Podcasts sur l'histoire

PRIX STERLING, CSA - Historique

PRIX STERLING, CSA - Historique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

PRIX GÉNÉRAL EN STERLING, CSA
STATISTIQUES VITALES
NÉE: 1809 dans le comté de Prince Edward, en Virginie.
DÉCÉDÉS: 1867 à Saint-Louis, MO.
CAMPAGNES : Wilson's Creek, Lexington, Pea Ridge, Iuka, Corinth, Helena, Camden Expedition, Price's Missouri Raid.
RANG LE PLUS ÉLEVÉ ATTEINT : Major général
BIOGRAPHIE
Sterling Price est né dans le comté de Prince Edward, en Virginie, le 20 septembre 1809. À l'âge de 21 ans, lui et sa famille ont déménagé dans le Missouri, où il est devenu propriétaire d'esclaves, grand planteur de tabac et homme politique à la frontière. Price a été gouverneur militaire du Nouveau-Mexique pendant la guerre du Mexique et a été nommé général de brigade. Après la guerre, il a été élu à la législature et au Congrès. En 1852, Price est élu gouverneur et devient plus tard commandant des troupes de l'État. Il s'est d'abord opposé à la sécession du Missouri. Cependant, lorsque Francis P. Blair, Jr. et Brig. Le général Nathaniel Lyon a repris le camp Jackson à St. Louis, Price était tellement indigné qu'il a rejoint la Confédération en tant que commandant des troupes du Missouri. Lui et le brigadier confédéré. Ben McCulloch a battu le brigadier. Lyon à Wilson's Creek, Missouri, prit ensuite la garnison de l'Union à Lexington. Price fut nommé major général le 6 mars 1862, mais ne remporta aucune autre victoire majeure. Après avoir subi une défaite à Pea Ridge, Arkansas ; Iuka, Corinthe et Helena, Arkansas ; il a aidé à s'opposer à l'expédition de Camden. À la fin de 1864, Price a dirigé l'armée du Missouri dans ce qui est devenu le raid Missouri de Price, qui s'est terminé par une retraite. Lorsque la Confédération se rendit, Price s'enfuit au Mexique et revint en 1867, pauvre et en mauvaise santé. Il mourut à Saint-Louis, le 29 septembre 1867.

PRIX STERLING, CSA - Historique


Pour une durée limitée, bénéficiez de 10 % de réduction sur votre commande. Appliquez simplement le mot ALABAMA dans la zone des coupons de votre panier.

UNE près le déclenchement de la guerre civile en 1861, le gouvernement confédéré nouvellement établi commença à émettre sa propre monnaie comme monnaie légale pour les citoyens du Sud. Le 1er billet du gouvernement des États confédérés d'Amérique a été émis en avril 1861. Des billets ont été émis pour les trois années suivantes, se terminant en 1864. Un total de 70 types différents ont été émis en circulation.

UNE Presque chaque billet confédéré était minutieusement signé et numéroté à la main. Ces notes étaient imprimées sur de grandes feuilles puis découpées à la main. Il n'est pas rare que ces notes aient des marges inégales, car la mise en circulation de ces notes était plus importante que de s'assurer que chaque note avait une coupe précise.

C la contrefaçon est devenue un problème majeur pour le Sud. Le Nord a joué un grand rôle dans cette action en imprimant des faux billets et en les distribuant au Sud provoquant une inflation massive.

W uand la guerre civile était terminée, l'infrastructure du Sud était en plein désarroi. Les banques du Sud n'avaient pas d'argent à prêter et le prix du coton a chuté drastiquement. Les billets confédérés n'avaient aucune valeur. Les États-Unis n'ont jamais reconnu les États confédérés d'Amérique comme un gouvernement légitime, de sorte que l'argent, les actions et les obligations imprimés par la Confédération n'avaient aucune valeur et ne pouvaient pas être transférés dans des fonds américains. Quiconque avait investi dans le gouvernement confédéré, avec des billets, des obligations ou des actions, perdait la valeur de ce qu'il avait investi.

T Aujourd'hui, la valeur de ces billets est loin d'être sans valeur. Leurs prix vont de moins de cent dollars pour les séries les plus courantes et les plus imprimées, à des dizaines de milliers pour les plus rares. La plupart des numéros fortement imprimés sont encore facilement disponibles dans une certaine mesure, tandis que les numéros les plus rares sont étroitement détenus par les collectionneurs et ne font pas surface si souvent. Une chose est sûre cependant, les billets confédérés de qualité ont régulièrement augmenté en valeur au fil des ans et constituent un bon investissement.

UNE En tant que collectionneurs et marchands de monnaie confédérée et obsolète, nous considérons ces billets comme un aperçu d'une partie fascinante de l'histoire de notre pays. Notre désir de collectionner a commencé lorsque nous avons réalisé la grande opportunité de posséder de la monnaie qui était autrefois utilisée par les soldats et les civils pendant cette guerre tragique.

T Jetez un œil à notre site pour trouver de nombreux exemples de notes confédérées et d'États disponibles à l'achat. Que vous soyez un collectionneur expérimenté ou que vous cherchiez simplement à obtenir votre premier morceau de papier-monnaie historique, nous sommes sûrs que vous trouverez quelque chose d'intéressant. C'est le moment idéal pour acquérir votre première note ou ajouter d'autres notes à votre collection. Merci de votre visite.


PRIX STERLING, CSA - Historique

Histoire du Missouri
Drapeaux de la rébellion
1861 - 1865


Alors que ce drapeau du Missouri moderne n'a jamais flotté pendant la guerre de 1861-1865, il est montré ici, afin d'illustrer ses racines confédérées. Le drapeau de l'État du Missouri existe depuis longtemps et a subi de nombreuses révisions et modifications de conception. Le motif que nous voyons aujourd'hui est le résultat de tous ces changements de conception, mais le style de base est resté un peu le même depuis le début. Le Missouri a finalement adopté ce style comme drapeau officiel près de 60 ans après la guerre entre les États le 22 mars 1913. Le drapeau se compose de trois bandes horizontales rouges, blanches et bleues. Ceux-ci représentent la valeur, la pureté, la vigilance et la justice. Au centre de la bande blanche se trouvent les armoiries du Missouri, entourées d'une bande bleue contenant 24 étoiles, indiquant que le Missouri était le 24e État. Pourtant, il est important de garder à l'esprit que le drapeau moderne du Missouri était basé sur le drapeau CONFÉDÉRÉ de la garde de l'État du Missouri illustré ci-dessous.


