Podcasts sur l'histoire

Torri, Grand Sanctuaire d'Ise

Torri, Grand Sanctuaire d'Ise


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Le grand sanctuaire d'Ise est formé de deux sanctuaires majeurs : Naiku, où la déesse du soleil Amaterasu Omikami est enchâssée, et Geku, où la déesse de l'alimentation et de l'agriculture Toyouke-no-Okami est enchâssée.

Si vous visitez le grand sanctuaire d'Ise, vous devriez visiter ses deux sanctuaires, car en visiter un seul est considéré comme de mauvaises manières. Assurez-vous de prévoir suffisamment de temps pour visiter les deux.

Il y a un bon itinéraire à suivre pour prier dans ces sanctuaires. Les gens visitent généralement Geku d'abord, puis Naiku. Il faut environ 15 minutes en voiture de Geku à Naiku, et vous pouvez également prendre un bus.

Il y a aussi un autre ordre à suivre dans chacun des deux sanctuaires. Lorsque vous visitez Naiku, veuillez commencer par prier dans le bâtiment principal appelé goshogu, où Amaterasu est enchâssé, puis visitez les autres sanctuaires plus petits. Lorsque vous visitez Geku, veuillez commencer par le goshogu où Toyouke-no-Okami est enchâssé. Les zones sont très grandes. Si vous souhaitez visiter tous les autres sanctuaires plus petits, prévoyez au moins une heure de plus pour vous promener.

Prêtresses au Grand Sanctuaire d'Ise


1) Sanctuaire Fushimi Inari

La porte Romon du sanctuaire Fushimi Inari, Kyoto. Crédit photo : [chiffre] sur Flickr. Ce sanctuaire a été construit au 8 ème siècle par le Clan Hata. Il est dédié au dieu du riz et du saké, Inari, qui est également devenu associé à la prospérité des entreprises commerciales alors que l'agriculture est devenue moins importante pour l'économie japonaise.

L'attraction principale de ce sanctuaire est les incroyables sentiers qui mènent à travers la forêt boisée à flanc de montagne du mont Inari derrière les bâtiments du sanctuaire.

Il y a plus de 5000 portes de torii rouges qui chevauchent ces sentiers. Chacun d'eux est un cadeau des entreprises et des particuliers qui coûte au moins 40 000 yens. Le nom du donateur est inscrit au dos de chaque portail.

Les rangées de portes sont très denses et il faut les voir pour le croire. Les parcourir est une expérience incroyable. La randonnée jusqu'au sommet du mont Inari prend environ 2 à 3 heures, bien qu'il existe également des sanctuaires plus petits dotés de portes plus petites payées par ceux qui ont des budgets plus modestes.

Les sentiers comportent également de nombreuses statues de renards, qui seraient les messagers d'Inari. Avant de vous lancer dans l'incroyable randonnée dans la montagne, assurez-vous de vous arrêter aux bâtiments du sanctuaire pour voir l'immense porte Romon et faire un don à la salle du sanctuaire.

Vous pouvez rejoindre le sanctuaire Fushimi Inari en prenant la ligne JR Nara jusqu'à la gare JR Inari à Kyoto. Le sanctuaire est à quelques pas et l'entrée est gratuite.


Grand sanctuaire d'Ise

Ise Jingu est l'un des lieux les plus sacrés du Japon. Ce vaste complexe de sanctuaires, situé dans une forêt primordiale, abrite Amaterasu, déesse du soleil et ancêtre de la famille impériale.

On pense qu'il a été fondé il y a environ 2 000 ans (environ 5 avant notre ère) lorsque la princesse impériale Yamatohime-no-Mikoto, fille de l'empereur Suinin, a été envoyée pour trouver un endroit permanent pour construire un sanctuaire dédié à la déesse du soleil.

Une histoire impériale

Pendant 20 ans, elle a erré à travers les terres d'Ohmi (préfecture de Shiga) et de Mino (préfecture de Gifu sud) avant d'entrer enfin dans la province d'Ise (aujourd'hui préfecture de Mie). Quand elle est arrivée, Amaterasu a parlé en disant

"La Province d'Ise, du Vent Divin, est la terre où réparent les vagues successives du Monde Éternel. C'est une terre isolée et agréable. Dans cette terre, je souhaite habiter."

