par rapport à la 406.

La production venait de commencer lorsque la France est tombée, et seulement cinq exemplaires avaient été achevés. La production a été autorisée à se poursuivre sous la supervision allemande, convertissant les 406 précédents au standard 410, mais beaucoup d'entre eux n'ont reçu que les nouvelles ailes.

Un seul exemplaire du M.S.411 a été construit en convertissant le 12e avion de la ligne de pré-production avec l'aile 406 et le moteur HS 12Y-45 de 1 000 ch (746 kW). Une modification ultérieure a été lancée sous le nom de M.S.412 avec le moteur HS 12Y-51 de 1 050 ch (783 kW), mais cela n'a pas été achevé à la fin de la guerre.

En 1939, Hispano a commencé les livraisons de prototypes du nouveau moteur Hispano-Suiza 12Z de 1 300 ch (969 kW). L'un a été monté sur un 410 modifié pour créer le M.S.450, offrant des améliorations spectaculaires des performances, en particulier en altitude. Cependant, le moteur n'est pas entré en production avant la chute de la France, et le Dewoitine D.520 modifié de la même manière (le D.523/D.551) a de toute façon été considéré comme une meilleure conception pour le moteur.

La cellule M.S.406 a également été utilisée dans un certain nombre d'autres projets. Le M.S.430 était un entraîneur à deux places construit en insérant une "prise" dans le fuselage central avec un cockpit supplémentaire pour le pilote stagiaire, et en utilisant le moteur radial Salmson 9 beaucoup moins puissant de 390 ch (291 kW). Le M.S.435 était une version plus puissante avec le moteur Gnome-Rhxène 9K de 550 ch (410 kW).

Image - D-3801, une copie sous licence suisse du MS-406

Photo - Morane D-3801 J-143 (Association Morane Charlie-Fox)

En 1938, la Suisse a autorisé le M.S.406 pour la production locale sous le nom de D-3800. Deux des échantillons de pré-production MS405 ont été achevés en tant que MS406H et leur ont été envoyés en tant qu'avion modèle à la fin de 1938 et au début de 1939. Ces exemples avaient la conception d'aile antérieure du 406, mais étaient propulsés par les nouveaux moteurs 12Y-31 comme utilisé par le MS.406.

Pre-production started with a run of eight aircraft from EKW with engines built by Adolph Saurer AG driving a new Escher-Wyss EW-V3 fully-adjustable propeller. Instruments were replaced with Swiss versions and the drum-fed MAC machine guns with locally-designed and built belt-fed guns, so eliminating the wing-bulges of the French version, and avoiding the freezing problems encountered by French guns. The first of these aircraft was completed in November 1939. The pre-production models were then followed with an order for a further 74 examples, which were all delivered by 29 August 1940. In 1942, a further two were assembled with spares originally set aside for the original production run.

During 1944, surviving aircraft were modified with new cooling and hydraulic installations, and were fitted with ejector exhausts. These modifications were the same standard as the D-3801 series, making them identical with the exception of the engine installation. At the end of the war the remaining aircraft were used as trainers, until the last one was scrapped in 1954.

The Swiss continued development of the MS.412 when French involvement stopped following the June 1940 Armistice. The Dornier-Altenrhein factory completed a prototype powered with a licenced-produced HS-51 12Y engine, generating 1,060 hp (791 kW) together with the fixed radiator and revised exhausts as tested on the MS.411, in October 1940. The new type retained the armament changes and other improvements introduced on the D-3800. This series was put into production in 1941 as the D-3801 with continued deliveries until 1945 with 207 completed. Another 17 were built from spares between 1947 and 1948. Reliabity of the new engine was at first extremely poor, with problems with crankshaft bearings causing several accidents. The engine problems slowed deliveries, with only 16 aircraft produced in 1942 and a single aircraft delivered in 1943. The engine problems were eventually resolved in 1944. With 1,060 hp from the HS-51 12Y, the speed was boosted to 535 km/h (332 mph), roughly equivalent to the D.520 or the Hurricane. Weights were between 2,124-2,725 kg. After being retired from operational use as a fighter when the North American P-51 Mustang was acquired in 1948, the type remained in service as a trainer and target tug until 1959.

