Podcasts sur l'histoire

Rencontrez Stagecoach Mary, la pionnière noire audacieuse qui a protégé les diligences du Far West

Rencontrez Stagecoach Mary, la pionnière noire audacieuse qui a protégé les diligences du Far West


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bandits méfiez-vous : dans le Montana des années 1890, les voleurs de courrier potentiels n'avaient aucune chance contre Stagecoach Mary. Le facteur qui boit fort et tire rapidement portait deux armes à feu, des vêtements pour hommes et une mauvaise attitude. En tant que première femme afro-américaine à porter du courrier, elle s'est démarquée sur la piste et est devenue une légende du Far West. La rumeur disait qu'elle avait repoussé une meute de loups en colère avec son fusil, qu'elle avait «le tempérament d'un grizzly» et qu'elle n'était pas au-dessus d'une fusillade. Mais dans quelle mesure l'histoire de Stagecoach Mary est-elle un mythe ?

Née Mary Fields vers 1832, Fields est née en esclavage et, comme beaucoup d'autres esclaves, sa date de naissance exacte n'est pas connue. Même le lieu de sa naissance est discutable, bien que les historiens aient identifié le comté de Hickman, dans le Tennessee, comme l'endroit le plus probable. À l'époque, les esclaves étaient traités comme des morceaux de propriété ; leurs nombres étaient inscrits dans les registres, leurs noms ne l'étaient pas.

Son histoire devient plus claire après la fin de la guerre civile, quand elle a été libérée. De nombreux anciens esclaves se sont dirigés vers le nord vers un territoire plus amical. Fields aussi, qui semble avoir remonté le Mississippi en travaillant sur des bateaux fluviaux et en servant de domestique et de blanchisseuse pour les familles en cours de route. Elle s'est retrouvée dans l'Ohio, vivant une vie bien en dehors de la norme, dans un couvent.

LIRE LA SUITE: Les femmes dans la guerre civile

On ne sait pas comment Fields a découvert le couvent des Ursulines du Sacré-Cœur à Toledo, Ohio. Certains récits disent qu'elle a accompagné une fille de la famille Warner au couvent. D'autres disent qu'elle s'y est rendue avec une amie de la famille qui était religieuse.

La communauté religieuse, qui existe encore aujourd'hui, était sereine et disciplinée. Là, Fields a travaillé comme jardinier. Son style bourru et son penchant pour la malédiction ont haussé les sourcils dans le couvent tranquille. Lorsqu'on lui a demandé comment s'était passé son voyage à Tolède, elle aurait dit à l'une des religieuses qu'elle était prête pour "un bon cigare et un verre". Les archives historiques montrent que les religieuses se sont plaintes de son caractère instable et de sa nature «difficile».

Selon l'historienne Dee Garceau-Hagen, une religieuse s'est souvenue de la colère de Fields lorsque quelqu'un a dérangé son terrain entretenu avec amour, en disant : « Dieu aide quiconque marchait sur la pelouse après que Mary l'ait coupée ». Fields s'est également disputée avec les religieuses au sujet de son salaire – un comportement qui aurait choqué les femmes blanches qui s'attendaient à ce que les Afro-Américains se comportent bien et soient soumis.

Bien que Fields ait eu du mal à s'adapter à la vie protégée du couvent, elle s'est fait une amie : la mère Amadeus Dunne, la mère supérieure du couvent. Connue pour son intrépidité et son charisme, Dunne a été appelée au travail missionnaire par son évêque et s'est rendue au Montana où elle y a fondé un couvent des Ursulines en 1884. Là, elle a aidé des prêtres jésuites qui commençaient des écoles pour la nation Blackfeet. En 1885, Fields apprit que la religieuse bien-aimée était gravement malade et se rendit au Montana pour l'aider.

L'Ouest convenait à Fields, qui a soigné Dunne et a commencé à travailler pour son nouveau couvent près de Cascade, dans le Montana. Mais bien qu'elle ait fidèlement servi les religieuses dans la communauté dure et peu peuplée, la nouvelle de son comportement subversif est parvenue à l'évêque, qui a soulevé de sérieuses inquiétudes concernant les habitudes de Fields de boire, de fumer, de tirer avec des armes à feu et de porter des vêtements pour hommes. Lorsque Fields et le concierge masculin du couvent ont pointé des armes l'un sur l'autre lors d'une dispute, ce fut la goutte d'eau.

Expulsée du couvent, Fields était seule et elle s'est mise à vivre une vie choquante selon les normes du XIXe siècle. Elle s'occupait de la lessive et faisait des petits boulots, créait des entreprises et s'est fait connaître pour aimer les alcools forts et les fusillades.

Cette dure réputation a fini par payer. En 1895, elle a obtenu un contrat du service postal pour devenir un transporteur de route étoile - un entrepreneur indépendant qui transportait le courrier à l'aide d'une diligence offerte par Mère Amadeus. Cela convenait parfaitement à Fields. En tant que transporteur vedette, son travail consistait à protéger le courrier sur son itinéraire contre les voleurs et les bandits et à livrer le courrier. Elle n'était que la deuxième femme aux États-Unis (et la première femme afro-américaine) à occuper ce poste.

« Stagecoach Mary » ou « Black Mary », comme elle était surnommée, portait un fusil et un revolver. Elle a rencontré des trains avec du courrier, puis a conduit sa diligence sur des routes caillouteuses et accidentées, dans la neige et par mauvais temps. Et bien qu'elle intimide les voleurs potentiels avec sa taille et son comportement dur, elle est devenue aimée des habitants, qui ont loué sa générosité et sa gentillesse envers les enfants.

Pendant huit ans, Fields a protégé et distribué le courrier. Finalement, l'âge l'a rattrapée et elle a pris sa retraite. La communauté s'est mobilisée pour la soutenir, malgré des disputes occasionnelles avec les voisins. Les restaurateurs locaux lui donnaient des repas gratuits ; Les habitués du saloon ont discuté avec elle jusqu'à ce que les bars deviennent interdits aux femmes en raison d'un arrêté municipal. Lorsqu'elle mourut le 5 décembre 1914, ses funérailles furent l'une des plus importantes que la ville ait jamais vues.

En raison de la rareté des archives et de la tentation de créer des légendes du Far West à partir de gens ordinaires, de nombreux faits sur la vie de Field sont encore flous. Ce qui est clair, c'est que son personnage réel était suffisamment extraordinaire pour attirer beaucoup d'attention à lui seul. Mary Fields n'avait pas besoin d'être un mythe pour se démarquer de la foule, mais elle ne semblait pas se soucier de sa réputation démesurée.

LIRE LA SUITE: 11 des femmes les plus féroces de l'histoire


Son histoire : la diligence Mary

Georgia comme Stagecoach Mary

Mary Fields (vers 1832-1914) a été la première femme factrice afro-américaine aux États-Unis et est surtout connue sous le nom de Stagecoach Mary. Elle obtient le contrat en 1895, à 60 ans, car elle est la candidate la plus rapide à atteler son attelage de chevaux.

Fields a servi deux contrats de 4 ans pour livrer le courrier entre Cascade, Montana et Saint Peter’s Mission, avec son attelage de chevaux et une mule nommée Moses. On dit qu'elle portait deux fusils, qu'elle ne manquait jamais une journée et qu'elle protégeait farouchement son courrier. Les habitants l'aimaient parce qu'elle avait un cœur en or, c'est ainsi que cette légende du Far West est devenue affectueusement connue sous le nom de Stagecoach Mary.

Elle a fait l'histoire. En savoir plus à ce sujet ci-dessous….

Marie Champs,


Rencontrez Stagecoach Mary, la pionnière noire audacieuse qui a protégé les diligences du Far West - HISTOIRE

Harriet Tubman est l'une des abolitionnistes les plus célèbres de l'histoire des États-Unis. Née dans l'esclavage, elle s'est finalement échappée, a guidé des dizaines d'esclaves vers la liberté avec le chemin de fer clandestin et a agi comme espion syndical pendant la guerre civile.

Mais peu de temps après que Tubman a été nommé nouveau visage du billet de 20 $ en avril 2016, des articles sur Internet ont commencé à circuler, affirmant que Tubman était un républicain « armé » qui avait tiré sur des démocrates. La revendication est réapparue sur Facebook dans une publication photo du 17 mars 2019.

Le message représente une femme posant avec un fusil. Le texte en dessous dit: "Le moment délicat lorsque les féministes de gauche découvrent que Harriet Tubman - pour qui elles ont voté pour expulser Andrew Jackson - le fondateur du Parti démocrate - de la facture de 20 $ - était un démocrate armé d'armes à feu qui soutenait le 2e amendement Républicain!"