Le drapeau de la garde d'État du Missouri était le drapeau adopté par une garde d'État nouvellement organisée. En raison du massacre de Camp Jackson, qui a eu lieu le 10 mai 1861, le Missouri avait besoin de se défendre contre les envahisseurs d'occupation fédéraux. Le projet de loi militaire a été adopté par la législature de l'État du Missouri le 11 mai 1861. Le projet de loi autorisait le gouverneur Claiborne Fox Jackson à dissoudre la milice de l'État du Missouri et à la réformer en tant que garde de l'État du Missouri. Le MSG a été conçu pour protéger le Missouri de l'invasion fédérale et des atrocités. L'État était divisé en neuf districts militaires, dont chacun devait lever une division de troupes. Le commandement général de la Missouri State Guard est confié au général confédéré du Missouri, le général Sterling Price.


Le drapeau de la bataille du Missouri est composé d'une croix romaine blanche, d'un champ bleu et d'une garniture rouge foncé. Plus de 60 000 hommes confédérés du Missouri ont servi sous ce drapeau. De nombreuses unités prestigieuses telles que le 9e bataillon de tireurs d'élite du Missouri de Pindall ont connu un service étendu sous ce drapeau.


Drapeau du 4e régiment d'infanterie du Missouri

Le 4th Missouri Infantry Regimental Flag était porté par des hommes qui se sont organisés à Springfield, Missouri en 1862. Ce régiment confédéré a quitté la maison pour s'enrôler dans l'armée de l'Ouest de Van Dorn au Tennessee.

Drapeau Quantrell fabriqué par Annie Fickle

Ce spécimen a été une énigme très débattue et a causé une confusion abondante causée par les médias "yankee" au fil des ans, quant à l'orthographe du nom de William C. Quantrill. Cela est dû au drapeau illustré ci-dessus, fabriqué par une jeune fille du Missouri. Eh bien, la réponse est assez simple et étonnante. Nous devons cette dette de résoudre le mystère à l'ancien Missouri Partisan Ranger, M. George Shepherd. La légende et l'orthographe du nom QUANTRELL sont le fruit d'une jeune fille de 20 ans nommée Annie Fickle qui vivait dans le comté de Lafayette. En mai 1862, la maison familiale d'Annie avait été envahie par une compagnie de Fédéraux, et ils ont arrêté Annie lorsqu'elle s'est avérée être en compagnie d'un Partisan Ranger. Plus tard, Annie avait été sauvée par les partisans de Quantrill, et elle ne l'a jamais oublié. En signe de reconnaissance, Annie a fabriqué un drapeau de bataille pour les Partisan Rangers. Le drapeau était composé de quatre couches d'alpaga noir matelassé et mesurait trois pieds sur cinq. Au milieu du drapeau se trouvait le nom QUANTRELL en lettres rouges foncées. Comme c'était courant à cette époque, les femmes comme Annie n'avaient pas beaucoup d'éducation. Alors elle a épelé le nom sur le drapeau du mieux qu'elle a pu. Après avoir terminé la construction de ce drapeau, Annie, en pleine nuit, a emmené le drapeau dans le camp de Quantrill, enveloppé dans un morceau de papier ordinaire. William C. Quantrill l'a accepté lui-même et a remercié Annie de tout son cœur. Les hommes de Quantrill ont ensuite donné 3 acclamations, agitant leurs chapeaux et donnant toutes les approbations, les honneurs et la reconnaissance à cette jeune fille du Missouri de 20 ans qui avait risqué sa vie pour faire ce cadeau à Quantril et ses hommes. Les hommes ont attaché le drapeau à un poteau de chêne de huit pieds, attaché avec 12 clous, et étaient assez fiers de ce drapeau ! Ce drapeau a été porté dans de nombreuses batailles, telles que Lawrence, Kansas, et a été criblé de nombreuses balles. Quantrill et ses hommes ont emmené ce drapeau dans le Kentucky à la fin de 1864, où le capitaine Quantrill et ses hommes ont ensuite été pris en embuscade par Edward Terrell et son détachement de cavalerie de tueurs à gages le 10 mai 1865. Le capitaine Quantrill est décédé plus tard des suites de ses blessures le 6 juin 1865 .

Sans aucun doute, l'amour d'Annie Fickle pour les hommes partisans du Missouri était vraiment sincère, et ce drapeau était en fait porté par le capitaine Quantrill et ses hommes par profond respect pour le courage manifesté par cette jeune fille du Missouri. Autrefois, ce drapeau avait semé la peur et la terreur dans les cœurs et les esprits des envahisseurs criminels yankees lâches, illégalement envahissants. Et, ainsi a commencé l'orthographe "Quantrell" dans les médias Yankee.

Mais qu'on se rassure, le galant Capitaine s'appelait QUANTRILL. Avec l'explication du drapeau d'Annie Fickle vérifiée, nous pouvons maintenant explorer d'autres preuves physiques définitives de la véritable orthographe du nom de William Quantrill.

Quantrill écrivait souvent à sa mère, qui vivait à Canal Dover, Ohio. Beaucoup de ces lettres et d'autres éphémères signés survivent encore. L'auteur de cette publication a examiné plusieurs de ces lettres authentiques.

Et dans chacune de ses signatures, le capitaine Quantrill signe son nom :


Quantrill - Rangers partisans du Missouri

Ceci est un autre style de Missouri Partisan Ranger Flag qui était porté par des hommes du Missouri qui montaient sous William C. Quantrill. Ces hommes ont roulé dur et ont défendu les citoyens innocents du Missouri contre le massacre et le carnage qui avaient été commis par les forces d'occupation envoyées par Abraham Lincoln. Bien que de nombreuses histoires du Nord considèrent les Partisan Ranger comme des broussailles, ils ne faisaient que mener la guerre type qui avait déjà été commise contre eux et leurs familles. Les troupes d'occupation du Kansas, de l'Iowa, de l'Illinois, du Michigan et du Wisconin ont violé, pillé, brûlé et détruit une grande partie de l'ouest et du centre-ouest du Missouri, et les Partisan Rangers étaient parfois la seule défense dont disposaient les habitants du Missouri.


ATM - Armée de Trans Mississippi
Drapeau de bataille du département

Bien qu'il ne soit pas entièrement un drapeau du Missouri, ce drapeau a été utilisé dans de nombreuses batailles, escarmouches et actions du Trans Mississippi par les armées confédérées du Trans Mississippi.