La princesse Yamatohime a fait construire le sanctuaire avec un petit palais à proximité où elle pourrait vivre et remplir le rôle de grande prêtresse. À partir de ce moment-là, pendant environ 1 300 ans, le rôle de grande prêtresse a été occupé par une femme célibataire de la lignée impériale.

En l'an 110 de notre ère, le légendaire prince Yamato Takeru (dont l'histoire est liée à la préfecture de Mie) avait été envoyé par son père, l'empereur Keiko, pour conquérir les barbares des provinces orientales. a rendu visite à sa tante, la princesse Yamatohime, qui était maintenant grande prêtresse depuis plus de 100 ans.

Il n'était pas revenu depuis longtemps de la conquête des barbares de l'ouest et craignait que son père, l'empereur Keiko, ne souhaite qu'il meure, car il était toujours envoyé en danger. Il lui a dit,

"Il doit sûrement être que le Souverain céleste pense que je peux mourir rapidement car après m'avoir envoyé pour frapper les méchants de l'Occident, je suis à peine remonté [dans la capitale] que, sans me donner une armée, il envoie maintenant repartis pour apaiser les méchants des douze circuits de l'Est. Par conséquent, je pense qu'il pense certainement que je mourrai rapidement."

La grande prêtresse le réconforta et lui donna les bénédictions d'Amaterasu. Elle lui a également offert la légendaire épée coupante d'herbe, Kusunagi-no-Tsurugi, l'un des objets mystiques qui forment la tenue impériale. Cependant, après avoir terminé avec succès sa mission, il mourra plus tard de maladie quelque part dans le nord de la préfecture.

Tout au long de son histoire, Ise Jingu a été une destination de pèlerinage incroyablement importante, formant l'un des itinéraires du sentier de pèlerinage de Kumano Kodo, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. En 965, l'empereur Murakami ordonna que ce soit le premier de ce qui deviendrait le Nijuni-Sha, 22 importants sanctuaires shintoïstes contenant des gardiens Kami (esprits ou dieux) auxquels des messagers seraient envoyés pour rapporter des événements importants.

Ise Jingu est en fait composé de deux zones principales. Le Naiku ou sanctuaire intérieur est l'endroit où Amaterasu est enchâssé et est le plus visité des deux. Le Geku ou sanctuaire extérieur est dédié à Toyouke-Omikami, un dieu de l'industrie et de l'agriculture.

Le Naiku et le Geku sont distants d'environ 6 km, mais il est facile de visiter les deux en une journée. En fait, beaucoup de gens marcheront entre les deux dans le cadre de leur pèlerinage. Traditionnellement, il faut d'abord visiter le Geku, mais la plupart des gens de nos jours vont directement au Naiku. Le Naiku lui-même est accessible via le célèbre pont Uji qui enjambe la rivière Isuzu aux eaux cristallines et sert à séparer le monde physique du monde spirituel.

Une fois passé le pont, le chemin tourne à droite, parallèle à la rivière. Passer par quelques grandes portes torii mène finalement au bassin de lavage des mains temizu-sha ainsi qu'à une petite clairière où vous pouvez atteindre les eaux de la rivière sacrée. Les visiteurs peuvent choisir de se laver rituellement les mains et la bouche en utilisant le temizu-sha ou au Mitarashi sur la berge à proximité.

La majorité de l'enceinte du sanctuaire est recouverte d'une forêt épaisse avec des allées creusées entre les arbres centenaires. Certains de ces géants ont été portés lisses par endroits au fil des ans alors que les visiteurs passent leurs mains sur leur tronc dans l'espoir de recevoir leur sagesse et leur force.