The D-3802 was based on MS.540, with a total new engine, the Sauer YS-2 (1,250 cv). The prototype flew in the fall 1944. This aicraft had several shortcomings, but it was capable of 630 km/h. 12 were produced and knew a limited use by Fliegerstaffel 17 and some other units.

The last development of this aircraft was the D.3803, with Sauer YS-3 (1,500 hp), and modified dorsal fuselage (with an all-round visibility canopy). The D.3803 was armed with three HS-404 20 mm gun (one in the nose, two in the wings), plus up to 200 kg bombs and rockets. Despite not having a powerful engine, the type reached 680 km/h at 7,000 m. The performance were impressive, but the last development of this 1935 fighter design had several shortcomings and was not entirely successful. Its development was halted as P-51D Mustangs became available.

Picture - Finnish Morane-Saulnier MS.406, MS-325 of 2/LeLv 28, based at Viitana, winter 1941-1942

By 1943 Finland had received their original 30 aircraft, as well as an additional 46 M.S.406s and 11 M.S.410s purchased from the Germans. À ce stade, les chasseurs étaient désespérément obsolètes, mais les Finlandais étaient si désespérés d'avoir des avions en état de marche qu'ils ont décidé de lancer un programme de modification pour amener tous leurs exemples à un nouveau standard.

The aircraft designer Aarne Lakomaa turned the obsolete "M-S" into a first rate fighter, the Mx rkx -Morane (Finnish for Bogey or Ogre Morane), sometimes referred to as the "LaGG-Morane". Powered by captured Klimov M-105P engines (a licensed version of the HS 12Y) of 1,100 hp (820 kW) with a fully-adjustable propeller, the airframe required some local strengthening and also gained a new and more aerodynamic engine cowling. These changes boosted the speed to 326 mph (525 km/h). Other changes included a new oil cooler taken from the Bf 109, the use of four belt-fed guns like the M.S.410, and the excellent 20mm MG 151/20 cannon in the engine mounting. However, supplies of the MG 151 were limited, and several received captured 12.7mm Berezin UBS guns instead.

The first example of the modified fighter, MS-631, made its first flight on 25 January 1943, and the results were startling: the aircraft was 40 km/h (25 mph) faster than the original French version, and the service ceiling was increased from 10,000 to 12,000 m (32,800 to 39,360 ft).

Originally it was planned to convert all the 41 remaining M.S.406s and M.S.410s with the Soviet engine, but it took time, and the first front-line aircraft of this type did not reach LeLv 28 until July/August 1944. By the end of the Continuation War in 1944, only three examples had been converted (including the original prototype). Lieutenant Lars Hattinen (an ace with six victories) scored three kills with the Mx rkx -Morane. More fighters arrived from the factory, though, and the Mx rkx -Moranes took part in the Lapland War as reconnaissance and ground attack aircraft. Not all the Mx rkx -Morane conversions were completed before March 1945, when the entire re-engining programme was halted. Après la fin de la guerre, le total a été porté à 41, qui ont servi d'entraîneurs avancés avec TLeLv 14 jusqu'en septembre 1948. En 1952, tous les Moranes finlandais restants ont été mis au rebut.

In late 1930s a war with Germany was clearly looming, and the Arm e de l'Air placed an order for 1,000 airframes in March 1938. Morane-Saulnier was unable to produce anywhere near this number at their own factory, so a second line was set up at the nationalized factories of SNCAO at St. Nazaire converted to produce the type. Production began in late 1938, and the first production example flew on 29 January 1939. Deliveries were hampered more by the slow deliveries of the engines than by lack of airframes.