La publication a été signalée dans le cadre des efforts de Facebook pour lutter contre les fausses nouvelles et la désinformation sur son fil d'actualité. (En savoir plus sur notre partenariat avec Facebook.)

La première chose à savoir : ce n'est pas une photographie de Tubman.

La femme montrée est Mary Fields, connue sous le nom de « Stagecoach Mary », qui a été la première femme factrice afro-américaine à la fin des années 1800.

Il y a plus de problèmes dans les revendications détaillées, ont déclaré les experts.

"Tubman n'était pas un" républicain armé du 2e amendement qui a tiré sur des démocrates "", a déclaré Kate Clifford Larson, historienne et universitaire de Tubman qui a écrit la biographie "Bound For the Promised Land: Harriet Tubman, Portrait of an American Hero. "

Alors que ses efforts anti-esclavagistes et son soutien au syndicat étaient certainement conformes aux idéaux du parti républicain, Tubman n'avait pas le droit de vote et n'aurait donc pu adhérer officiellement à aucun parti politique.


Naviguer plus loin

Il est assez clair que ces révolutionnaires noirs ont contribué technologiquement et culturellement à la chaîne d'approvisionnement et à l'industrie des transports. Les Noirs qui ont contribué à l'industrie et continuent de le faire, cependant, s'étendent bien au-delà de cette liste. Ce Mois de l'histoire des Noirs (et chaque mois), nous rendons hommage à tous les Noirs américains - ceux connus et inconnus - qui ont fait des progrès dans l'industrie. Sans eux, l'industrie ne serait pas en mesure de faire efficacement ce qu'elle fait aujourd'hui.

Et enfin, il est important de reconnaître que les percées réalisées par ces personnalités noires font partie de l'histoire de la chaîne d'approvisionnement des États-Unis - pas seulement une partie de l'histoire des Noirs. Navegate est honoré de se joindre à la célébration des réalisations des Noirs tout au long de l'histoire des États-Unis dans la chaîne d'approvisionnement et l'industrie des transports.

Pour en savoir plus sur le Mois de l'histoire des Noirs et sur sa fondation, consultez l'Association pour l'étude de la vie et de l'histoire des Afro-Américains (ASALH) et envisagez de faire un don.


Mois de l'histoire des Noirs – Cowboys et cowgirls noirs

Ce que j'ai appris sur le sujet d'aujourd'hui, c'est qu'à la fin des années 1800, environ un cow-boy sur quatre dans l'ouest était noir. Même s'ils comprenaient 25 % de cow-boys, ils sont largement exclus du récit du « Wild West ».

Les cow-boys noirs ont aidé à coloniser le Far West, mais leurs contributions sont rarement dans les livres d'histoire.

Au début des années 1800, les Américains blancs se sont déplacés vers l'ouest pour obtenir des terres bon marché (ce n'était pas à eux de prendre/acheter, mais c'est une autre histoire) dans ce qui était alors le territoire espagnol, et plus tard, le territoire mexicain. Le Mexique s'est opposé à l'esclavage, mais les Américains ont amené leurs esclaves avec eux pour établir des fermes de coton et des ranchs de bétail dans ce qui allait devenir le Texas. En 1825, la population était réduite à 25% en esclavage. 20 ans plus tard, le Texas est devenu un État, et 15 ans plus tard, la population réduite en esclavage atteignait 30%. Même si la guerre civile n'a pas atteint le sol du Texas, le Texas a rejoint la Confédération en 1861, et de nombreux Texans ont quitté leurs ranchs pour se battre dans la guerre. Avec la disparition des éleveurs, les esclaves ont dû travailler dans les ranchs, apprenant toutes sortes de compétences, y compris l'élevage du bétail.

Pourtant, la population de bétail était difficile à contenir avec peu de mains de ranch et un confinement inefficace. Lorsque les éleveurs sont revenus de la guerre, leurs troupeaux ont été perdus ou hors de contrôle. Avec la proclamation d'émancipation, leur travail gratuit avait disparu parce qu'ils étaient maintenant vraiment libres. À ce stade, les éleveurs n'avaient pas beaucoup d'autre choix que d'embaucher les mains de ranch noires qualifiées, désormais libres.

Après la guerre de Sécession, davantage de Noirs libres se sont dirigés vers l'ouest, dont beaucoup étaient nés en esclavage. Mais au tournant du siècle, le besoin de cow-boys diminuait avec l'avènement du chemin de fer, des barbelés et, malheureusement, le mouvement forcé des Amérindiens vers les réserves. Certains cow-boys noirs se sont tournés vers les rodéos et les spectacles du Far West tandis que d'autres sont devenus des forces de l'ordre ou ont finalement acheté des terres pour avoir leurs propres fermes et ranchs.

Dans mes recherches, il y avait des noms qui revenaient sans cesse. J'ai lié leurs noms afin que vous puissiez cliquer et lire plus à leur sujet.

Ce sujet m'a ensuite rendu curieux à propos de la vache noirefilles. Je veux dire qu'ils devaient être là aussi, non ? J'ai trouvé cette petite information : « Les femmes étaient aussi dans l'action. Des cow-girls comme Stagecoach Mary – la première femme postière afro-américaine aux États-Unis – avaient la réputation d'être une cavalière bourrue et bourrée de pistolets qui naviguait habilement sur des terrains dangereux et une météo brutale pour livrer le courrier du pays. Les femmes noires ont également rempli un autre rôle important dans le Far West. Ils étaient les gardiens de l'histoire et ont catalogué les histoires de leurs communautés. (de https://losangeleno.com/features/black-cowgirls-los-angeles/)

Cette mention ci-dessus de Stagecoach Mary était tout ce que j'ai vraiment trouvé du vieil ouest, mais j'ai trouvé qu'il y a beaucoup de cow-girls noires contemporaines. Comme l'histoire que cette citation est tirée de « Les Cowgirls noires de la Californie du Sud », et il y a aussi les Cowgirls of Color, une équipe de rodéo entièrement féminine et entièrement noire.

J'ai également trouvé des informations sur quelques femmes de Houston, Mollie Taylor Stevenson, Sr et sa fille, Mollie Taylor Stevenson, Jr. Elles descendent d'E.R. Taylor, un propriétaire terrien blanc, et d'Ann George, qui a été réduite en esclavage par les Taylor. L'histoire est E.R. et Ann est tombée amoureuse et s'est mariée. Ce qui est inhabituel, c'est qu'ils vivaient ouvertement comme mari et femme, même si c'était illégal, et qu'ils avaient six enfants. En 1875, à la demande d'Ann, Taylor a acheté un terrain pour élever du bétail où plus tard, la famille a trouvé du gaz dans le puits d'eau qui est devenu le champ pétrolifère de Pierce Junction. Ce ranch et ces terres ont été transmis aux six enfants d'Ann et E.R. et font partie de la famille depuis. Mollie Taylor était leur petite-fille. Elle a épousé Ben Stevenson, une légende du football de l'Université de Tuskegee, et l'une de leurs filles était Mollie Taylor Stevenson, Jr. Mollie Jr. est allée à l'université et a été mannequin professionnelle pendant 15 ans. Elle est ensuite retournée à Houston dans le ranch de 150 ans où elle a été élevée. Le ranch est l'un des plus anciens ranchs appartenant à des Noirs aux États-Unis. Mollie et sa mère ont fondé l'American Cowboy Museum sur le ranch. « La mission de ce musée est de préserver l'histoire multiculturelle de l'Occident. Grâce à Stevenson, des milliers de visiteurs et d'écoliers ont découvert les contributions des Afro-Américains, des Hispaniques, des Amérindiens et de l'histoire et de la culture des femmes en Occident. (de https://aframnews.com/living-legend-mollie-taylor-stevenson-jr/). Les deux femmes ont également été les premières femmes noires vivantes à être intronisées au National Cowgirl Museum and Hall of Fame.

J'aime vraiment apprendre toute cette incroyable histoire des Noirs. J'espère que vous l'appréciez aussi !


ALLER À L'OUEST

Alors on y va : en selle, mesdames ! Nous partirons au printemps, nous pouvons donc être sûrs que le temps ne sera pas trop mauvais lorsque nous atteindrons ces montagnes escarpées. C'est la théorie, en tout cas. Des trains à vapeur existent, mais à ce stade, aucun d'entre eux ne traverse le pays jusqu'à l'autre côte. le premier chemin de fer transcontinental ne sera opérationnel que dans les années 1860. Donc, voyager signifie que c'est un chariot tiré par un cheval ou rien.

Poussière, serpents et coyotes. Qu'est-ce qu'il n'y a pas à aimer?

Avec l'aimable autorisation de la National Archives and Records Administration.