Les nombreux bâtiments et sanctuaires plus petits qui composent le Naiku sont également cachés parmi les arbres. Parmi ceux-ci, le seul bâtiment vraiment ouvert au public est le Kagura-den où les charmes et les bénédictions peuvent être achetés. Il existe également des salles spéciales pour que les prêtres se purifient avant de participer aux cérémonies et pour préparer la nourriture qui doit être offerte aux dieux.

L'un des sanctuaires, Mishine-no-Mikura est construit spécifiquement pour stocker le riz récolté spécialement pour les rituels. Un autre, appelé Kazahinomi-no-Miya, a été construit dans une petite clairière de l'autre côté de la rivière pour abriter une paire d'esprits du vent qui auraient créé les typhons qui ont détruit les flottes ennemies lors de la tentative d'invasion par les Mongols au 13ème siècle.

Au cœur de la forêt se trouve Kotai Jingu, le sanctuaire principal qui abrite Amaterasu ainsi que le Miroir Sacré, un autre des trois trésors de l'Imperial Regalia. En tant que l'un des bâtiments les plus sacrés de tout le Japon, le sanctuaire lui-même est interdit au public et caché derrière une haute clôture. Les visiteurs peuvent cependant s'approcher de la porte en montant une courte volée de marches anciennes et usées par le temps. Il est important de rester sur les côtés à l'approche du sanctuaire car le centre du chemin est réservé aux kami.

En vous promenant dans la forêt, vous ne pouvez pas vous empêcher de ressentir la sérénité et le mystère. Même les jours où il y a relativement beaucoup de monde, les allées de l'ère Meiji sont relativement calmes et silencieuses. Ce n'est que lorsque vous atteignez le Kotai Jingu et que vous faites la queue pour prier que vous commencez à vous sentir occupé. Et tout le quartier, y compris Naiku et Geku, est à peu près de la même taille que Paris.

Fêtes et Reconstruction

Une chose qui peut surprendre lors de la visite d'Ise Jingu est à quel point tout est nouveau, du pont Uji au Kotai Jingu lui-même. En effet, tous les 30 ans, tout le sanctuaire est reconstruit, toujours en bois de cyprès. On pense que cette tradition, appelée le Shikinen Sengu, a été lancée par l'impératrice Jito en l'an 692 et au cours des 1400 dernières années, a été reconstruite 62 fois. Il a été reconstruit pour la dernière fois en 2013, donc le prochain événement sera 2033. On ne sait pas avec certitude pourquoi le sanctuaire est reconstruit si régulièrement, mais la renaissance et le renouvellement sont des concepts importants au sein du shintoïsme.

Un sanctuaire d'une telle importance organise évidemment de nombreux festivals et rituels tout au long de l'année pour des événements tels que le Nouvel An et l'anniversaire de l'Empereur. En fait, on pense qu'il y a plus de 1 500 rituels effectués chaque année. Ses fêtes les plus importantes entourent cependant toutes la récolte. Quelques-uns se produisent au début de la saison de croissance pour prier pour une récolte réussie, mais le plus important a lieu en octobre lorsqu'ils remercient pour leur générosité.

S'il est facile de passer une journée entière à explorer le sanctuaire et ses bois mystiques, cela vaut la peine de passer du temps à explorer la vieille ville voisine d'Iseshi et son célèbre quartier Okage Yokocho. Ce quartier animé, avec ses bâtiments en bois sombre de style traditionnel, est l'endroit idéal pour trouver des souvenirs et déguster des spécialités locales.

Malgré son architecture de la période Edo, Okage Yokocho est en fait une reconstruction entièrement moderne construite en 1993. Il s'inspire du bourg d'origine de la période Edo qui a grandi près d'Ise Jingu pour accueillir les pèlerins alors que leur nombre atteignait leur apogée.

Les citations de Yamato Takeru et Amaterasu sont tirées de la traduction anglaise du XIXe siècle du Nihon Shoki par W.G Aston.

S'y rendre

Comme il n'y a pas de gare Shinkansen dans la préfecture de Mie, il est plus facile d'y accéder depuis Nagoya. Vous pouvez prendre la ligne Kintetsu depuis la gare de Nagoya directement jusqu'à la gare d'Iseshi, ce qui prend environ 80 minutes. De là, vous devrez prendre un bus à destination du Naiku qui prend environ 10 minutes.