By April 1939, the production lines were delivering six aircraft a day, and when the war opened on 3 September 1939, production was at 11 a day with 535 in service. Production of the M.S.406 ended in March 1940, after the original order for 1,000 had been delivered to the Arm e de l'Air, and a further 77 for foreign users (30 for Finland and 45 for Turkey). Additional orders for Lithuania and Poland were canceled with the outbreak of the war.

The MS 406 equipped 16 Groupes de Chasse and three Escadrilles in France and overseas, and 12 of the Groupes saw action against the Luftwaffe. The aircraft was very manoeuvrable and could withstand heavy battle damage, but was outclassed by the Bf 109 and losses were heavy (150 aircraft lost in action and 250-300 lost through other causes). After the armistice, only one Vichy unit, GC. 1/7, was equipped with the MS. 406.

Germany took possession of a large number of M.S.406s and the later M.S.410s. The Luftwaffe used a number for training, and sold off others. Finland purchased additional M.S.406s (as well as a few 406/410 hybrids) from the Germans, while others were passed off to Italy and Croatia. Those still in French hands saw action in Syria against the RAF, and on Madagascar against the Fleet Air Arm. Both Switzerland and Turkey also operated the type the Swiss actually managing to down a number of both German and Allied aircraft, 1944-1945. During the Pacific campaign, Vichy authorities in French Indochina were engaged in frontier fighting against Thai forces from 1940-1943. A number of M.S.406s stationed in Indochina downed Thai fighters before the French Air Force's eventual abandoning of the theatre in March 1943. Some examples of the M.S.406 were captured by the Thai Air Force.

The M.S.406 had a parallel career in Finland, during the Winter War and, in modified form, during the later Continuation War. Total Finnish kills amounted to 121. The top Morane ace in all theatres was W/O Urho Lehtovaara, with 15 of his 44.5 total kills achieved in Moranes. The Finnish nicknames were Murjaani (blackmoor), a twist on its name, and Mx timaha (roe-belly) and Riippuvatsa (hanging belly) for its bulged ventral fuselage.

Bulgarian Air Force received 20 aircraft in 1942.

Nationalist Chinese Air Force ordered 12 aircraft in 1938 and they were shipped to Haiphong, but diverted to Escadrille EC 2, which fought against the Japanese and Thai in December 1940 One or two aircraft may have reached the Chinese Air Force

Independent State of Croatia

Zrakoplovstvo Nezavisne Države Hrvatske received over 15 aircraft.

Ilmavoimat received 76 M.S.406 and 11 M.S.410

Luftwaffe operated captured aircraft.

Lithuanian Air Force ordered 13 Moranes, but none were delivered.

Polish Air Force ordered 160 aircraft, but none were delivered, due to the fall of Poland.
Polish Air Force in exile in France operated at least 91 aircraft in several training and combat units:
Groupe de Chasse de Varsovie
Section no.1 Łaszkiewicz GC III/2
Section no.2 Pentz GC II/6
Section no.3 Sulerzycki GC III/6
Section no.4 Bursztyn GC III/1
Section no.5 Brzeziński GC I/2
Section no.6 Goettel GC II/7
Jasionowski Koolhoven Flight
DAT section Krasnodębski GC I/55 based at Chx teaudun and x tampes
DAT section Skiba GC I/55
DAT section Kuzian based at Nantes
DAT section Opulski based at Romorantin
DAT section Krasnodębski based at Toulouse-Francazal
Centre d'Instruction d'Aviation de Chasse at Montpellier
Ecole de Pilotage No 1 (Chasse) at Etampes
Ecole de Pilotage at Avord
Centre d'Instruction at Tours
Depot d'Instruction de l'Aviation Polonaise at Lyon-Bron
Montpellier Flight

Turkish Air Force received 45 Moranes. At least 30 of them were originally intended for shipment to Poland and had Polish stencilling.

Royal Thai Air Force operated several captured aircraft.