Irlandais dans l'armée confédérée

L'exposition permanente du Musée national d'Irlande Soldats et chefs : les Irlandais en guerre à la maison et à l'étranger de 1550 possède une vaste collection de prêts de musées du monde entier. Il s'agit notamment d'objets appartenant au major-général Patrick Cleburne (1828-1864) et au 10e régiment d'infanterie du Tennessee (irlandais) de l'armée confédérée, prêtés par le Tennessee State Museum. On estime que 20 000 soldats irlandais se sont battus pour l'armée confédérée et 160 000 dans l'armée de l'Union pendant la guerre civile. Alors qu'il y avait un certain nombre de régiments irlandais, y compris le « Fighting 69th », dans l'armée de l'Union, le seul régiment confédéré à être officiellement désigné comme irlandais était le 10e, levé à Nashville, Tennessee, en avril 1861. Sous le commandement du colonel Randall McGavock, un Irlandais-Américain, le régiment a combattu dans le théâtre occidental, combattant dans le Mississippi et le Tennessee. Lors de la bataille de Raymond, Mississippi, en mai 1863, 52 membres du régiment sont tués, dont le colonel McGavock. Le guidon du colonel McGavock, qui aurait marqué son emplacement pendant la bataille, est exposé dans l'exposition.
Sont également exposés les ustensiles de cuisine, la casquette militaire et la canne du major-général Patrick

Cleburne, qui était le général confédéré d'origine irlandaise le plus haut gradé. Né dans le comté de Cork, Patrick Cleburne a servi dans l'armée britannique avant d'acheter sa libération et d'émigrer aux États-Unis en 1849. Il s'est installé dans la ville d'Helena, Arkansas, en 1850, d'abord comme pharmacien, puis comme avocat. Cleburne s'est révélé un commandant intelligent et courageux tout au long de la guerre de Sécession et, comme le 10e régiment, a combattu dans le théâtre occidental. Il était surnommé le « Mur de pierre de l'Ouest » et il était bien connu pour avoir défendu la position controversée de l'enrôlement des esclaves en échange de leur liberté. Le général Cleburne a été tué en 1864 après un assaut frontal désastreux sur des positions retranchées contre les forces de l'Union à Franklin, Tennessee. Après trois ans d'exposition dans l'exposition Soldiers and Chiefs, les objets seront rendus au Tennessee State Museum en février 2010. HI

Lar Joye est conservateur d'histoire militaire au National Museum of Ireland (Arts décoratifs et histoire).


La muse de la guerre civile

(20 septembre 1809 - 29 septembre 1867)

Né en Virginie, Sterling Price a déménagé au Missouri en 1831 et s'est finalement installé à Keytesville, Missouri. Price s'est rapidement impliqué dans la politique du Missouri et, après une pause pour servir dans la guerre américano-mexicaine, est devenu gouverneur du Missouri en 1853. Lorsque la guerre de Sécession a éclaté, Sterling Price a été nommé major général et placé à la tête de la pro-sud du Missouri State Guard par le gouverneur du Missouri Claiborne Fox Jackson. Au début de la guerre, Price a mené la garde de l'État du Missouri à des victoires lors de la bataille de Wilson's Creek et de la bataille de Lexington, puis à la défaite lors de la bataille de Pea Ridge. En 1864, Price, alors major général de la Confédération, a mené un raid de cavalerie dans le Missouri qui a finalement abouti à une défaite écrasante.

Rôle avant la guerre civile

Sterling Price est né près de Farmville à Prince Edward Count, en Virginie. En 1831, Price et sa famille déménagent à Fayette, Missouri, puis un an plus tard à Keytesville, Missouri. Price a siégé à la Chambre des représentants de l'État du Missouri à la fin des années 1830 et au début des années 1840 et a été élu membre du Congrès américain représentant le Missouri.

Price a démissionné de son poste de membre du Congrès pour servir dans la guerre américano-mexicaine. Price a levé le deuxième régiment de la Missouri Mounted Volunteer Cavalry et a été élu colonel le 12 août 1846. Le président James K. Polk a promu Price au grade de brigadier général des volontaires le 20 juillet 1847. Après la guerre, Price a été démobilisé le 25 novembre , 1848, et retourna au Missouri.

De retour dans le Missouri, Price achète une ferme et cultive du tabac, devenant ainsi propriétaire d'esclaves. Le Missouri l'a élu gouverneur et il a servi de 1853 à 1857. Le 28 février 1861, Price a été élu président de la Convention de l'État du Missouri, qui finirait par voter contre la sécession.

Rôle de guerre civile

Initialement, Price était contre la sécession de l'État du Missouri. Mais cela a changé après le 10 mai 1861 et l'affaire du Camp Jackson. Le gouverneur du Missouri, Claiborne Fox Jackson, un sympathisant du sud, avait appelé la milice de l'État à s'entraîner. Ils ont établi le "Camp Jackson" à environ 4 à 5 miles de l'Arsenal Fédéral de St. Louis. Le capitaine fédéral Nathaniel Lyon, un abolitionniste ardent, a vu cela comme une menace pour l'arsenal fédéral et a forcé les miliciens à se rendre à sa Missouri Home Guard. En faisant marcher les prisonniers à travers Saint-Louis, une émeute a éclaté et de nombreux prisonniers ont été tués ou blessés.

Price a été scandalisé par l'affaire Camp Jackson. Le gouverneur du Missouri Jackson a placé Price à la tête de la garde de l'État du Missouri le 11 mai 1861. Le 11 juin 1861, Price a rejoint le gouverneur du Missouri Jackson pour rencontrer le brigadier général Nathaniel Lyon et le membre du Congrès du Missouri Francis P. Blair, Jr. Le but de la rencontre avait pour but de régler leurs différends et de calmer les émotions de part et d'autre. Lyon a fait irruption hors de la réunion, déclarant essentiellement la guerre à Jackson et à la garde de l'État du Missouri. En conséquence, la garde d'État du Missouri de Price battit en retraite avec Lyon à sa poursuite.

Price a dirigé la Missouri State Guard dans une série d'engagements contre les forces de l'Union de Lyon. La bataille de Boonville le 17 juin a abouti à une victoire de l'Union. Price a continué à se déplacer vers le sud. Price quitte temporairement la Missouri State Guard pour obtenir le soutien de la Confédération. Price forme une alliance avec le général confédéré Benjamin McCulloch et la milice de l'État de l'Arkansas. Ensemble, ils se sont déplacés contre l'armée de l'Union de l'Ouest de Lyon lors de la bataille de Wilson's Creek, qui a abouti à une victoire confédérée.

Après la retraite de l'armée de l'Union de l'Ouest à Rolla, Missouri, Price déplace la garde de l'État du Missouri vers le nord et engage les défenseurs de l'Union lors de la première bataille de Lexington (du 13 au 20 septembre 1861). Cela a abouti à une victoire pour Price et a gagné le contrôle sud de la vallée de la rivière Missouri à l'ouest d'Arrow Rock. Mais Price n'a pas pu garder le contrôle et a dû se déplacer vers le sud. Le commandant de l'Union Frémont avait envoyé des troupes pour reprendre le contrôle de la rivière Missouri.