Alternativement, vous pouvez prendre la ligne Kintetsu depuis la gare d'Osaka-Namba (100 minutes) ou la gare de Kyoto (130 minutes).


Culte et festivals

Le caractère sacré des sanctuaires signifie que les fidèles doivent se purifier ( oharai ) avant d'y pénétrer, généralement en se lavant les mains et la bouche avec de l'eau. Puis, lorsqu'ils sont prêts à entrer, ils font une petite offrande d'argent, sonnent une petite cloche ou frappent deux fois dans leurs mains pour alerter le kami, puis s'inclinent en disant leur prière. Un dernier coup indique la fin de la prière. Il est également possible de demander à un prêtre d'offrir sa prière. Les petites offrandes peuvent inclure un bol de saké (vin de riz), du riz et des légumes.

Comme de nombreux sanctuaires se trouvent dans des lieux d'une beauté naturelle comme les montagnes, la visite de ces sanctuaires est considérée comme un acte de pèlerinage,Mont Fuji étant l'exemple le plus connu. Les croyants portent parfois Omamori , aussi, qui sont de petits sachets brodés contenant des prières pour garantir le bien-être de la personne. Comme le shintoïsme n'a pas de vision particulière de l'au-delà, les cimetières shintoïstes sont rares. La plupart des fidèles sont incinérés et enterrés dans des cimetières bouddhistes.

Le calendrier est ponctué de fêtes religieuses pour honorer des kami particuliers. Lors de ces événements, des sanctuaires portables peuvent être emmenés sur des sites liés à un kami, ou il y a des défilés de chars colorés, et les fidèles s'habillent parfois pour se faire passer pour certaines figures divines.

Parmi les festivals annuels les plus importants figurent les trois jours Matsuri Shogatsu ou festival du Nouvel An japonais, la célébration bouddhiste Obon du retour des morts dans la maison ancestrale, qui comprend de nombreux rituels shintoïstes, et le matsuri local annuel lorsqu'un sanctuaire est transporté dans la communauté locale pour la purifier et assurer son bien-être futur. (27)


Reconstruire le sanctuaire

Les bâtiments du sanctuaire de Naikū et de Gekū, ainsi que le pont Uji, sont reconstruits tous les 20 ans dans le cadre de la croyance shintoïste de la mort et du renouveau de la nature et de l'impermanence de toutes choses et comme moyen de transmettre les techniques de construction d'un génération à la suivante. Le processus de renouvellement de vingt ans s'appelle le Sengu. En août, selon une longue tradition, les habitants d'Ise sont autorisés à entrer dans la zone autour du sanctuaire intérieur des Naiku ainsi que des Geku. Certains villages traînent un chariot en bois chargé de pierres blanches jusqu'à la rivière Isuzu jusqu'au Naiku. Chaque participant reçoit deux pierres blanches dans un mouchoir blanc et celles-ci lui permettent de placer les pierres dans la zone autour du sanctuaire intérieur. D'autres villages traînent une énorme voiture en bois ou Noburi Kuruma chargée de pierres blanches jusqu'au pont Uji à l'entrée du parc du Naiku. Les participants reçoivent deux pierres blanches qui sont également placées dans l'espace sacré autour du sanctuaire intérieur. Toute la tradition s'appelle Shiraisshiki et elle est très colorée, chaque participant portant un manteau « happi » représentant un village particulier. La reconstruction du sanctuaire principal a lieu sur un site adjacent à côté de l'ancien, et chaque reconstruction alterne entre les deux sites. La prochaine reconstruction prévue de Naikū est prévue en 2033 sur le site nord inférieur.

Avant la reconstruction des sanctuaires, un certain nombre de festivals sont organisés pour marquer des événements spéciaux. Le festival Okihiki se déroule au printemps pendant deux années consécutives et implique des habitants des villes environnantes traînant d'énormes bûches de bois dans les rues d'Ise jusqu'à Naikū et Gekū. Dans la perspective de la reconstruction de 2013, le festival Okihiki a eu lieu en 2006 et 2007. Un an après la fin du festival Okihiki, les charpentiers commencent à préparer le bois pour son utilisation éventuelle dans le sanctuaire.