Si vous ne vous sentez pas préparé pour votre voyage, ne vous inquiétez pas : il existe plusieurs manuels pratiques pour vous guider. Des publications comme Le guide national de la route des wagons et le Daily Missouri républicain sont de l'époque Planète seule guides, vous donnant des conseils utiles comme la durée du voyage vers l'ouest - trois mois, disent-ils, alors qu'en réalité, c'est plutôt six. Ils vous aideront également à déterminer quels types de choses vous devez emporter, comment préparer le dîner sur une flamme nue et comment occuper vos enfants dix heures par jour dans un wagon poussiéreux. Ne vous inquiétez pas, ces guides disent : ça va être amusant, promis ! Bien sûr, la réalité de ces voyages est incroyablement dure.

Avez-vous déjà joué à ce jeu informatique des années 1980, Piste de l'Oregon? C'est essentiellement un Choisissez votre propre aventure situation dans laquelle vous essayez d'amener votre wagon couvert du Missouri à Washington : traverser cette rivière ou la contourner ? O/N ? Traverser cette vallée, ou essayer de trouver un itinéraire moins dangereux ? Il existe de nombreuses façons de mourir : rougeole, morsure de serpent, choléra, noyade, épuisement pur. Mais dans la vraie vie, nous, les pionnières, n'aurons pas la possibilité de cliquer sur Recommencer.

Vous savez, lorsqu'un serpent figure en bonne place dans le menu, vous êtes probablement dans une course folle.

Une capture d'écran du jeu vidéo Oregon Trail.

Tout d'abord, il y a la météo à gérer : il y a souvent des orages massifs dans les plaines, avec des vents si violents que tout ce que vous possédez sera mouillé, quelle que soit la profondeur à laquelle vous l'enterrez dans votre wagon. Mais il y a aussi des tempêtes de vent chaudes et sèches. « Vous, aux États-Unis, ne savez rien de la poussière », a écrit une femme à East. « Il volera si bien que vous pourrez à peine voir les cornes de vos bœufs. Il semble souvent que le bétail doive mourir à bout de souffle, et puis dans notre chariot un tel spectacle : lits, vêtements, victuailles et enfants complètement couverts. Et après cela, en altitude, il y a toujours le risque de neige. «Je porte mon bébé et je mène ou plutôt je porte un autre à travers la neige, la boue et l'eau presque jusqu'aux genoux», a écrit cette même pauvre femme des tempêtes de poussière folles. "J'ai gelé ou refroidi mes pieds afin que je ne puisse pas porter de chaussure, donc je dois aller pieds nus dans l'eau froide."

En 1841, à 17 ans, Nancy Kelsey est devenue la première fille à voyager en train de wagons jusqu'en Californie. Bien qu'elle n'ait pas été la première personne à se diriger vers le grand inconnu sans aucune préparation à ce qu'elle allait rencontrer. Nancy, son mari et leur petite fille sont partis avec environ 30 personnes, dont aucune n'avait de guide pour les aider – ils n'avaient même pas de carte fiable pour se rendre sur la côte. Pourtant, ils ont réussi à passer du Missouri au Wyoming avant de se perdre désespérément. À un moment donné, ils ont dû abandonner leurs chariots, les laissant braver les éléments et les loups. Son voyage était une sorte de comédie d'erreurs, même si je doute que Nancy riait beaucoup. Des mulets tombèrent d'une falaise, et quand ils manquèrent de vaches, ils continuèrent sans nourriture dans un paysage qui leur était complètement étranger. "Mon mari a failli mourir de crampes", a-t-elle dit plus tard, "et il a été suggéré de le quitter, mais j'ai dit que je ne ferais jamais ça."

Imaginez ce que cela a ressenti pour Nancy de sonner son grand 18e anniversaire au sommet des montagnes de la Sierra Nevada, en se demandant ce qui la tuerait en premier : les indigènes, la faim ou les gelures. Mais d'une manière ou d'une autre, elle a réussi, a eu 11 enfants et de nombreuses aventures qui me font mal au ventre même à contempler.

Une tempête de sable au Texas. Juste un autre jour à la ferme.

Avec l'aimable autorisation de la National Archives and Records Administration.

Cela coûte de l'argent pour aller dans l'Ouest : acheter et équiper un wagon coûte de 600 $ à 1 000 $, le genre d'argent qu'il est presque impossible d'économiser sur le salaire d'un ouvrier d'usine. Cela signifie que la plupart des femmes qui se dirigent vers l'ouest viennent de familles d'agriculteurs de la classe moyenne, mais cela ne signifie pas qu'elles sont toutes prêtes pour la dure réalité de la vie à la frontière. En règle générale, ce ne sont pas les filles rebelles des films du Far West. Rappelons-nous : les règles de l'étiquette de l'ère victorienne sont profondes.

La plupart des femmes montent en amazone dans la nature, portant les mêmes jupes épaisses qu'elles portaient à la maison. Beaucoup portent des bonnets, ne voulant pas voir leur peau bronzer. Horreurs ! Mais les temps désespérés appellent souvent des mesures désespérées et peu féminines. Il ne faut pas longtemps avant que la plupart des femmes sortent de leurs chariots et les poussent hors des fosses de boue, sans parler d'apprendre à tirer avec une arme à feu. Certains adoptent même le costume de bloomer racé, voyant que le pantalon est beaucoup plus pratique pour s'aventurer. Ceux qui s'accrochent à leurs jupes apprennent vite à quel point il est facile de les faire s'enflammer autour d'un feu de camp.

Nous, les pionnières, aurons besoin de bras forts, d'idées flexibles sur l'hygiène personnelle et le confort, et d'une constitution solide pour traverser ces longues journées sur la route. Les wagons ne s'arrêtent de rouler que du crépuscule à l'aube, et vous serez responsable de la plupart de ce qui se passe pendant ces heures.

Pensez au pire camping que vous ayez jamais fait – un temps épouvantable, de mauvaises routes, pas d'électricité, pas de pots porta, pas d'allumettes, pas de lampes frontales – et peut-être un million de fois plus. Et à la fin de la journée, lorsque les chariots tournent en rond et que les animaux hurlent dans l'obscurité, qui pensez-vous est responsable des tâches ménagères comme la cuisine, le nettoyage et l'allumage d'un feu ? Nous mesdames, naturellement. Tout comme à la maison, la nôtre est la sphère domestique, peu importe que cette sphère implique désormais des ours et des serpents à sonnettes.

Avec l'aimable autorisation de la National Archives and Records Administration

Notre nouveau foyer implique également beaucoup de saleté et de charges lourdes comme nous n'en avons jamais vu auparavant :

Ce n'est pas une situation où vous pouvez vous retirer dans un camping-car climatisé et regarder un peu de Netflix autour d'un verre de vin en boîte. Les conditions sont difficiles et toujours changeantes, et nous, les dames, devons donc réfléchir sur nos pieds.

Surtout dans les Grandes Plaines, où il y a très peu d'arbres pour le combustible ou le couvert. Souvent, la seule chose à rassembler pour un feu sont des chips de bison - non, ce ne sont pas du tout des chips de chou frisé. Ce sont des crottes de buffle desséchées, qui doivent sentir particulièrement bien quand on essaie de cuisiner dessus. Certaines femmes n'ont jamais cuisiné à l'air libre auparavant. Et pourtant, bien sûr, ils se débrouillent.

Par une nuit pluvieuse de 1844, un certain James Clyman regarda une femme s'acquitter de ses tâches avec une certaine fascination devant sa capacité à effectuer plusieurs tâches à la fois : le plus grand calme pendant près de deux heures et du pain suffisamment cuit pour nous donner un souper très copieux.

Et, bien sûr, ces tâches ne s'arrêtent pas pendant que vous vous déplacez - vous n'écouterez aucun podcast lors de votre voyage en voiture à travers les plaines. Vous allez dérouler cette croûte de tarte et essayer de raccommoder des vêtements tout en secouant d'avant en arrière derrière un tas de mules. Et parce qu'il n'y a pas beaucoup de temps pour des choses comme la lessive, votre famille va probablement passer beaucoup de temps à sentir l'aisselle non lavée. Vous aurez de la chance si vous pouvez trouver une rivière pour y tremper ces tiroirs sales. Bonne chance pour trouver comment les accrocher au-dessus du feu !

Et parfois, vous trouverez quelque chose de bien pire : une famille bloquée, laissée sans défense par la mort d'un patriarche. Un pionnier s'est souvenu d'avoir rencontré : « une prairie ouverte et sombre, le vent froid hurlant au-dessus de sa tête. une tombe nouvellement construite, une femme et trois enfants assis à proximité, une fille de 14 étés marchant en rond en se tordant les mains et en appelant son parent décédé. Les enfants sur la piste doivent développer une insensibilité émotionnelle avec la rapidité. Parfois, ils écrivent de petits poèmes sur les crânes qu'ils trouvent en cours de route, laissant la place au prochain enfant d'ajouter quelques lignes. Un peu comme un jeu de téléphone. C'est amusant!