Royal Yugoslav Air Force ordered 25 aircraft, but the fall of France precluded their delivery

Picture - The D-3801 preserved at the Mus e de l'Air et de l'Espace

Data from The Great Book of Fighters

Crew: one pilot
Length: 8.17 m (26 ft 9 in)
Wingspan: 10.62 m (34 ft 10 in)
Height: 2.71 m (8 ft 10 in)
Wing area: 17.10 m (184.06 ft )
Empty weight: 1,893 kg (4,173 lb)
Loaded weight: 2,426 kg (5,348 lb)
Powerplant: 1x Hispano-Suiza 12Y31 liquid-cooled V-12, 640 kW (860 hp)

Maximum speed: 486 km/h (303 mph) at 5,000 m (16,400 ft)
Range: 1,000 km (620 mi)
Rate of climb: 13.0 m/s (2,560 ft/min)
Wing loading: 141.9 kg/m (29.1 lb/ft )
Power/mass: 260 W/kg (0.16 hp/lb)

Armes à feu :
1x 20 mm Hispano-Suiza HS.404 cannon
2x 7.5 mm MAC 1934 machine guns

Bloch MB.151
Fiat G.50
Hawker Hurricane
Heinkel He 112
Seversky P-35

Belcarz, Bartłomiej. Morane MS 406C1, Caudron Cyclone CR 714C1, Bloch MB 151/152 (Polskie Skrzydła 2) (in Polish), Sandomierz, Poland: Stratus, 2004. ISBN 83-89450-21-6. About the use of the MS.406 by Polish Pilots of the Arm e de l'Air.
Botquin, Gaston. M.S.406 (Monografie Lotnicze No. 28) (in Polish). Gdańsk, Poland: AJ-Press, 1996. ISBN 83-86208-46-5.
Botquin, Gaston. The Morane Saulnier 406. Leatherhead, Surrey, UK: Profile Publications Ltd., 1967. No ISBN.
Breffort, Dominique and Andr Jouineau. French Aircraft from 1939 to 1942, Vol.2: from Dewoitine to Potez. Paris, France: Histoire & Collections, 2005. ISBN 2-915239-49-5.
Brindley, John. F. French Fighters of World War Two. Windsor, UK: Hylton Lacy Publishers Ltd., 1971. ISBN 1-85064-015-6.
Comas, Mathieu et al. Le Morane-Saulnier MS 406 (Historie de l'Aviation series, No. 5 (In French). Boulogne-sur-Mer, France: Lela Presse, 1998 (new edition 2002). ISBN 2-95094-854-5. (2nd edition ISBN 2-91401-718-9.)
Comas, Mathieu et al. Additif & correctif x l'ouvrage Le Morane-Saulnier MS 406 (in French). Boulogne-sur-Mer, France: Lela Presse, 2002.
Vert, Guillaume. War Planes of the Second World War, Volume One: Fighters. London: Macdonald & Co.(Publishers) Ltd., 1960 (tenth impression 1972). ISBN 0-356-01445-2.
Green, William and Gordon Swanborough. The Complete Book of Fighters. New York, Smithmark, 1994. ISBN 0-8317-3939-8.
Gunti, Peter. "Neutral Warriors: The Morane Saulnier MS.406 in Swiss Service". Air Enthusiast. Forty-three, 1991. pp. 10-17. ISSN 0143-5450.
Gunti, Peter. "Alpine Avenger". Air Enthusiast.Forty-seven, September to November 1992, pp. 22-27. ISSN 0143-5450.
Keskinen, Kalevi, Kari Stenman and Klaus Niska. Hx vittx jx -x ssx t (Finnish Fighter Aces) (in Finnish). Espoo, Finland: Tietoteos, 1978. ISBN 951-9035-37-0.
Keskinen, Kalevi, Kari Stenman and Klaus Niska. Morane-Saulnier M.S. 406/Caudron C.714, Suomen Ilmavoimien Historia 4 (in Finnish). Helsinki, Finland: Tietoteos, 1975. ISBN 951-9035-19-2.
Jackson, Robert. Aircraft of World War II: Development - Weaponry - Specifications. Enderby, Leicester, UK, Amber Books, 2003. ISBN 1-85605-751-8.
Marchand, Patrick and Junko Takamori. Morane-Saulnier MS 406, Les Ailes de Gloire No.7 (in French). Le Muy, France: Editions d'Along, 2002. ISBN 2-914403-14-3.(second edition -No.7r- ISBN 2-914403-23-2).
Neulen, Hans Werner. In the Skies of Europe" Air forces Allied to the Luftwaffe 1939-1945. Ramsbury, Marlborough, UK: The Crowood Press, 2000. ISBN 1-86126-799-1.
Pelletier, Alain. French Fighters of World War II. Carrollton, TX: Squadron/Signal Publications, Inc., 2002. ISBN 0-89747-440-6.
Ries, Karl. Deutsche Luftwaffe x ber der Schweiz 1939-1945 (German Luftwaffe over Switzerland 1939-1945) (in German). Mainz, Germany: Verlag Dieter Hoffmann, 1978. ISBN 3-87341-022-2.
Stenman, Kari and Kalevi Keskinen. Finnish Aces of World War 2 (Aircraft of the Aces 23). Oxford, UK: Osprey Publishing, 1998. ISBN 1-85532-783-X.