Hachiman-zukuri (八幡造)

Aperçu de Hachiman-zukuri
Le style Hachiman-zukuri est l'un des styles architecturaux des sanctuaires au Japon.

Hachiman-zukuri, représenté par le sanctuaire Usa-jigu, est un pavillon de sanctuaire construit en interconnectant 2 bâtiments dos à dos.

On peut dire que le style Gongen-zukuri, illustré par le sanctuaire Nikko Toshogu, est également dérivé du style Hachiman-zukuri.

La structure
Deux bâtiments, un hall d'entrée et un hall d'arrière construits dans le style kirizuma-zukuri (un style architectural avec un toit à pignon) et hirairi (l'entrée d'un bâtiment construit parallèlement au faîte du toit, généralement sur le côté long de le bâtiment), respectivement, sont interconnectés dos à dos avec un Ainoma (salle du milieu située entre le hall principal Honden et l'oratoire Haiden) entre eux.

Le hall avant est appelé hall extérieur, , 細殿, 出殿 ou 出居殿, tandis que le hall arrière est appelé hall intérieur.

Une chaise est placée dans la salle antérieure, tandis qu'une plate-forme à 4 colonnes avec des rideaux est placée dans la salle postérieure, la chaise et la plate-forme servant à la fois de shinza (le siège de la divinité). On dit que le dieu se déplace vers la salle antérieure pendant la journée et se déplace vers la salle postérieure le soir.

Les toits
Des gouttières métalliques sont installées dans la vallée formée là où les avant-toits des halls antérieur et postérieur se rejoignent pour capter les eaux de pluie.

Les faîtes des pignons sont décorés de gegyo (planches de bois décoratives utilisées pour couvrir le faîte et les extrémités des pannes sur un pignon de toit).

Les colonnes
Les colonnes sont symétriques et il y a un nombre pair de colonnes sur les côtés droit et gauche.

Les murs
Il y a des doubles portes au centre de la façade et une porte supplémentaire de chaque côté de l'Ainoma.

Des vérandas entourent l'extérieur des bâtiments.

Les étages
Les sols de l'Ainoma sont en retrait conformément à un ancien rituel.


Grand sanctuaire d'Ise

Le grand sanctuaire d'Ise, officiellement connu sous le nom de Jingū, est un sanctuaire shintoïste composé d'un grand nombre de sanctuaires shintoïstes dédiés à la déesse du soleil Amaterasu, situé dans la ville d'Ise, qui fait partie de la préfecture de Mie au Japon. Comme il est centré sur les deux sanctuaires principaux, Naikū, également connu sous le nom de sanctuaire intérieur et Gekū, également connu sous le nom de sanctuaire extérieur.

Le sanctuaire intérieur est situé dans la ville d'Uji-tachiand et est dédié au culte d'Amaterasu, où on pense qu'elle habite. Le sanctuaire extérieur se trouve à environ 6 km (8 mi) du sanctuaire intérieur et est dédié à la déesse de la nourriture connue sous le nom de Toyouke. Outre ces deux, il existe 123 sanctuaires shintoïstes supplémentaires dans la ville d'Ise et ses environs, 91 d'entre eux étant connectés à Naikū et 32 ​​à Gekū.

Datant de la période Kofun, il est considéré comme construit entre le 3 et le 4 siècle, aujourd'hui les visiteurs peuvent assister à la magnifique architecture des bâtiments qui sont basés sur ceux qui ont été érigés au 7 siècle.

Le style architectural est connu sous le nom de shinmei-zukuri qui se caractérise par une extrême simplicité et antiquité, où les bâtiments du sanctuaire utilisent une variante spéciale de ce style appelée Yuitsu-shinmei-zukuri, qui ne devrait pas être utilisée pour d'autres sanctuaires.