Les couches sales sont un casse-tête particulier : souvent, tout ce que vous pourrez faire est de les gratter et de les réutiliser. Laissez quelque chose au soleil assez longtemps et il séchera ! Il en va de même pour tout ce que vous utilisez pour faire face à votre hygiène féminine. Comment allons-nous même à la salle de bain, au milieu d'une plaine ouverte avec beaucoup d'hommes autour, vous vous demandez ? Parfois, nous, les femmes, devons nous regrouper. Ils se tiennent souvent en cercles serrés, protégeant une dame qui urine de la vue des hommes dans leur wagon. D'autres n'ont qu'à trotter plus loin pour trouver un endroit privé.

Ne soyez pas trop long, cependant. Les trains de wagons sont connus pour laisser leurs femmes derrière eux. Prenez Frances Grummond. Elle faisait pipi sur le territoire des Indiens Sioux lorsqu'elle a découvert que ses compagnons l'avaient oubliée et ont continué leur chemin. Naturellement, elle a paniqué :

Elle a couru, les pieds pleins d'aiguilles, pendant près d'un kilomètre avant de les trouver. Aïe.

Même si les choses se passent bien, vous risquez de rencontrer des problèmes lorsque les choses deviennent difficiles et que vos animaux de charrette commencent à se fatiguer. C'est à ce moment-là que vous devrez commencer à prendre des décisions difficiles sur ce qu'il faut jeter à l'arrière du wagon. Vous avez emporté tout ce que vous possédez, et ce sont de précieux souvenirs et meubles qui sont probablement les premières choses à emporter.

Mais ne vous inquiétez pas : ce n'est pas parce que votre mari VEUT que vous jetiez les choses que vous y soyez obligé. Lorsque le mari de Luzena Wilson a déclaré qu'ils devaient perdre du poids, Luzena a examiné les fournitures et a déclaré que tout ce dont ils pouvaient se permettre de se débarrasser était de trois tranches de bacon et d'un tablier en calicot. Mais tandis qu'il lui tournait le dos, elle réussit à laver le tablier, à extraire le gras du bacon, à le hacher et à le cacher dans le chariot. Quelques jours plus tard, son mari a remarqué à quel point les kilomètres allaient mieux. Luzena hocha simplement la tête et fit un sourire de Mona Lisa.

Les femmes qui vont vers l'Ouest ne sont pas toujours les bienvenues parmi les rudes et les culbutes. La peur des Amérindiens a poussé notre amie Luzena à supplier son mari de se joindre à un groupe de prospecteurs, mais ils n'en ont pas voulu. Ils pensaient qu'une femme et un enfant les ralentiraient. Alors comme c'est glorieux que, plusieurs jours plus tard, ils soient tombés sur ce même groupe d'hommes mourant de faim. Elle leur a donné de la nourriture et de l'eau dans le magasin de sa famille, et ils sont tombés à genoux et ont imploré son pardon. Maintenant c'est de ça que je parle !

Les choses deviennent particulièrement difficiles pour les femmes voyageant seules pour rencontrer un mari qui est déjà dans les champs aurifères. La pauvre Julia Lovejoy a tout souffert alors qu'elle voyageait avec ses deux enfants pour rencontrer son mari au Kansas : une fois, alors qu'elle était sur un bateau fluvial, un passager de sexe masculin a proposé de lui donner sa chambre, car son enfant avait la rougeole. Elle a emménagé seulement pour le trouver horriblement sale – seul un homme aurait un chat mort dans l'un de ses tiroirs. Brut. Elle a nettoyé la pièce, après quoi il a changé d'avis et l'a expulsée. Chic. Certains des autres beaux sites que sa petite famille a rencontrés au cours de leur voyage: des cadavres dans les couloirs, des accès d'ivresse et des sols sales au lieu de lits, avec peu de protection. Je pense que je vais prendre ce wagon couvert, s'il vous plaît.

Certaines filles semblent capables d'affronter de telles épreuves. Prenez Janette Riker, qui s'est retrouvée seule dans la nature sauvage du Montana en 1849 lorsque son père et ses frères sont partis à la chasse et ne sont jamais revenus. Elle a construit un abri, tué un bœuf et salé la viande, et s'est installée pour les attendre. (Un bœuf pèse environ 2 000 livres, soit dit en passant.)

Il s'avère qu'elle a dû attendre tout l'hiver, repoussant les loups, avant qu'un groupe d'Amérindiens ne la trouve et l'emmène dans un fort voisin. Survivre ici demande au sérieux de la persévérance et une volonté de fer. Notre amie Luzena a dit plus tard :


Tumeurs cérébrales et le Far West

Vous savez tous quelle heure il est ! Savez-vous que le week-end prochain marque 1 an de A Non Mom Happy Hour ?! Nous devrons penser à une façon spéciale de célébrer et d'honorer cet anniversaire avec vous tous.

Cette semaine, Kelly donne le coup d'envoi en racontant l'histoire de Mary Putnam Jacobi de la famille Putnam Publishing. Mary n'était pas seulement l'une des premières femmes médecins d'Amérique, la première femme à fréquenter l'École de médecine de Paris, en France, ou l'une des fondatrices de la Women's Medical Association de New York. Cette femme était si dure à cuire et si dévouée à l'étude de la science médicale qu'elle a même écrit un journal sur les symptômes de sa propre tumeur au cerveau pendant des années avant de finalement y succomber, pour aider les gens à mieux comprendre les tumeurs.

Debbie Jo suit avec l'histoire de Mary Fields, alias Stagecoach Mary. En raison du fait que Mary est née esclave et a vécu dans le Far West, il peut parfois être difficile de distinguer la vérité de la fiction dans HERstory. Ce qui est très clair, cependant, c'est que son niveau de badassery était à 10/10. Conduire une diligence pour le service postal américain à cette époque n'était pas une blague, mais elle était prête à relever la tâche - même à 60 ans ! Elle est très amusante à apprendre ! Envisagez de boire un verre de whisky en son honneur tout en écoutant.

Merci d'être là cette semaine et chaque semaine ! Soyez toujours un vrai humain.

Afleveringen

Épisode spécial de croisement : Kelly sur Boobies & amp Noobies

La fonctionnalité spéciale de cette semaine est, à notre avis, un moment délicieux et amusant avec notre propre Kelly Nerdzilla Mendenhall et "The Other Kelly", Kelly Reynolds de Boobies & Noobies.

Kelly et Kelly ont tous deux lu le roman d'amour Calling It de Jen Doyle. Après une brève interview, ils plongent profondément dans le livre. C'était sexy ? A lire ? Qu'ont-ils aimé et détesté à ce sujet ?

Voici la chose - Non Mom Kelly ne s'attendait pas à s'amuser à lire ce livre, mais elle l'a totalement fait. Et il y a des scènes assez torrides dedans. Si vous avez rejeté les romans érotiques ou d'amour dans le passé, vous pourriez également être agréablement surpris par ce livre ! Nous espérons que vous aurez autant de plaisir à écouter que Kelly et Kelly ont aimé enregistrer, et nous tenons à remercier Kelly Reynolds de nous avoir permis de partager ce croisement !

p.s. Non maman Kelly se remet bien de la chirurgie et son infirmière à domicile la voit une fois par semaine et un physiothérapeute à domicile vient deux fois par semaine. Les deux premières semaines ont été très dures mais elle s'en est sortie. Hier, elle a monté l'escalier du deuxième étage pour la première fois depuis avant l'opération !

Sortie spéciale : Women Conquer Business Crossover

Comme vous le savez, le podcast est en pause jusqu'au Nouvel An à cause de la neurochirurgie de Kelly. Mais nous avons promis que nous publierions des épisodes spéciaux et des collaborations.

Tout d'abord, un épisode de Women Conquer Business avec Jen McFarland ! Kelly est apparue dans l'émission pour être interviewée à propos de son livre, du podcast et de son travail dans le marketing de réseau.

Ce que Kelly ne savait pas à l'époque, c'est que Jen est en fait une ÉNORME fan de A Non Mom Happy Hour et qu'elle suivait Nerdzilla Lives ! (le blog de Kelly) et des choses. Les deux dames se sont beaucoup amusées en studio, et Kelly parle du début de la série et de l'amitié que les Non Moms ont développée à partir de plusieurs États.

Oh, et voici une pépite géniale de Jen ! Elle a développé un guide « How-To » pour lancer un podcast ! Nous aurions aimé avoir cela au début.

Zijn er afleveringen die ontbreken?