Le gouvernement de l'État provisoire du Missouri a été adopté et le gouverneur Claiborne Fox Jackson a signé l'ordonnance de sécession le 31 octobre 1861. Peu de temps après, Price a démissionné de sa commission de la Missouri State Guard et a rejoint la Confédération en tant que major général.

En mars 1982, Price commanda ses troupes du Missouri dans le cadre des forces confédérées lors de la bataille de Pea Ridge en Arkansas. Le résultat fut une victoire de l'Union qui consolida le contrôle du Missouri pour les États-Unis. Plus tard cette année-là, Price et ses troupes du Missouri sont envoyés à l'est du fleuve Mississippi pour renforcer le général Albert Sydney Johnston. Bien qu'ils soient arrivés trop tard pour participer à la bataille de Shiloh, Price a mené ses soldats dans le cadre des forces confédérées lors de la deuxième bataille de Corinthe en octobre 1862. Cela s'est également soldé par une défaite pour la Confédération.

En 1863, Price demanda et fut transféré au département confédéré du Trans-Mississippi. En juillet 1863, Price commanda une division d'infanterie sous les ordres du lieutenant-général Theophilus H. Holmes lors de la bataille d'Helena. L'attaque globale a été mal coordonnée et a abouti à une victoire de l'Union. Plus tard cette année-là, Holmes est tombé malade et a pris un congé. Price est placé à la tête de toutes les forces confédérées de l'Arkansas.

À l'été 1864, Price reçut l'autorisation de monter un raid de cavalerie dans le Missouri. Le but du raid était de capturer des approvisionnements, mais plus important encore, d'attirer les forces de l'Union du théâtre oriental de la guerre, loin de Petersburg et d'Atlanta. Bien que le raid ait d'abord réussi à capturer de grandes quantités de fournitures, l'armée du Missouri de Price a été défaite de manière décisive à la bataille de Westport. Il a par la suite perdu une série de batailles et une grande partie de ses approvisionnements capturés en se retirant au sud de Westport. Sa retraite l'emmène à travers le territoire indien et le Texas. Après trois mois, Price revint finalement en Arkansas en décembre 1864 avec moins de la moitié des troupes avec lesquelles il avait commencé la campagne.

Rôle post-guerre civile

En 1865, Price se rend au Mexique et dirige une colonie confédérée en exil à Carota, Veracruz. Cette colonie échoua et Price retourna au Missouri, appauvri et en mauvaise santé. Sterling Price est mort du choléra alors qu'il vivait à St. Louis et est enterré au cimetière de Bellefontaine à St Louis, Missouri.


Le prix abandonne Iuka

Price savait qu'Ord était au nord-ouest de la ville, mais il voulait continuer à combattre Rosecrans le lendemain matin. Ses officiers lui ont expliqué que le fait qu'Ord ne s'était pas engagé dans le combat du 19 ne signifiait pas qu'il resterait en place le 20 et que les confédérés devraient quitter la ville avant de se retrouver pris au piège entre les forces de Grant. Price accepta, décidant qu'il devrait quitter Iuka et aller à l'ouest pour rejoindre Van Dorn. Aux premières heures du matin, l'armée de Price s'est échappée, se dirigeant vers le sud devant l'armée de Rosecrans sur la route que Rosecrans avait laissée ouverte. Le lendemain matin, Rosecrans et ses hommes ne trouvèrent personne pour se battre. Rosecrans a envoyé un détachement pour poursuivre les rebelles, mais Price s'en est sorti relativement indemne.

Rosecrans se demanda pourquoi Ord n'avait pas attaqué le 19, même s'il n'aurait pas dû être totalement surpris après son entretien avec les deux membres du staff de Grant.

Ni Ord ni Grant n'avaient entendu le rugissement de la bataille au sud d'Iuka, malgré les nombreuses heures de tirs de mousquet et de canon qui indiquaient un combat acharné. De plus, les hommes d'Ord n'ont rien entendu, bien que des détachements fédéraux dispersés le long du chemin de fer en service de garde aient entendu le bruit. Rosecrans n'a pas découvert les changements d'ordres jusqu'à ce qu'il ait parlé avec Ord le 20. Il était bien sûr furieux, et lui et Grant ne se sont jamais réconciliés.

Le plus gros problème était ce qui empêchait Ord et Grant d'entendre les bruits des combats. Rosecrans est resté convaincu qu'il avait été abandonné par Grant. Au cours des années suivantes, la réponse à la question des oreilles apparemment sourdes de nombreux officiers et hommes de l'Union a été identifiée comme une « ombre acoustique ». Le terme signifie essentiellement que les conditions météorologiques, y compris des facteurs tels que le vent, l'humidité, l'humidité et le terrain, pourraient dans certains cas bloquer les sons provenant d'endroits pas trop éloignés. Cette théorie a été testée et s'est avérée exacte.

L'étrange bataille d'Iuka s'est donc terminée, mise en évidence par une mauvaise communication et une situation météorologique particulière. Price a rejoint les forces confédérées avec Van Dorn et Grant a reconcentré ses troupes de l'Union à Corinthe, où Rosecrans a vaincu Price et Van Dorn les 3 et 4 octobre. Premiers efforts de Grant pour attaquer Vicksburg.

Michael B. Ballard, Ph.D., est coordinateur, Congressional and Political Research Center et archiviste universitaire, Mississippi State University Library.


Prix, sterling

Sterling Price, membre du Congrès américain, gouverneur du Missouri et général de division confédéré, est né dans le comté de Prince Edward, en Virginie, dans une famille de planteurs d'esclaves. Éduqué brièvement au Hampden-Sydney College, Price a lu le droit avant de déménager avec ses parents dans le Missouri en 1830. Là, il a cultivé du chanvre et du tabac dans une grande ferme près de Keytesville et en 1850, il possédait 19 esclaves.

Démocrate pro-esclavagiste de longue date, Price a été élu à la Chambre des représentants du Missouri et a été président de la Chambre avant d'être élu au Congrès en 1844. Il a quitté son siège pour diriger un régiment pendant la guerre du Mexique, au cours de laquelle il a reçu une promotion à brigadier général. En 1853, il a été élu gouverneur du Missouri et a effectué un mandat.

En 1861, sa popularité et sa politique modérée lui ont valu d'être élu président de la convention de l'État qui a voté massivement contre la sécession du Missouri, la seule délégation de ce type appelée dans un État qui a finalement voté contre la sécession. Lorsque les unionistes inconditionnels de Saint-Louis (en particulier le membre du Congrès américain Frank P. Blair et le capitaine Nathaniel Lyon) ont réprimé les sécessionnistes à Saint-Louis, Price a accepté le commandement général de la garde d'État du Missouri.