Le fait intéressant est que les sanctuaires sont démantelés et de nouveaux construits sur un site adjacent selon des spécifications rigoureuses tous les 20 ans à des frais exorbitants, de sorte que les bâtiments seront toujours neufs et toujours anciens et originaux.

Construit à partir de cyprès japonais originaire du centre du Japon, il mesure 11 mètres sur 6 (36 mètres sur 20 pieds), et comme il est construit sur des piliers directement dans le sol, il y a un plancher surélevé, des vérandas tout autour du bâtiment et un escalier menant à une seule porte centrale.

Le toit est fait de roseau de chaume avec dix billettes situées sur le faîte du toit, et dont les planches de rive dépassent du toit pour former les embouts fourchus distinctifs à l'extrémité du faîte. Le faîte du toit est soutenu par deux colonnes autonomes appelées munamochi-bashira.

Les billettes, les embouts et les munamochi-bashira sont des formes stylisées de techniques de construction d'entrepôts plus anciennes qui datent d'avant l'introduction de l'architecture bouddhiste au Japon. Le bois des anciens bâtiments du sanctuaire est ensuite recyclé afin de reconstruire le torii, ou la porte du sanctuaire, et tout ce qui reste est également envoyé dans des sanctuaires à travers le Japon pour être utilisé pour reconstruire d'autres sanctuaires.

Chaque année, des festivals et des offrandes sont organisés, parmi lesquels le festival annuel le plus important est le festival de Kannamesai, qui a lieu chaque année en octobre. Les rituels accomplis pendant ce festival consistent à faire des offrandes de la première récolte de récoltes de la saison à Amaterasu, où un envoyé impérial porte à Ise l'offrande de riz récolté par l'empereur lui-même, ainsi que des tissus de soie à cinq couleurs et d'autres matériaux. , appelé heihaku.

Pourtant, il y a beaucoup d'adeptes qui font ce qui est considéré comme un voyage de pèlerinage afin d'offrir des prières pour la famille impériale, de visiter les sanctuaires, de voir la rivière Isuzu et aussi de rechercher un peu de paix et de bénédiction. Un véritable lieu important de l'histoire japonaise, qui mérite d'être connu à travers le monde.


Torri, Grand Sanctuaire d'Ise - Histoire

Une exploration de comment et pourquoi les lieux sont investis de SACRÉDITÉ et comment le SACRÉ est incarné ou manifesté à travers l'ART et l'ARCHITECTURE

Les arbres et les pierres ont longtemps été l'objet d'une profonde dévotion au Japon. À l'origine, il n'y avait pas de bâtiments de sanctuaire, mais un arbre, une forêt ou un gros rocher ou une montagne, festonné de cordes, seraient le centre du culte.

Au Japon, les forces mystérieuses de la nature, appelées ke, étaient censés imprégner la matière palpable et l'espace sans forme (collectivement appelés mono en japonais) pour créer mononoké. Mononoké a été vu pour fusionner dans les arbres et les pierres. Certains arbres, notamment le cryptomeria et le persistant sakaki, étaient considérés comme sacrés pour cette raison. Lorsqu'un de ces arbres a été abattu et que le bois a été utilisé dans la construction d'un sanctuaire, cette qualité sacrée était censée le suivre dans le bâtiment. L'arbre sacré lui-même était littéralement et symboliquement présent sous la forme d'un pilier ou d'un poteau autour duquel le sanctuaire était construit.

Le grand sanctuaire shinto d'Ise est construit au milieu d'une forêt dense d'arbres géants de cryptomeria à côté de la rivière Isuzu au pied du mont Kamiji et du mont Shimaji dans la préfecture de Mie [voir Préfecture de Mie] dans le sud de Honshu, au Japon. Traverser le pont Uji et traverser le grand torii porte marquant l'entrée du sanctuaire, un long chemin mène à Ise Jingu (Ise Grand Shrine).