Bibliothécaires à cheval dans l'est du Kentucky

L'épisode de cette semaine est doux-amer car ce sera notre dernier épisode frais jusqu'au Nouvel An. En raison de nombreuses variables, y compris le besoin de Kelly de se concentrer sur la guérison après sa prochaine intervention chirurgicale, le podcast sera interrompu.⁣⁣ Ce n'était pas une décision facile. Mais cette prochaine opération est une idiotie, et Kelly le doit à elle-même et à tous les fans à qui nous avons dit de donner la priorité aux soins personnels, de faire exactement cela. ⁣⁣⁣⁣Kelly sera à l'hôpital du 22 au 25 octobre ou 26. Elle travaillera avec des ergothérapeutes pour lui apprendre à naviguer dans son corps et sa vie sans se blesser. ⁣⁣Kelly travaille actuellement sur le livre n° 2 qui traite de l'éclairage au gaz médical, écrit toujours son blog et sa newsletter, et en général essayant de botter le cul autant qu'elle peut du #businesscouch. Il y a un code promo HAPPYHOUR sur nerdzillakelly.com/store pour recevoir une remise sur les produits Nerdzilla et Mechanerdzilla. Si vous souhaitez suivre Kelly pendant notre absence, vous devez vous abonner à sa newsletter sur atnerdzillakelly.com/newsletter.

Kelly parle à Debbie Jo des incroyables bibliothécaires équestres de l'Est du Kentucky ! Pendant la Grande Dépression, le Pack Horse Library Project a été lancé dans le cadre de la Work Progress Administration du président Roosevelt. l'éducation au Kentucky.

À l'époque, le chômage dans la région était de 40 % et environ 31 % de la population de l'est du Kentucky ne savait pas lire. Mais comment livrer des livres à des familles vivant dans les Appalaches, en terrain périlleux et coupé de tant de civilisation ?

Vous l'avez deviné, à cheval ! The ladies who delivered books, scrapbooks, magazines, and newspapers were definitely everyday heroes. We hope you enjoy learning about them as much as we did. ⁣

Everybody Ask Win!

PODCOIN IS GOING UNDER AND WILL NO LONGER WORK AS OF SEPTEMBER 24. PLEASE MAKE SURE TO SUBSCRIBE TO US ON ANOTHER PLATFORM SUCH AS:

Apple PodcastsPodbeanRadio PublicSpotifyStitcher

This week Kelly and Debbie Jo got to hang out with Win Kelly Charles! Win is definitely a badass lady. Born with Cerebral Palsy and severe Scoliosis, Win made quite the early entrance into the world, changing her parents lives and the lives of those around her, forever. You can't help but fall in love with Win's spirit and perseverance.

She has authored multiple books, hosts and co-hosts multiple podcasts, and spreads education and awareness about living with Cerebral Palsy and chronic pain, daily. We talked about Spoonie life, fashion for Spoonies and her podcast Diary of a Fashionista, grief & loss, and authenticity!

We hope you enjoy hearing Win's story and our conversation in the virtual studio.

Make sure you check out her podcast Diary of a Fashionista, on one of these fine listening apps:

Play Ball!

This week's episode is a hoot!

To keep things interesting Debbie Jo shares again (who needs rules anyway amiright) all about America's favorite pastime, baseball!

The story of Jackie Mitchell is full of controversy, mystery, + badassery. The 17 year old struck out 2 of baseball's best players in an exhibition game on April 2, 1931.

We'll let you decide based on the evidence but we'd love to hear your thoughts + theories so send us a message after you listen!

Thanks for listening this week + every week :)

Corrections Quadrants & The Destroyer of Men's Souls

We're coming to you this week with our first ever Corrections Quadrant! A new (and hopefully lasting) listener and friend wrote to us in response to our episode last episode and the use of the term "Gypsy" and she offered us some education on Roma culture. If you'd like to learn more about Roma culture, please check out this awesome article.

Next, Kelly surprises the heck out of Debbie Jo when she tells her why she's working on removing the word "Y'all" from her vocabulary. All about learning, knowing, and doing better, folks. We're all human and don't have to be perfect, but we should try to be better whenever possible.

Speaking of being a real ass human. This week Debbie Jo tells Kelly about Carrie A. Nation, a somewhat controversial woman in history. We don't want to give too much away in the show notes, so you should definitely listen and draw your own conclusions. Her story begs the question: are badasses and heroes only ever perfect? (Spoiler alert: No.) And Carrie is credited with opening the country's first ever battered women and children's shelter, so there's that!

Thank you for being with us this week and every week. We had a really great time recording this episode, and Kelly was able to do it from a bedside studio thanks to our distinguished producer, Wade Freeman. Thanks, Wade!

Always be a real as human and have a great week, friends!

Toni Morrison and Frustrating Audio Kerfuffles

It's been a bit of a hot mess express over here at the Non Mom Happy Hour Virtual Recording Studio the past two weeks. We are going through some growing pains with Squadcast.fm v2.0. We are doing are best to work with the support team at Squadcast.fm and get it figured out. They're just as frustrated as we are, we're sure, so please hang in there with us while we get the kinks out. (For instance, in this episode you'll notice that Debbie Jo's audio isn't up to our usual standards. Long story.)

SURPRISE! We have some new business.

First of all, if you haven't yet, please check out our new-and-improved website, www.anonmomhappyhour.com. We decided that since our podcast audience has had a serious upgrade in recent months, so should our website, and we think it's pretty cool. Find links to all the social meds, our merch store, photos of us at PodX, all kinds of things.

This week Kelly tells Debbie Jo about esteemed American author Toni Morrison. Morrison was important for so many reasons she challenged so much about how we as a society and culture view race, American beauty standards, civil rights, and the balance of good and evil. It's hard to adequately put into words just how important her work has been and what a loss our country and the world suffered when she passed away in August. We hope you dig the tribute.

Debbie Jo tells Kelly about. no one. You'll have to listen to learn why! Get to it! Thanks for hanging with us, and remember:

Always be a real ass human. (Even if that means you go a week without a podcast episode release, and then your next episode release has audio issues.)

Neurosurgery, Plumbing Disasters, and Meditation

For you, it's only been two weeks since we recorded and released an episode. For the Non Moms, it has been four weeks. Time is so weird.

Our producer has an official pseudonym. You can follow him on Instagram as @Wade.Freeman. Do it. Give him production feedback. It'll be great. (He's going to hate us, which is hilarious.)

This week you can hear all about Kelly's (successful) neurosurgery and hospital experience (so much tragic comedy) Debbie Jo's new meditation and gratitude practices Kelly's plumbing disaster which of course took place just days after the neurosurgery our birthdays! That's right, we're both officially older and neither of us is totally comfortable with it.

This episode, in other words, is a journey through some serious real life, a few disasters, a little bit of success, and a whole lot of fun. Join us next week when we'll have new research for you!

We love y'all so much. Thanks for being here. Also, please consider checking out our patreon at www.patreon.com/anonmomhappyhour and becoming a patreon for as little as $3 a month! (We'll send you mail that's not bills. How fun is that?!)

Suffragists, Communists, & Space Walkers

Ok, ok, so. yes, Debbie Jo said like a dozen times on our last episode that we were going to do an Area 51-themed episode since it would be our 51st. However, Kelly had major brain fog and this episode was recorded the day before her major neurological surgery and she totally freaking forgot.

That being said, after a bit of ribbing from Debbie Jo, Kelly kicks things off by telling everyone about Sylvia Pankhurst (thanks mom!) Sylvia was raised by folks who were actually into women's rights and education and raised her as such. She "hated fascism and lipstick," and for a time was very involved in Communism. She drifted from Communism eventually but remained active in movements against fascism and colonialism for all her adult life. She died an Honorary Ethiopian at the age of 78, in 1960.

Debbie Jo stuck to the actual theme of the show and talked about what was supposed to be the first all-female spacewalk, explains that it was canceled, and why. Yes, it's because there weren't enough medium-sized suits, but it actually goes deeper than that. Just listen, trust me, it's worth it. There's also some conspiracy and alien talk thrown in the mix for fun.

Today marks 10 days since Kelly's surgery, which turned out to be a double laminectomy and full spinal fusion of the C6-C7 vertebrae (there's a cool animated video!) because her spinal disc had actually ruptured. She's recovering well, in spite of a plumbing disaster and stomach virus you're sure to hear all about on next week's episode. Tragic comedy, here we come!

Conspiracies + Productivity Hacks

Hey hey friends! Lil bit of a curveball for ya today. Rather than sharing research we are sharing some lessons we've learned in business + in life over the past several years.

Naturally we begin the episode with some hilarity. We chat about conspiracy theories, do you think we actually went to the moon? We also chat about secret experiments, MK Ultra anyone?