Price a signé un accord avec le commandant du département fédéral, William S. Harney, qui promettait la neutralité des deux côtés – un accord que les unionistes Blair et Lyon ont rapidement abrogé. Après l'échec de la célèbre conférence du 11 juin avec le gouverneur Claiborne F. Jackson et ces dirigeants fédéraux à St. Louis's Planters' House, Price a organisé et dirigé les troupes de l'État local dans une défense infructueuse contre l'expédition fluviale de Lyon, qui a capturé la capitale de l'État et gardé le Missouri dans l'Union.

Bien qu'il n'ait pas assisté à la défaite de la Garde d'État à la bataille de Boonville, Price rejoignit les troupes en retraite et les conduisit dans le coin sud-ouest de l'État, où il recruta, entraîna et arma une force plus importante. En fin de compte, Price commanda environ 12 000 gardes d'État enrôlés à Cowskin Prairie. Là-bas, Price convainc également le général confédéré Ben McCulloch d'entrer dans le Missouri depuis l'Arkansas afin d'attaquer Lyon, campé à Springfield.

Price marcha ensuite sur Lexington, où son armée assiégea et força la reddition d'une garnison fortifiée de 3 500 hommes composée de troupes fédérales et de la Home Guard.

Le 10 août 1861, lors de la bataille de Wilson's Creek à l'extérieur de Springfield, les forces combinées de Price et McCulloch battent Lyon, forçant le retrait des fédéraux. À Wilson's Creek, Lyon a obtenu la distinction peu enviable d'être le premier général de l'Union tué pendant la guerre. En septembre, Price a marché vers le nord, en provenance des comtés frontaliers du Kansas Jayhawkers sous le commandement de James H. Lane. Price marcha ensuite sur Lexington, où son armée assiégea et força la reddition d'une garnison fortifiée de 3 500 hommes composée de troupes fédérales et de la Home Guard sous les ordres de James A. Mulligan.

Pressé par les troupes de John C. Frémont, commandant du département de l'Ouest, Price se retira bientôt dans les comtés du sud, où il assista à la « session croupion » de la législature et vota pour la sécession à Neosho. Après une brève occupation du centre du Missouri, Price et ses troupes d'État se rendent dans un camp d'hiver près de Springfield, où ils passent au service confédéré et se replient en février dans l'Arkansas.

En mars 1862, Price rejoignit à nouveau McCulloch dans la nouvelle armée de l'Ouest, sous le commandement général du major-général Earl Van Dorn, pour chasser les forces fédérales dirigées par Samuel R. Curtis du nord de l'Arkansas.

Battus à la bataille de Pea Ridge les 6 et 7 mars 1862, Price et ses troupes se retirèrent avec Van Dorn dans le nord du Mississippi pour se défendre contre l'avancée des forces fédérales dirigées par Ulysses S. Grant. L'abandon du Missouri par les confédérés a amené Price à se rendre à deux reprises à Richmond, en Virginie, dans des tentatives infructueuses de convaincre le président Jefferson Davis de soutenir le Trans-Mississippi Theatre.

Price mena ses forces dans les défaites lors des batailles d'Iuka et de Corinthe avant d'être transféré à nouveau en Arkansas au printemps 1863. Après une attaque mal gérée sur Helena le 4 juillet, Price hiverna ses troupes à Camden. Alors qu'il participait en tant que commandement indépendant avec Edmund Kirby Smith contre les forces fédérales en Arkansas au printemps 1864, Price fit pression sur l'administration confédérée pour obtenir l'autorisation de mener une campagne dans le Missouri.

Price envahit le Missouri avec une force de 12 000 soldats, principalement composés de cavalerie, pour déstabiliser le contrôle de l'Union sur l'État, recruter des recrues et tenter d'influencer les élections contre le président Lincoln.

À l'automne 1864, Price envahit le Missouri avec une force de 12 000 soldats, principalement composée de cavalerie, pour déstabiliser le contrôle de l'Union sur l'État, recruter des recrues et tenter d'influencer les élections contre le président Lincoln. En septembre, Price perd du temps et des hommes dans une défaite à Pilot Knob avant de se diriger vers le nord pour menacer Saint-Louis. En infériorité numérique, il se dirigea vers l'ouest le long de la rivière Missouri, rassemblant des troupes et des fournitures en cours de route.

Finalement vaincus à Westport dans ce qu'on a appelé le «Gettysbourg de l'Ouest», Price et ses troupes se retirèrent fin octobre à travers le territoire indien (aujourd'hui l'Oklahoma) jusqu'au Texas. En décembre, lorsqu'ils retournèrent en Arkansas, il ne restait plus que 3 500 hommes de Price. Pendant l'hiver, il se querelle publiquement avec le gouverneur en exil du Missouri, Thomas C. Reynolds, à propos de la campagne du Missouri. À la fin de la guerre, plutôt que de se rendre, Price renvoya ses hommes et, avec un certain nombre de ses officiers, s'enfuit au Mexique, où ils fondèrent une colonie d'ex-confédérés nommée Carlota. La colonie sombra cependant et, en 1867, Price retourna en mauvaise santé à Saint-Louis, où il mourut du choléra.


Vendredi 22 janvier 2010

Premier raid de Marmaduke dans le Missouri - JAN 1863


La bataille de Hartville était la première action du 8e régiment de cavalerie MO nouvellement formé. Voici un résumé de la bataille. Une autre description est ici pour votre plaisir historique. Le comté rouge est le comté de Wright, Missouri. Le comté de Greene, où se trouve Springfield, est représenté sur la carte à droite.


Si vous suivez les liens ci-dessus, vous trouverez des descriptions assez justes de l'importance de cette bataille. Peut-être que ce passage de Wikipédia sur la bataille résume le mieux la situation :

" Des éléments des deux côtés ont observé l'autre se retirer du terrain à l'approche de la nuit, et tous deux ont revendiqué la victoire en conséquence. Les résultats réels ont été mitigés. Du point de vue du commandement de l'Union, ils avaient repoussé les assauts de Marmaduke infligeant de lourdes pertes, mais les fédéraux avaient été forcés de quitter le terrain. Du point de vue confédéré, Marmaduke avait réuni ses forces et sécurisé sa ligne de retraite. Il a installé un hôpital de campagne en ville et pouvait prétendre contrôler brièvement le terrain. Cependant, il a été contraint de faire une retraite rapide dans l'Arkansas De plus, les assauts frontaux avaient entraîné la mort ou des blessures mortelles de plusieurs officiers supérieurs de l'ASC, notamment : le commandant de brigade, le colonel Joseph C. Porter, le colonel Emmett MacDonald, le lieutenant-colonel John Wimer, et le major George R. Kirtley.