Le sanctuaire se compose de deux groupes de bâtiments : le sanctuaire impérial (Kotai Jingu), également connu sous le nom de Naiku (sanctuaire intérieur), et le sanctuaire Toyouke (Toyouke Daijingu) qui constitue le Geku ou sanctuaire extérieur. Le Naiku est dédié à la Déesse du Soleil Amaterasu Omikami (Grande Divinité Illuminatrice du Ciel) et le Geku à la Déesse des Céréales Toyouke Omikami (Grande Divinité de la Nourriture Abondante). Chaque sanctuaire est composé d'un certain nombre de bâtiments, y compris des sanctuaires auxiliaires, des ateliers, des entrepôts, etc. Chaque sanctuaire a une enceinte intérieure avec un sanctuaire principal et deux sanctuaires annexes, ainsi que des trésors, des clôtures et des portes.

Les deux sanctuaires sont construits en bois et tous les vingt ans, ils sont entièrement reconstruits sur un site mitoyen. Le site vide du sanctuaire précédent (appelé le kodenchi) est parsemé de gros cailloux blancs. Le seul bâtiment sur le site vide, qui conserve son caractère sacré pendant les vingt années intermédiaires, est un petit hangar ou une cabane en bois (oi-ya) à l'intérieur duquel se trouve un poteau d'environ sept pieds de haut appelé shin-no-mihashira (littéralement la colonne auguste du cœur, ou plus librement traduit par poste central sacré). Le nouveau sanctuaire sera érigé au-dessus et autour de ce poste qui sont les objets les plus saints et les plus mystérieux du sanctuaire d'Ise. Ils restent cachés à tout moment.


Les oi-ya dans l'ancien sanctuaire du Naiku
[autre photo du même]

    l'érection d'un poteau unique au centre d'un espace sacré parsemé de pierres représente la forme prise par les lieux de culte japonais dans les temps très anciens le shin-no-mihashira serait ainsi la survivance d'un symbolisme d'un symbolisme très pimitif à nos jours.

Les bâtiments actuels reproduisent le temple reconstruit pour la première fois cérémonieusement en 692 de notre ère par l'impératrice Jito. Le premier temple avait été construit par son mari, l'empereur Temmu (678-686), le premier Mikado à régner sur un Japon uni.

L'empereur Temmu avait établi Ise comme le principal sanctuaire de culte du Japon impérial, mais le site lui-même et les arbres cryptomeria qui y poussaient étaient déjà sacrés avant cette date. La cryptomeria est un arbre associé aux sanctuaires shintoïstes. La principale plante sacrée du shintoïsme, cependant, est la sakaki (un arbuste apparenté au théier). Les shin-no-mihashira est considéré comme représentant une branche de la sakaki planté debout dans le sol.

Les chambres des sanctuaires sont élevées sur des pilotis en bois qui sont eux-mêmes analogues au poteau sacré central. Le toit n'est pas soutenu par les murs (bien que les chevrons reposent sur des pannes), mais la poutre faîtière est plutôt portée par deux grandes colonnes à chaque extrémité qui s'encastrent directement dans le sol sans aucune fondation.

Outre les arbres, au sanctuaire d'Ise se trouvent de nombreux sanctuaires subsidiaires de rochers de la mer qui sont considérés comme les demeures (iwakura ou demeures rocheuses) des divinités.


Grand sanctuaire d'Ise : le sanctuaire le plus sacré du Japon

Ise Grand Shrine est le sanctuaire shintoïste le plus sacré du Japon et remonte au 3ème siècle. Il est considéré comme le foyer spirituel des Japonais et de sa religion nationale Shinto.

Par John Asano 24 avril 2015 4 min de lecture

Ise Grand Shrine est le sanctuaire shintoïste le plus sacré du Japon et remonte au 3ème siècle. Il est considéré comme le foyer spirituel des Japonais et de sa religion nationale Shinto, et à ce titre accueille plus de six millions de pèlerins et de touristes chaque année.

Le grand sanctuaire d'Ise, également connu sous le nom d'Ise Jingu, est un complexe de plus de 125 sanctuaires situé dans la ville d'Ise, dans la préfecture de Mie. Il est centré autour des principaux sanctuaires de Naiku (sanctuaire intérieur) et Geku (sanctuaire extérieur).