Then we share some of our biggest lessons from recent years. Like don't be a big fat jerk + message someone about your acne fighting skincare because they post a picture of them with a giant zit on their face. Try new things but if it doesn't feel right or work how you want it to then stop doing that shit!

Probably the biggest productivity hack of all is to get your ass out + get re-inspired. Hear how we have re-inspired ourselves recently in this episode too.

Thank you for listening you guys!

Blitzkriegs and Radical Comedy

(It's our producer's fault that this episode is late because he procrastinated. He will henceforth be known as the King of Procrastination Nation.)

This is our last episode before Kelly's big surgery! Kelly goes for spinal fusion on July 18th and becomes part Mechanerdzilla and part Bionic Woman. Don't worry, we'll still have new content to post while Kelly is in recovery because we recorded in advance!

Kelly kicks things off with the story of English chemist and volunteer Air Raid Warden Rosalind Franklin. This Lady Badass stayed on at Cambridge to pursue her studies in spite of the world (figuratively) and bombs (literally) falling down all around her in WWII. Then, she helped discover the structure of DNA molecules, but of course, received no freaking credit for it, because of men.Debbie Jo lightens the mood with Moms Mabley (born Loretta Mary Aiken), a well-known vaudeville comedian, and prominent member of the African American comedy community's so-called Chitlin' Circuit. It was in the era of segregation in America that Moms Mabley began to gain popularity with black and white audiences. She performed on the Ed Sullivan Show, The Smothers Brothers Comedy Hour, and set a record for performances at the Apollo! Definitely a trailblazer!

Thanks for being here with us this week and every week. Again, we apologize for being late, on behalf of our producer. Please check out our patreon and consider becoming a patron at www.patreon.com/anonmomhappyhour. We look forward to hearing from everyone what you think of this week's show! Byyeee.

Happy Podiversary, Year One!

Happy one-year podiversary, listeners! Thank you so much for being here with the Non Moms for a whole year of episodes. We are honored to be allowed in your earholes every week. Real talk.

New hashtag: #DontLetKellyGoBankrupt Please consider buying her book! www.nerdzillakelly.com/book. To all of our #Spoonie listeners, hang in there! This life isn't easy or cheap. Thankfully, we have each other.

Debbie Jo officially kicks the episode off with the life and times of Babe Didrikson Zaharias. Babe was an incredibly accomplished athlete and took home not one, but two Olympic Gold Medals in Track & Field in 1932. She followed that up with becoming a professional golf player and helping to found the Lady's Professional Golf Association (LPGA). Kelly proves beyond a doubt that she was not ever any kind of jock or athlete. Thank goodness Debbie Jo used to play golf, otherwise Kelly would likely not have understood half of what she said about Babe.

Kelly follows Babe up with the story of American poet Phillis Wheatley. Phillis Wheatley is not her birth name, but her slave name, and unfortunately, we do not know her birth name. However, Phillis was the first African American woman to be published as an author in America. Her poetry served as a covert way for her to participate in sociopolitical discussions and support the abolition of slavery, without taking too much heat from colonial white folks about it. This conversation might make you uncomfortable. It's probably supposed to.

Tune in next week for our last episode before Kelly's spinal fusion surgery! There may even be a guest!

Brain Tumors & The Wild West

Y'all know what time it is! Do you know that next weekend marks 1 year of A Non Mom Happy Hour?! We'll have to think of some special way to celebrate and honor that anniversary with you all.

This week Kelly kicks things off by telling the story of Mary Putnam Jacobi of the Putnam Publishing family. Mary wasn't just one of America's first female physician's, the first woman to attend Ecole de Medecine in Paris, France, or one of the founders of the Women’s Medical Association of New York City. This woman was so badass and so dedicated to the study of medical science that she even journaled about the symptoms of her own brain tumor for years before finally succumbing to it, to help people better understand the tumors.

Debbie Jo follows with the story of Mary Fields, AKA, Stagecoach Mary. Due to the fact that Mary was born a slave and lived in the wild west, it can sometimes be difficult to distinguish truth from fiction in HERstory. What is very clear, however, is that her level of badassery was at 10/10. Driving stagecoach for the US Postal Service in those days was no joke, but she was up for the task -- even at age 60! She's a lot of fun to learn about! Consider having a nip of whiskey in her honor whilst listening.

Thanks for being here this week and every week! Always be a real ass human.

Kickin' it Old School

This week the Non Moms are kicking it old school. No badass women being celebrated. outside of the hosts, that is.

Kelly has some pretty big news and health updates she finally fired her terrible doctor! Listen up to hear about why it's so important that Spoonies be tireless advocates for themselves. Or, maybe lean on others to help advocate for them.

Then, Debbie Jo checks in and talks about what it's like to discover suddenly in your mid-twenties that you have legitimate attention deficit issues. Ok, so you finally know. now, how do you deal with it, without being mean to yourself?

It had been a while since we just talked to our listeners about life, stress, mental health awareness, and self-care, and we decided it was past due. We hope you enjoy the episode (especially our long-time listeners) and that whoever needs the messages receives them. (Skippers will hate this episode. MUAHAHAHA. )

If you do enjoy it, then you should definitely check out our Patreon page and consider becoming a monthly patron, because you'll get more of our raw, unfiltered conversations about life, with VIDEO. (Yep, you can see all of the faces we make to make each other cackle-laugh and snort.)

You'll also get mail from us as well as the warm and fuzzy feeling of knowing that you're helping us keep this podcast going.

Go to www.patreon.com/anonmomhappyhour and become a patron, today! (Thank you!)

Pride (Month) & Prejudice

The Non Moms were so excited to be back in the studio this week, after several weeks away! Good news and bad news: Bad news, the audio for our live show at PodX was lost. Good news: This is a banging ass episode, anyway!This week Kelly kicks it off by telling Debbie Jo all about Mary Church Terrell, who was actually the badass she covered at the live show. She was so badass that Kelly simply couldn't let her be lost to the evil techno-Gods working against her. Mary was a hell of an activist and was a charter member of the National Association for the Advancement of Colored People as well as being the founder and president of the National Association of Colored Women.

In honor of Pride Month and at the suggestion of two listeners, Debbie Jo told Kelly all about Anne Lister! HOLY. MOLY. Her story kept Kelly on the edge of her seat the entire time, it was amazing. Anne Lister was a lesbian. in the 1800s, y'all! And thanks to the immaculate recording of her life's story in 26 volumes of her personal diaries, a writer in the 1980s was able to establish that - spoiler alert - being a lesbian (or any other member of the LGBTQ+ community) has always been a thing and is totally natural and beautiful, and that love is love. Période.

Happy Pride Month, y'all! Thanks for hanging with us!

From the Netflix Studio at PodX: Three Non Moms

Surprendre! It's an interview episode! It's been a while since the Non Moms have had anyone on to interview, but they met Kate Van Sprange at PodX and just knew they had to have her on. The ladies recorded this episode in the Netflix Recording Studio at PodX in Nashville, Tennessee on June 1.

We talked social worker/nonprofit burnout, self-care, and reinventing oneself as many times as necessary to find peace and happiness in oneself while pursuing a career and lifestyle that is fulfilling and honors oneself. We even talked about Spoonie life a bit, as Kate's husband Mel is a badass Cystic Fibrosis warrior! (Check out the badass organization Rock CF!)

For all of our listeners and pals who are vocalists, lecturers, people who have to talk too much for any reason and are always dealing with throat irritation and loss of voice, you definitely need to check Kate's product, Vocal Eze, out! We are especially big fans of the lozenges.

You can find them on Amazon and at Sam Ash, Guitar Center, and more!

Interact with Kate (and her delightful husband Mel) on Twitter, Instagram, and Facebook:

Wandering Wombs & Circus Tattoos

This is our last episode of May, our last episode before PodX, and the last episode of Mental Health Awareness Month! Where is the time going?!

This week Kelly kicks things off by exploring the history of women's mental health treatment. Spoiler alert: It's been rough. The Ancient Greeks had some seriously crazy ideas about what a woman's uterus was doing in her body and how it was impacting her mood and behavior. Then there was Victorian England where it was decided that all we needed was orgasms to keep us happy, and that, of course, male doctors must be the ones to deliver them. *Eye Roll*

Debbie Jo goes on to tell us about the first American traditional tattoo artist, Maude Wagner. Maude was only ever tattooed by her husband, who taught her the art of tattooing, and they passed the tradition on to their only daughter. The Wagners traveled for years with the circus as a freakshow act, both for being heavily tattooed and for performing the art of tattooing in front of audiences.