Le raid lui-même a causé une grande perturbation des forces fédérales dans la région et un certain nombre de petits avant-postes avaient été envahis, détruits ou abandonnés. Cependant, l'autre objectif majeur, le dépôt de Springfield, est resté entre les mains de l'Union. L'évasion réussie du groupe de raids préfigurait la vulnérabilité du Missouri fédéral aux expéditions rapides. »

En effet, ce n'était pas le dernier raid que le brigadier général Marmaduke entreprenait avec ses belles unités de cavalerie. En réalité, les unités impliquées, y compris le 8e régiment de cavalerie du Missouri, étaient bien vivantes dans le combat dans le département du Trans-Mississippi souvent négligé pendant toute la partie de la guerre d'indépendance du Sud. En fait, juste un an et demi environ après cette bataille sous le commandement du major-général Sterling Price, le plus grand mouvement de cavalerie sur le continent américain se produira - bien qu'avec des objectifs beaucoup plus grandioses que de prendre une armurerie à Springfield - Price's Raid of Fall 1864 avec le Armée du Missouri.



Légendes d'Amérique

Sterling “Old Pap” Price était avocat, planteur, homme politique, gouverneur du Missouri et général confédéré pendant la guerre de Sécession.

Price est né près de Farmville, en Virginie, le 20 septembre 1809. Il a grandi pour fréquenter le Hampden-Sydney College en 1826 et 1827, où il a étudié le droit et travaillé au palais de justice près de chez lui. Il a ensuite été admis au barreau de Virginie et a établi un cabinet d'avocats. À l'automne 1831, Price et sa famille déménagent à Fayette, Missouri. Un an plus tard, il déménage à Keytesville, Missouri, où il dirige un hôtel et un commerce. Le 14 mai 1833, il épousa Martha Head du comté de Randolph, Missouri et le couple aurait finalement sept enfants, dont cinq ont survécu jusqu'à l'âge adulte.

Pendant la guerre mormone de 1838, Price a été membre d'une délégation envoyée du comté de Chariton, dans le Missouri, pour enquêter sur les troubles signalés entre les saints des derniers jours et les foules anti-mormones opérant dans la partie ouest de l'État. Son rapport était favorable aux mormons, déclarant qu'ils n'étaient pas coupables, à son avis, des charges retenues contre eux par leurs ennemis. Following the Mormon capitulation in November 1838, Price was ordered by Missouri governor, Lilburn Boggs to Caldwell County with a company of men to protect the Saints from further depredations following their surrender.

He was elected to the Missouri State House of Representatives, serving from 1836–1838, and again from 1840–1844. He was then elected to as a U.S. Congressman, serving from March 4, 1845, to August 12, 1846, when he resigned from the House to participate in the Mexican-American War, where he served as a Brigadier General of Volunteers.

Battle of Wilsons Creek, Missouri in the Civil War

After returning from the war, he returned to politics, serving as the 11th Governor of Missouri from 1853 to 1857. When the Civil War began, Sterling Price was opposed to secession but, reversed himself after Federal militia, under Brigadier General Nathaniel Lyon, seized Camp Jackson near St. Louis, where the pro-secessionist militia had gathered. When he joined with the Confederates, he was given command of the Missouri State Guard and led his forces to two early Confederate victories, the first at, Wilson’s Creek near Springfield, Missouri on August 10, 1861, and the second at Lexington, Missouri in mid-September.

Price was commissioned a major general in the Confederate States Army on March 6, 1862, just before the Battle of Pea Ridge, Arkansas. His forces were defeated there and again at Iuka and Corinth in Mississippi. Price’s command fought a series of minor engagements during 1863 which had little effect on the war.

Then, in the fall of 1864, Price mounted one final campaign, a large-scale raid into Missouri and Kansas from his base in northern Arkansas. Price cut a wide swath of destruction across his home state but, was finally run to ground by two Union armies at Westport in present-day Kansas City and soundly defeated. Price and the remnants of his command then fled south into Indian Territory (Oklahoma) and finally Texas.

Price never surrendered after the war. He led his troops over the border and offered their services to Mexican Emperor Maximilian I, who refused them. Price then settled in a colony of former Confederates in Carlota, Veracruz. He was impoverished and in poor health when he returned to the United States in 1866. He died in St. Louis on September 29, 1867, and was buried in the Bellefontaine Cemetery in St. Louis, Missouri.


Légendes d'Amérique

The Battle of Westport, Missouri by Andy Thomas.

Price’s Missouri Expedition – August-October, 1864 – Also known as Price’s Raid, this expedition through Missouri and Kansas occurred in the Trans-Mississippi Theater of the Civil War in the fall of 1864. It was led by Confederate Major General Sterling Price, who started from Camden, Arkansas on August 28, 1864. The campaign’s intention was to recapture St. Louis and recover Missouri for the Confederacy. Early in the campaign, the Confederate forces won several victories, but the tides changed after they were defeated in Westport, Missouri. They then made their way to Kansas where they lost the Battles of Marais des Cygnes and Mine Creek before they were forced to retreat back to Missouri, and ultimately to Arkansas.

Price’s Raid through Missouri

Fort Davidson – September 27, 1864 – The first battle of Price’s Raid, the Battle of Fort Davidson, also called the Battle of Pilot Knob, took place in Iron County, Missouri. In September 1864, a Confederate army under Major General Sterling Price crossed into Missouri from Arkansas with the goal of capturing St. Louis. Union Brigadier General Thomas Ewing moved with reinforcements down the railroad to Ironton to slow Price’s advance. On the morning of September 27, 1864, the Confederates attacked, driving the Federals back into their defenses anchored by Fort Davidson. In the late afternoon, Price unsuccessfully assaulted the fort repeatedly, suffering heavy casualties. Price, considering the possible time involved, had dismissed the possibility of mounting guns on the high ground to compel the fort to surrender or to shell the garrison into submission. During the night, the Federals evacuated the fort. Price had paid a high price in lives and gave Union forces the necessary time to concentrate and oppose his raid. The Union victory resulted in 184 Union casualties and 1,500 Confederate casualties.

Fourth Battle of Boonville – October 11, 1864 – Taking place in Cooper County, Missouri on this was the second battle of Price’s Expedition. General Sterling Price’s Confederate forces arrived in Boonville, Missouri on October 10, 1864. Even though the town was largely sympathetic to the Confederacy, undisciplined members of Price’s force engaged in a two-day frenzy of looting that delayed their advance. In the meantime, Union forces were working on a strategy to defeat the Confederates. Union Brigadier General John B. Sanborn, who had been following Price and his men came upon Price’s rearguard on the outside of Boonville on October 11, but he was repulsed by Confederate Major Generals John S. Marmaduke and James F. Fagan. Sanborn then withdrew south of Saline Creek. On the same day, “Bloody Bill” Anderson and his bushwhackers arrived in Boonville with Union scalps dangling from their horses’ bridles. Appalled, ordered Anderson to remove the scalps immediately, and refused to speak to him until he did. Once Anderson complied, Price ordered him to take his men northward to break up the North Missouri Railroad. However, Anderson and other bushwhackers had already brought the railroad line to a halt, so he instead attacked and looted small towns and depots north of the Missouri River. On October 12, Price and his troops left Boonville.