Morane-Saulnier M.S.406 Pictures and Morane-Saulnier M.S.406 for Sale.

Ce site est le meilleur pour: tout sur les avions, les avions de guerre, les oiseaux de guerre, les films d'avion, les films d'avion, les oiseaux de guerre, les vidéos d'avions, les vidéos d'avion et l'histoire de l'aviation. Une liste de toutes les vidéos d'avions.

Copyright A Wrench in the Works Entertainment Inc.. Tous droits réservés.


Sisällysluettelo

Konetyyppiä alettiin suunnitella vuonna 1934. Koneen ensilento tapahtui elokuussa 1935 tyyppinimellä M.S.405. Koneen Hispano-Suiza-moottori oli alitehoinen, ja sen aseistus ja ohjaamon panssarointi olivat heikkoja. Kahden prototyypin lisäksi 405-mallista tilattiin 16 koneen esisarja, jonka jälkeen siirryttiin 406-tyyppiin.

Ranskan joutuessa mukaan sotaan syyskuussa 1939 Ranskan ilmavoimilla oli 573 Morane Saulnier 406:ta, ja Saksan hyökätessä Ranskaan toukokuussa 1940 koneita oli valmistettu 1 074. Ranska menetti puolustustaistelussa (lähteestä riippuen) 150–400 Moranea saavuttaen 171 varmaa ja 93 todennäköistä ilmavoittoa. Kaartotaisteluissa kone pärjäsi, mutta oli muuten alakynnessä nopeampia ja tulivoimaisempia Messerschmitt-koneita vastaan. Koneen paineilmajärjestelmä kärsi jäätymisongelmista jopa Ranskan talvessa.

Sveitsi osti Morane-Saulnierilta lisenssin ja rakensi 82 konetta tyyppimerkinnällä D-3800 sekä 1 000 hv:n Hispano-Suiza 12YS1 -moottorilla varustettua paranneltua D-3801-versiota 207 kappaletta. Turkkiin myytiin 45 Morane Saulnier 406:ta. Liettua tilasi 12 ja Puola 160 konetta, mutta kumpikaan ei ehtinyt saada koneitaan.

Koneita käyttivät Ranskan ohella Saksa, Kroatia, Sveitsi, Turkki, Italia ja Suomi.

Ranska lahjoitti talvisodan aikana Suomelle 50 Morane-Saulnier 406 -hävittäjää, joista kuitenkin vain 30 saatiin. Koneet kuljetettiin Malmöhön, jossa ne koottiin muutamassa viikossa ja lennettiin Suomeen helmikuun 1940 aikana.