Special thanks to artist Meredith Elmore (Instagram @meredithelmorepaints) for allowing us to share one of her pieces of art in recognition of Mental Health Awareness Month. Find her (and this print!) on Etsy at https://www.etsy.com/shop/meredithelmore. Enter promo code "Nonmomhappyhour" for free shipping!

Take care of yourselves and each other, folks. You matter to us!

The New Deal & 1,100 Backpacks, with Special Guest: Herpes

The Non Moms were in rare form this week, Y'All! Skippers, if you've made it this far, you can get your skip-button fingers ready, and tune in at around the 20-minute mark.

Kelly kicks things off by telling Debbie Jo about Frances Perkins who we will heretofore consider the Godmother of the Labor Movement. Without Frances, the New Deal might not ever have happened, or at least not as we know it. You can thank her for 40-hour work-weeks and the abolition of child labor. You can thank yourselves for the destruction of many of the benefits once afforded by the labor unions, like 40-hour work-weeks and overtime pay. Well done, America!

Continuing the coverage of Mental Health Awareness Month, Debbie Jo follows up Frances with the story of Alison Malmon, Founder and Executive Director of the nonprofit organization Active Minds. Alison was inspired by the death of her brother, who committed suicide, to change the mental health narrative on college campuses across the United States. Suicide is the leading cause of death for college students and 1,100 college students each year commit suicide. Active Minds helps empower students to help one another and prevent such deaths. Finally, this all leads to a conversation about herpes and the stigma attached to the herpes virus. Debbie Jo shares her personal life experience, surprising even herself.

Please, if you are considering suicide, reach out for help, you can call the Suicide Prevent Lifeline at 1-800-273-8255 or visit https://suicidepreventionlifeline.org/.

South Fulton, Georgia & Mother Monster

NOTE: May is Mental Health Awareness Month:

According to Women’s Health.Gov:

Good mental health is essential to overall well-being. More than 1 in 5 women in the United States experienced a mental health condition in the past year, such as depression or anxiety.1 Many mental health conditions, such as depression and bipolar disorder, affect more women than men or affect women in different ways from men.2,3 Most serious mental health conditions cannot be cured. But they can be treated, so you can get better and live well.4

National Domestic Violence Hotline Phone Number: 1-800-799-SAFE (7233)National Sexual Assault Hotline Phone Number: 1-800-656-HOPE (4673)Safe Helpline (for members of the military) Phone Number: 1-877-995-5247

Debbie Jo throws everyone a curveball this week and covers not one woman, not two women. but an entire town outside of Atlanta, Georgia which is being predominantly governed by badass African American women. The town is South Fulton, Georgia, which hasn't even officially been a town for but a couple of years. The women aren't hired just because they're women these are well educated, credentialed, and experienced women who all happen to have been voted into or hired into offices of the local government. They are doing some breakthrough things in the court system of South Fulton, too, so you'll definitely want to hear about this place and keep your eye on it for future outcomes.

Kelly follows the town of South Fulton with everything you might think you already know about none other than Lady Gaga AKA Mother Monster. Kelly didn't fall in love with Lady Gaga in the same timeframe or for the same reason that most people have -- her music. Kelly discovered Lady Gaga as a person, as well as her persona when Kelly watched her Netflix Original documentary, Gaga: Five Foot Two. Kelly talks about all that Lady Gaga has survived and overcome (especially in regard to mental and physical health and wellness) to get where she is today in her career and her life. Spoiler alert: There is no magic button or pill to make your dreams come true, Y'All. Ya gotta work for it. She certainly does.


Y'all know what time it is! Do you know that next weekend marks 1 year of A Non Mom Happy Hour?! We'll have to think of some special way to celebrate and honor that anniversary with you all.

This week Kelly kicks things off by telling the story of Mary Putnam Jacobi of the Putnam Publishing family. Mary wasn't just one of America's first female physician's, the first woman to attend Ecole de Medecine in Paris, France, or one of the founders of the Women’s Medical Association of New York City. This woman was donc badass and donc dedicated to the study of medical science that she even journaled about the symptoms of her own brain tumor for years before finally succumbing to it, to help people better understand the tumors.

Debbie Jo follows with the story of Mary Fields, AKA, Stagecoach Mary. Due to the fact that Mary was born a slave and lived in the wild west, it can sometimes be difficult to distinguish truth from fiction in HERstory. What is very clear, however, is that her level of badassery was at 10/10. Driving stagecoach for the US Postal Service in those days was no joke, but she was up for the task -- even at age 60! She's a lot of fun to learn about! Consider having a nip of whiskey in her honor whilst listening.

Thanks for being here this week and every week! Always be a real ass human.


Meet Stagecoach Mary, the Daring Black Pioneer Who Protected Wild West Stagecoaches - HISTORY

Postcards for Democracy, Beatie Wolfe (2020)

Some argue mail art waned in the 1990s when the internet provided an alternate collaborative space, suggesting it is a kind of proto-net art [1]. “Mail art has no history, only a present,” said Ray Johnson, one of the early mail artists punning on the gift of word and image [2]. With postcards, it provides a public yet private offering that cultivates a kind of cleverness in the sender there’s a playfulness in its openness. Mail art was a popular movement in the 1970s through 1990s but has been reinvigorated recently in the United States by artists Mark Mothersbaugh and Beatie Wolfe in response to the politicizing of the United States Postal Service (USPS).

The digital age doesn’t seem like the moment for postcards, but when the USPS requested $25 billion (yes, billion) dollars to manage its flailing operation amidst a pandemic that has more people than ever voting by mail, the US President suggested shutting it down. Previous political figures have suggested the same, but this guy started to use it as a tactic to question the extensive use of mail-in voter registrations and ballots—which have no recorded fraud, despite his repetitive claims that it does. Given text and email, people don’t send letters as they once did, but USPS was established in the Constitution and across the years has served over and over again to produce the American Dream.

Benjamin Franklin was the first Postmaster General, a role he knew well from doing the same for Philadelphia some years earlier. The post was the way to connect the disparate colonies, now nation, with information, and so newspapers were delivered for free. Prior to the Civil War (1861-1865), the post couldn’t hire former slaves, since many worried they would learn that ‘all men are created equal’ from circulating debates and abolitionist pamphlets. After the Civil War, that ban was lifted and Postmaster Blair (appointed by Lincoln in the Civil War) made jobs available to women, too. By 1890, the hard-drinking, cigar-smoking, fast-shooting, “Stagecoach” Mary Fields transported the mail by wagon in the wilds of Montana [3]. USPS has been a major source of work for veterans and of its current 600,000 employees, 20% are veterans.

As Mark Mothersbaugh comments: The threat now facing the USPO seems to shake our foundation and challenge rights that, up until now, have been inherent. The fact that this has happened in this country not only needs to be documented but it needs to be questioned and commented on.

USPS is far from a perfect system and it has often inadequately rewarded its employees so that strikes are a longstanding part of its history…and yet it is the favourite government service of US citizens. It provides the elderly and disabled with prescriptions, as well as letters from loved ones to keep them buoyant. Private postal services don’t serve all rural areas of the nation but the USPS does. The Postal Service is in Article 1 of the US Constitution, the same article that describes Congress. It is in section 8 of that article, which establishes Congress with the right to coin money, establish an Army and Navy, and ensure copyright, among a slew of other expectations. It is vital to the nation, the circulating lifeline.

Vote Please by Beatie Wolfe and Mark Mothersbaugh (2020) Where do we go from here by Mark Mothersbaugh x Beatie Wolfe (2020)

Mark Mothersbaugh and Beatie Wolfe established Postcards for Democracy “to encourage as many people as possible to support USPS (at this critical time), our right to vote, and democracy as a whole via the power of art” [3]. It’s a simple task for Americans to reclaim the importance of this service. The action means making a postcard or altering an old one. Buy a stamp. Then, mail the card to:

Postcards for Democracy 8760 Sunset Blvd, West Hollywood, CA 90069-2206 USA

The artists will display the works, both physically and virtually, as is part of the inclusivity at the heart of mail art. Mark Mothersbaugh, in some circles better known as the lead singer of the new wave band Devo, has been a practising mail artist since the 1970s. He has exchanged postcard art with the famous, infamous and not so famous, creating a multi-decade image bank and inspiration resource. His recent Museum of Contemporary Art Denver exhibit was accompanied by a beautiful catalogue, Mark Mothersbaugh: Myopia (Princeton Architectural Press, 2015). Beatie Wolfe is a musician and artist who has repeatedly experimented with output formats, which in 2018 were presented in a solo exhibition at the Victoria & Albert Museum. These include creating a holographic app for her debut album, developing an immersive AR ‘anti-stream’ experience for another [4]. With Nobel Laureate Robert Wilson, she’s even broadcast into space via the Horn Antenna, which was used to prove the Big Bang theory.