Glasgow – October 15, 1864 – Part of Price’s Missouri Expedition, this battle occurred in Howard County on October 15, 1864. While Major General Sterling Price led his men westward across Missouri, he decided to send a detachment to Glasgow to liberate weapons and supplies in an arms storehouse, purported to be there. This combined mounted infantry, cavalry, and artillery force laid siege to the town and the fortifications on Hereford Hill. Before dawn on October 15, Confederate artillery opened on the town and Rebels advanced on Glasgow by various routes, forcing the Yankees to fall back. The Union forces retreated out of town and up the hill toward the fortifications on Hereford Hill. There they formed a defensive line in this area, but the Confederates continued to advance. Convinced that he could not defend against another Confederate attack, Colonel Chester Harding surrendered around 1:30 pm. Although Harding destroyed some Federal stores, Price’s men found rifle-muskets, overcoats, and horses. The Confederates remained in town for three days before rejoining the main column with new supplies and weapons and marching on towards Kansas City. The victory and capture of supplies and weapons were a boost to Price’s army’s morale. The Confederate victory resulted in 400 Union casualties and 50 Confederate.

Sedalia – October 15, 1864 – While Confederate Brigadier Generals John B. Clark and Joe Shelby were engaged in the Battle of Glasgow, General Price sent Brigadier General M. Jeff Thompson and elements of Shelby’s Iron Brigade, including about 1,500 men, to attack the town of Sedalia, Missouri. The Confederates defeated and captured the Missouri Union militia stationed there in two fortified redoubts, and then some of the Confederates troops began sacking the town. Realizing what was happening, Thompson ordered them to stop, permitting them to keep only the weapons, equipment, and horses he had already seized from the patroled defenders. Thompson and his men then left Sedalia to rejoin Price’s main force.

Missouri Soldier by Enoch Long

Lexington – 2 – October 19, 1864 – A battle of Price’s Missouri Expedition, this skirmish took place in Lafayette County on October 19, 1864. Major General Sterling Price’s march along the Missouri River was slow, providing the Yankees a chance to concentrate. Major General William S. Rosecrans, commanding the Department of the Missouri, proposed a pincer movement to trap Price and his army, but he was unable to communicate with Major General Samuel R. Curtis, commander of the Department of Kansas, to formalize the plan. Curtis was having problems because many of his troops were Kansas militia and they refused to enter Missouri, but a force of 2,000 men under the command of Major General James G. Blunt did set out for Lexington. On October 19, Price’s army approached Lexington, collided with Union scouts and pickets about 2:00 pm, drove them back, and engaged in a battle with the main force. The Yankees resisted at first, but Price’s army eventually pushed them through the town to the western outskirts and pursued them along the Independence Road until nightfall. Without Curtis’s entire force, the Yankees could not stop Price’s army, but they did further retard their slow march. Blunt gained valuable information about the size and disposition of Price’s army. The Confederate victory resulted in an unknown number of casualties.

Battle of the Little Blue River, Missouri Historical Marker

Little Blue River – October 21, 1864 – Also called the Battle of Westport, this battle, taking place in Jackson County on October 21, 1864, was part of Price’s Missouri Expedition. Price’s march along the Missouri River was slow, providing the Yankees a chance to concentrate. Major General William S. Rosecrans, commanding the Department of the Missouri, proposed a pincer movement to trap Price and his army, but he was unable to communicate with Major General Samuel R. Curtis, commander of the Department of Kansas, to formalize the plan. Curtis was having problems because many of his troops were Kansas militia and they refused to enter Missouri, but a force of about 2,000 men under the command of Major General James G. Blunt did set out for Lexington. He met the Confederate troops at Lexington on the 19th, slowed their progress, but was defeated and retreated. On the 20th, Blunt’s troops arrived on the Little Blue River, eight miles east of Independence. The Union forces prepared to engage the Confederates again in a strong defensive position on the west bank. Curtis, however, ordered Blunt into Independence while leaving a small force, under Colonel Thomas Moonlight, on the Little Blue. The next day, Curtis ordered Blunt to take all of the volunteers and return to the Little Blue. As he neared the stream, he discovered that Moonlight’s small force had burned the bridge as ordered, engaged the enemy, and retreated away from the strong defensive position occupied the day before, crossing the river. Blunt entered the fray and attempted to drive the enemy back beyond the defensive position that he wished to reoccupy. The Yankees forced the Confederates to fall back, at first, but their numerical superiority took its toll in the five-hour battle. The Federals retreated to Independence and went into camp there after dark. Once again, the Confederates had been slowed and more Union reinforcements were arriving. The Confederate victory resulted in an unknown number of casualties.

Independence – 2 – October 22, 1864 – Part of Price’s Missouri Expedition this skirmish took place in Jackson County on October 22, 1864.Major General Sterling Price’s army rode west in the direction of Kansas City. On the night of the 21st, he camped at Independence and resumed his westward march the next morning with Brigadier General Joe Shelby’s division in the lead followed by Brigadier General John S. Marmaduke’s division, with Brigadier General James Fagan’s division bringing up the rear. While Shelby’s men met success at Byram’s Ford, the other two columns did not fare as well. Major General Alfred Pleasonton’s Union force crossed the Little Blue, beat up a Rebel brigade in Fagan’s command, and occupied Independence. Marmaduke’s division then met Pleasonton about two miles west of Independence, hit the Federals hard, pressed them back, and held them at bay until the morning of the 23rd. Pleasonton’s actions, however, frightened Price and his army, and influenced them, after they had crossed the Big Blue, to send their wagon trains to Little Santa Fe on the Fort Scott Road. The Confederate victory resulted in 140 Confederate casualties, the number of Union casualties is unknown.