Välirauhan ja jatkosodan aikana ostettiin Saksan sotasaalisvarastoista 57 Morane-Saulnier-hävittäjää lisää. Ostetut yksilöt edustivat malleja 406 ja 410, ja alatyyppejä (esimerkiksi aseistuksen ja potkurivarustuksen osalta) oli useita. Koneet olivat peruskorjaamattomia. Ensimmäiset kymmenen konetta saatiin vuodenvaihteessa 1940/1941, seuraavat kymmenen konetta kesä–elokuussa 1941, viisi konetta marraskuussa ja heinä–lokakuussa 1942 useassa erässä yhteensä 32 konetta.

Kaikkiaan Suomella oli 87 Morane-Saulnier-hävittäjää, niistä 76 mallia 406 ja 11 mallia 410.

Suomen ilmavoimien lentolaivueista Morane-kalustoa käytti kaksi laivuetta, lentolaivueet 14 ja 28. [3] Koneen lento-ominaisuudet olivat hyvät. Vakauden suhde ohjattavuuteen oli pelkän lentämisen kannalta hyvä, mutta ammuttaessa kone oli tavattoman epävakaa lyhyen rungon liikehtiessä levottomasti tähdättäessä. Koneen kaartokyky oli hyvä, minkä ansiosta moni suomalaislentäjä säilytti henkensä tiukoissa tilanteissa. Morane-Saulnier 406:n pääaseena oli potkurinnavan läpi ampuva 20 mm Hispano-Suiza HS 404 tykki. Ase oli epäluotettava ja lakkoili usein jo parin ammutun sarjan jälkeen. 410-mallissa oli neljä 7,5 mm siipikonekivääriä, joiden läpäisykyky oli heikko. Aseistusta parannettiin Suomessa asentamalla tykin tilalle 12,7 mm. Berezin- ja Colt-konekiväärejä, joista erityisesti Berezin oli epäluotettava. [3]

Radion kuuluvuus ja toiminta oli sekin kyseenalainen. Moottori oli alitehoinen ja herkkä ylikuumenemiselle. Aseiden, moottorin ja radion ohessa koneen paineilmajärjestelmä aiheutti Ilmavoimien mekaanikoille paljon päänvaivaa.

Morane-Saulnier oli suunnitteluaikanaan ajanmukainen kone, mutta jo vuonna 1939 Länsirintamalla vanhentunut. Suomessa eversti Rikhard Lorentz esitti koneen hyllyttämistä suurten tappioiden vuoksi jo syyskuussa 1942. Hyllytysesitykseen liittyvät parannusehdotukset johtivat Mörkö-Moranen kehittämiseen. [3]

Moranen varustaminen venäläisellä sotasaalismoottorilla (Klimov M-103) nousi ensimmäisen kerran esille elokuussa 1940. Pontimena oli alkuperäisen Hispano-Suiza-varamoottorien ja -varaosien puute ja Klimov M-103:n samankaltaisuus Hispano-Suizan kanssa, olihan M-103 siitä kehitetty. Toimeksianto peruttiin jo kuukauden kuluttua, kun selvisi, että Suomi sai ostaa Morane-hävittäjiä Saksan sotasaalisvarastosta.

Jatkosodassa Morane osoittautui suoritusarvoiltaan ja aseistukseltaan niin riittämättömäksi, että omat tappiot ilmataisteluissa alkoivat kasvaa. Syyskuussa 1942 eversti Richard Lorenz esitti vaihtoehtoisesti koneen hyllyttämistä tai sen varustamista joko M-105 tai M-103 -moottorilla.