“Lockdown has reminded me of the joy and importance of physical correspondence so showing our support for this vital institution (USPS) at this crisis point is paramount. And what better way to do it than via the power of art.” – Beatie Wolfe

The postal service was a way that people themselves went from one place to another when train travel was too expensive. The parents of Charlotte May Pierstorff gave her .53 in stamps to travel by mail carrier to Idaho in 1914. There is a letter from 1913 in the postal museum asking how best to ship a baby as any other service would be too “rough-in handling” [5]. Eventually, regulations ended this practice, but it highlights the intimate relation that the post has had. After my mother died, I started sending regular letters to my grandmother. When my life became immersed in digital culture, I found an app, Snapshot Photo, that would allow me to upload a photo and write a text, which they would print and mail so that she got a physical card. To me, these were transient messages. When she died, I discovered she had kept every one and now I have them, a memory of our exchange that reading emails never quite provides.

Mothersbaugh and Wolfe’s Postcards for Democracy offers a space for anyone and everyone. Children can learn about the value of communication as they produce art. Adults can be reminded that if you don’t use your voice, you risk losing it. As Chuck Welch said, “Cultural exchange is a radical act.” What a moment in history that to draw a picture and mail it is the radical step we need in the USA today.


Tired Women Bianca Jankovska

Der feministische Medienpodcast von und für Journalist*innen, Autor*innen und Medienmacher*innen, die eine kapitalismuskritische Sichtweise auf aktuelle Themen und Phänomene im deutschsprachigen Diskurs vermissen.

Hosted by Bianca Jankovska @groschenphilosophin

#48: Eine große Portion . Naivität

Cecile aus Eiskalte Engel, Forrest Gump oder Penny aus Big Bang Theory – naive Charaktere gibt in Serien und Filmen haufenweise und manchmal treiben sie einen allein beim Zusehen schon in den Wahnsinn. Aber ist Naivität per se schlecht oder gibt es sogar Momente im Leben, wo Naivität sich lohnt? Das wollen Bianca und Esther in dieser großen Portion herausfinden. Gemeinsam reflektieren die beiden, wie naiv sie auf einer Skala von 1 bis 10 sind und überlegen laut, in welchen Situationen sie doch naiv sind. Spoiler: Zum Beispiel in der Liebe.

Und ist Naivität nicht auch ein Stück weit Privileg? Denn nur wer wohlbehütet aufwächst und nie wirkliche Probleme hat, kann sich wahrscheinlich die rosarote Brille der Naivität dauerhaft leisten. Und schlussendlich die Frage: Ist die Geschichte des naiven Blondchens à la Cassie aus Flight Attendant nicht eigentlich schon längst auserzählt?

Intro-Vocals: Vanessa Kogler

#47: Feministische Digitalpolitik

“Das Internet ist für uns alle Neuland” - dieser Satz von Mutti Merkel sorgt immer wieder für Spott und Häme. Aber hat sie nicht Recht? Ist unsere Vision von einer “besseren Welt” im Internet gescheitert? Um das zu diskutieren, habe ich Caroline Krohn, Digitalexpertin und Bundestagskandidatin für die Grünen, eingeladen. Wir sprechen über feministische Digitalpolitik, Data Harvesting und Privatsphäre als demokratisches Grundrecht und diskutieren, wie wir raus aus der der vorherrschenden zivilisatorischen Steinzeit im Internet zu einem organisierten sozialen Miteinander im virtuellen Raum finden.

Intro-Vocals: Vanessa Kogler

Inhaltliche Gestaltung: Esther Ecke

#46: Eine große Portion . deutsches Reality-TV auf TV Now

Liebe Zuhörerinnen und Zuhörer: Wir müssen über TV Now sprechen. Wenn Netflix nicht mehr liefert, steigen Serien-Junkies wie wir nämlich auf härteren Stoff um. Gerne auch unter der Gürtellinie! Dorthin geht es garantiert gleich bei mehreren Shows vom Paid-TV-Sender, den alle mit RTL verwechseln.

Wir haben die aktuelle Staffel von „Temptation Island“ und „Are You The One“ für euch geschaut und erzählen euch in dieser Folge, welche Paare wir warum ganz schlimm fanden, wem wir gerne das Mikro abgenommen hätten, warum wir trotz des Sexismus und des oftmals unrealistischen Schönheitsideals hängen bleiben und ob wir uns selbst vorstellen könnten, bei einer Reality-TV-Show mitzumachen.

Bevor ihr reinzappt, noch ein Tipp: Ja, am Anfang fühlt es sich komisch an, TV Now zu schauen und man möchte dieses Verhalten auch gerne vom Partner verstecken. Bis man dann in einer unaufmerksamen Sekunde das Browser-Fenster offen lässt, bevor man aufs Klo geht, und . Schatzi nach der Rückkehr selbst gebannt und mit Popcorn davor sitzt.

Das? Ist die Pandemie, Leute. Aber sicherlich auch unser unterdrückter Trash-TV-Voyeurismus.

Also, holt euch ein Gratis-Probe-Abo und hört euch die große Portion an, nachdem ihr selbst gesehen habt was für Star-Allüren, Bitch-Fights und toxische Verhaltensauffälligkeiten die Bewohner der Villen an den Tag legen. Bussi!

#45: Was wir beim Schreiben über das Lesen lernen

Support your local media & schließe eine Mitgliedschaft für TIRED WOMEN

ab. Folge uns auf instagram.

Eine Sache hat sich gravierend verändert, seit ich selbst ein Buch veröffentlicht habe. Nämlich mein Leseverhalten. Ich kann leider ganz viele Bücher irgendwie nicht mehr so richtig … genießen? Ich bin Konsumentin, Lektorin und Korrektorat in einem ich denke ständig darüber nach, wie das Buch vor mir jetzt wohl vermarktet werden wird, welcher Plottwist als nächstes kommt, welche Kommentare auf Amazon erscheinen werden.

Sprich: Bücher zu schreiben und verlegt worden zu sein, hat meinen Blickwinkel auf die Branche total verändert, und das nicht immer zum Positiven.

Als mir das aufgefallen ist, dachte ich: Warum das Thema eigentlich nicht zu einer Episode verwursten? Ich wollte andere Autorinnen fragen, wie es ihnen seit der Veröffentlichung von Büchern ergangen ist. Ob sie noch Spaß am Lesen haben, ob sie überhaupt noch lesen können, ohne zu kritisieren. Und natürlich auch, ob sie durch das viele Korrekturlesen selbst zu besseren Autorinnen geworden sind.
Shownotes zu unseren Autorinnen

Wlada Kolosowa (https://www.wladakolosowa.de) @caviarmuesli

Scharzrund (http://schwarzrund.de/) @schwarzrund

Mareike Fallwickl (https://www.mareikefallwickl.at/) @zuckergoscherl

#44: Was geht, Österreich – Eva Reisinger über Wodkabull, Widerstand und FPÖ-Wähler im Freundeskreis

Support your local media & schließe eine Mitgliedschaft für TIRED WOMEN ab.

Ihr kennt die Journalistin Eva Reisinger wahrscheinlich schon aus diesem Internet. Denn dort hat sie als Österreichkorrespondentin für das junge Magazin des ZEIT-Verlags über allerlei Kuriositäten aus dem Schnitzelland berichtet.

Jetzt hat sie über all das auch ein Buch geschrieben.

Aber keine Sorge: niemand muss darin erstmal 120 Seiten über die Geschichte der FPÖ durchlesen. Sachbuch geht auch anders: nämlich sehr persönlich, witzig und dabei trotzdem politisch.

Warum genau diese Mischung vielen österreichischen Journalist*innen nicht seriös genug ist und Kellnern in der Großraum-Disco als hilfreiche Lektion in Punkto Selbstvermarktung unterschätzt wird, habe ich Eva Reisinger persönlich gefragt.

Sie erzählt, wie ihr Buch „Was geht, Österreich“ in Deutschland und Österreich rezipiert wurde warum sie die ersten hundert Seiten wieder verworfen hat und wie die perfekten Käsenockerl auch nach dem Skiurlaub zuhause gelingen.


Voir la vidéo: Joë Hamman: le français qui inventa le Western (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Shaw

    Je joins. Je suis d'accord avec tout ce qui est ci-dessus par dit.

  2. Samumuro

    Bravo, vous avez été visité par l'idée remarquable

  3. Otik

    La phrase incomparable, j'aime beaucoup :)

  4. Seanan

    Bien sûr. Je suis d'accord avec tout ce qui précède. Nous pouvons communiquer sur ce thème. Ici ou à PM.

  5. Brad

    Ce message est incomparable))), c'est très intéressant pour moi :)



Écrire un message