Battle of Byram’s Ford by Benjamin D. Mileham

Byram’s Ford – October 22-23, 1864 – Also called the Battle of Big Blue River this skirmish took place in Jackson County, Missouri as part of Price’s Missouri Expedition on October 22-23, 1864. Major General Sterling Price’s Army of Missouri was headed west towards Kansas City and Fort Leavenworth, Kansas. Major General Samuel R. Curtis’s Army of the Border, in and around Westport, was blocking the Confederates’ way west and Major General Alfred Pleasonton’s provisional cavalry division was pressing Price’s army’s rear. Price had nearly 500 wagons with him and required a good ford over the Big Blue River to facilitate the passage of his supplies. Byram’s Ford was the best ford in the area and became a strategic point during the fighting around Westport. On October 22, Major General James G. Blunt’s division held a defensive position on the Big Blue River’s west bank. Around 10:00 am on the 22nd, part of Brigadier General Joseph O. Shelby’s Confederate division conducted a frontal attack on Blunt’s men. This attack was a ruse because the rest of Shelby’s men flanked Blunt’s hasty defenses, forcing the Federals to retire to Westport. Price’s wagon train and about 5,000 head of cattle then crossed the Big Blue River at Byram’s Ford and headed southward toward Little Santa Fe and safety. Pleasonton’s cavalry was hot on the tail of Price’s army. Brigadier General John S. Marmaduke’s Rebel division held the west bank of the Big Blue at Byram’s Ford to prevent Pleasonton from attacking Price’s rear. Pleasonton assaulted Marmaduke at Byram’s Ford, around 8:00 am, on the 23rd. Three hours later, Marmaduke’s men had enough and fell back toward Westport. With Pleasonton across the river, he was now an additional threat to Price who was fighting Curtis’s Army of the Border at Westport. Price had to retreat south. The number of casualties in the Union victory is unknown.

Battle of Westport, Missouri by Andy Thomas

Westport – October 23, 1864 – Occurring in Jackson County, Missouri on October 23, 1864, this was part of Price’s Missouri Expedition. Confederate Major General Sterling Price’s Missouri Expedition had changed course from St. Louis and Jefferson City to Kansas City and Fort Leavenworth. As his army neared Kansas City, Major General Samuel R. Curtis’s Army of the Border blocked its way west, while Major General Alfred Pleasonton’s provisional cavalry division was closing on their rear. Price decided that he needed to deal with the two Union forces and decided to attack them one at a time. With Pleasonton still behind him, Price chose to strike Curtis at Westport first. Curtis had established strong defensive lines and during a four-hour battle, the Confederates hurled themselves at the Union forces but to no avail. The Rebels could not break the Union lines and retreated south. Westport was the decisive battle of Price’s Missouri Expedition, and from this point on, the Rebels were in retreat. Estimated casualties in the Union victory were 1,500 for both Union and Confederate.

Battle of Trading Post/Marais des Cygnes – October 25, 1864 – Three battles occurred within several hours of each other on October 25th, the first of which was the Battle of Marais des Cygnes. After losing the Battle of Westport, Price was in a headlong retreat, while being hotly pursued by Major-General Alfred Pleasonton’s Union cavalry.

The Union general caught up with the Confederates as they camped on the banks of the Marais des Cygnes River near Trading Post in Linn County, Kansas. After an artillery bombardment that began at 4:00 a.m., Pleasonton’s men launched a furious assault. Price ordered his troops to cross the swollen river, leaving Major General James F. Fagan to hold off the Federals until he could get his wagon train across. Although the Union captured two cannons and several prisoners, they were unable to prevent the escape of Price’s force. The number of casualties in the Union victory are unknown. Pleasonton continued his pursuit of Price, catching up with him again later that morning at Mine Creek.

Battle of Mine Creek, Kansas by Samuel J. Reader

Battle of Mine Creek – October 25, 1864 – The Battle of Mine Creek, Kansas, also known as the Battle of the Osage, was fought on October 25, 1864, as part of Price’s Raid. The second-largest cavalry engagement of the war, it was fought between two divisions of Confederate Major General Sterling Price’s Army of Missouri and two Federal brigades under the command of Colonels Frederick Benteen and John Finis Philips. About six miles south of Trading Post, the brigades of Benteen and Philips of Pleasonton’s division, overtook Price’s Confederates as they were crossing Mine Creek. The Southerners had been stalled as their wagons crossed the swollen ford, and they formed their line of battle on the north side of Mine Creek. Although outnumbered, the Federals commenced a mounted attack, led by the 4th Iowa Cavalry, which one participant described as bursting upon the Confederates “like a thunderbolt”, causing Price’s line to disintegrate “like a row of bricks”. Superior Union firepower and the ferocity of their attack made up for their inferior numbers, and Pleasonton’s cavalry forced Price to retreat once more. Approximately 600 of Price’s men, including two of his generals, John S. Marmaduke and Brig. General William L. Cabell, were captured, together with six cannon.

Marmaton River, Missouri courtesy Wikipedia

Marmaton River – October 25, 1864 – Also called the Battle of Shiloh Creek or Charlot’s Farm, this skirmish occurred on October 25, 1864, as part of Price’s Missouri Expedition. Following the Battle of Mine Creek, Major General Sterling Price continued his cartage towards Fort Scott. In the late afternoon of October 25, Price’s supply train had difficulty crossing the Marmiton River ford, and, like at Mine Creek, Price had to make a stand. Brigadier General John S. McNeil, commanding two brigades of Pleasonton’s cavalry division, attacked the Confederate troops that Price and his officers rallied, including a sizable number of unarmed men. McNeil observed the sizable Confederate force, not knowing that many of them were unarmed, and refrained from an all-out assault. After about two hours of skirmishing, Price continued his retreat and McNeil could not mount an effective pursuit. Price’s army was broken by this time, and it was simply a question of how many men he could successfully evacuate to friendly territory. There was an unknown number of casualties in the Union victory.

Newtonia – 2 – October 28, 1864 – Fought in Newton County on October 28, 1864, this battle was part of Price’s Missouri Expedition. Price’s force was in full retreat following its expedition into Missouri. On October 28, 1864, it stopped to rest about two miles south of Newtonia, Missouri. Soon afterward, Major General James G. Blunt’s Union troops surprised the Confederates and began to drive them. Brigadier General Joe Shelby’s division, including his Iron Brigade, rode to the front, dismounted, and engaged the Yankees while the other Rebel troops retreated towards Indian Territory (Oklahoma). Brigadier General John B. Sanborn later appeared with Union reinforcements which convinced Shelby to retire. The Union troops forced the Confederates to retreat but failed to destroy or capture them. The Union victory resulted in 400 Union casualties and 250 Confederate.


Voir la vidéo: Crise des sous-marins, quels effets économiques? A contrat historique, indemnités historiques (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Volkree

    Tout trafic étrange sera reçu.

  2. Chas Chunk A

    Cela me semble être une excellente idée. Complètement avec vous, je serai d'accord.

  3. Logan

    mortalité complète ---- et qualité

  4. Sancho

    Vous pouvez toujours trouver des compromis et arriver à une solution commune. Si vous n'aimez pas quelque chose, essayez autre chose.



Écrire un message