Asennussuunnittelu aloitettiin välittömästi. Moottoriksi tuli 1 100 hevosvoiman (820 kW) Klimov M-105P ja pääaseeksi 20 mm tykki, jonka lisäksi siipiin jätettiin kaksi 7,5 mm konekivääriä. Muutoksia jouduttiin tekemään myös pakoputkistoon, ahtimeen, jäähdytysnestesäiliöön ja öljynjäähdyttimeen. Muutostyö tehtiin ilman piirustuksia ja ensimmäinen muutettu kone (MS-631) valmistui koekäyttöön jo tammikuussa 1943 ja ensilento tapahtui helmikuussa 1943. Koneessa ilmeni kuitenkin jäähdytysongelmia, jolloin koneeseen jouduttiin suunnittelemaan kokonaan uusi nestejäähdytin. Myös öljynjäähdytin jouduttiin vaihtamaan Messerschmittin jäähdyttimeen [4] . Koelennoilla kesällä ja syksyllä 1943 Mörkö-Morane osoittautui selvästi alkuperäistä paremmaksi. Huippunopeus oli 510 km/h luokkaa ja kohoamisnopeus jopa 25 m/s [5] .

Sarjamuutosten valmistelu aloitettiin joulukuussa 1943. Saksasta ostettiin helmikuussa 1944 85 kappaletta M-105-moottoreita. Niiden lisäksi käytettiin omia sotasaalismoottoreita. Sarjaosien valmistukseen päästiin huhtikuussa 1944 ja ensimmäiset muutetut koneet luovutettiin laivuekäyttöön heinäkuussa 1944 ja viimeiset valmistuivat maaliskuussa 1945, jolloin kaikki 41 käyttökelpoista Morane-hävittäjää oli muutettu Mörkö-Moraneiksi.

Morane MS 406 vs Mörkö-Morane suorituskyvyn vertailutaulukko Muokkaa

Teho Huippunopeus
merenpinnassa
Huippunopeus
taistelukorkeudessa
Matkanopeus Nousukyky Lentomatka Lakikorkeus
860 hv 377 km/h 449 km/h (5 480 m) 300 km/h 14 m/s 840 km 8 500 metriä
1 100 hv 435 km/h 510 km/h (4 000 m) 410 km/h 17-20 m/s ei tiedossa 11 800 metriä

Vaikka taistelukokemukset jäivät vähäisiksi, Mörkö-Morane kasvaneesta painosta huolimatta osoittautui esikuvaansa verrattuna ylivoimaiseksi hävittäjäksi – jatkosodan toiseksi käyttökelpoisimmaksi hävittäjäkonetyypiksi häviten vain Me 109:lle. Muutostyötä eniten haitanneet jäähdyttäjäongelmat saatiin ratkaistua vasta keväällä 1944. [6] Muutos oli pakon sanelema mutta myös taloudellisesti perusteltu [7] . Mörkö-Moranet palvelivat Ilmavoimissa syyskuuhun 1948 saakka.

Sveitsissä lisenssillä valmistettu versio D 3801 vastasi suorituskyvyltään suunnilleen Mörkö-Moranea. Sen moottori Hispano-Suiza HS 12Y51 kehitti 1 050 hv. Jäähdytin oli kiinteä. Nopeus oli 535 km/h. [8] Aseistuksena oli kaksi MG 29 -konekivääriä ja FMK (Flugzeugmotorkanone) 38 -tykki, jotka olivat Sveitsin omaa tuotantoa. Sekä D 3800:n että D 3801:n moottorit valmisti lisenssillä Adolph Saurer AG. [9] Sveitsissä kehitettiin edelleen D3802, jossa oli 1 250 hevosvoiman Saurer YS-2 -moottori. Kone oli lupaava huippunopeuden ollessa 630 km/h. Tuotanto jäi tyyppiä vaivanneiden ongelmien vuoksi 12 koneeseen. Yksittäinen prototyyppi oli D3803, jossa oli kuplakuomu, 1 500 hv Saurer -moottori. Nopeus oli 680 km/h ja aseistuksena 3 x 20 mm tykit. [dix]