Le sanctuaire extérieur est facile d'accès et se trouve à seulement 10 minutes à pied de la gare d'Ise-shi. Le sanctuaire intérieur est à plusieurs kilomètres, donc un bus depuis la gare ou le sanctuaire extérieur est votre meilleur choix.

Le sanctuaire intérieur (内宮) daterait du IIIe siècle et abriterait la déesse du soleil Amaterasu. Il est tenu dans une plus grande vénération que le sanctuaire extérieur. Cela est dû en partie au fait qu'il est censé abriter le miroir sacré de l'empereur (l'un des trois insignes impériaux). Le miroir sacré (Yata no Kagami) a été offert au premier empereur du Japon par la déesse du soleil elle-même. Cela fait du sanctuaire l'un des sites les plus importants et les plus sacrés du Japon.

Le sanctuaire extérieur (外宮) situé à environ 6 kilomètres du sanctuaire intérieur date du 5ème siècle.

Le sanctuaire est unique et un fait intéressant est que les bâtiments du sanctuaire à Naiku et Geku ainsi que le pont Uji sont reconstruits tous les 20 ans. Cela fait partie d'une importante croyance shintoïste de la mort et du renouvellement de la nature et de l'impermanence de toutes choses wabi-sabi.

Des imitations exactes des bâtiments du sanctuaire sont construites sur des sites adjacents en utilisant des méthodes et des techniques traditionnelles. Cela signifie que ces répliques exactes n'utilisent pas de clous, uniquement des chevilles en bois et des joints de verrouillage.

Une cérémonie spéciale est ensuite organisée pour transférer le kami (dieu du sanctuaire) dans sa nouvelle maison.

Le bois des anciens bâtiments du sanctuaire n'est pas mis au rebut, mais est recyclé afin de reconstruire le torii (porte du sanctuaire) à l'entrée du sanctuaire. Les restes de bois sont également envoyés dans des sanctuaires à travers le Japon pour être utilisés pour reconstruire leurs propres structures.

Photo : jpellgen

Les bâtiments actuels du sanctuaire ont été reconstruits en 2013 et nous avons eu le plaisir de visiter le sanctuaire à l'été 2014. Il y avait beaucoup de monde en raison du fait qu'il avait été récemment reconstruit, mais l'odeur des nouveaux bâtiments en bois était toujours dans l'air. et cela a ajouté au charme de notre visite.

Les principaux bâtiments du sanctuaire sont contenus au pied de collines densément boisées, ce qui rappelle beaucoup Meiji Jingu à Tokyo. Marcher dans les chemins de gravier menant aux différents bâtiments du sanctuaire est une expérience très spirituelle et vous permet de ressentir l'atmosphère incroyable de ce lieu sacré. Il est magnifique dans sa simplicité car vous êtes entouré de cyprès japonais verts et de structures de sanctuaire en bois.

Vous ne pouvez voir qu'une partie des principaux bâtiments du sanctuaire car ils sont presque complètement cachés derrière des clôtures en bois. Le sanctuaire intérieur ne peut être entré que par les membres de la famille impériale et quelques prêtres du sanctuaire sélectionnés. C'est un lieu si sacré que le prêtre en chef ou la prêtresse doit provenir de la famille impériale.

Vous n'êtes pas non plus autorisé à prendre des photos des principaux bâtiments du sanctuaire. Cela ne fait qu'ajouter au mystère et mystique de l'endroit.

J'ai réussi à apercevoir les principaux bâtiments du sanctuaire en jetant un coup d'œil par-dessus les clôtures et cela aide certainement d'être grand à cet égard. Les bâtiments sont de superbes exemples d'architecture pré-bouddhique et il est dommage qu'ils ne puissent pas être vus. Vous pouvez avoir une bonne idée de ce à quoi ils ressemblent en regardant l'un des bâtiments du sanctuaire de moindre importance, car ce sont des répliques exactes, mais construits à plus petite échelle.

Le style architectural des bâtiments est le shinmei-zukuri, un style caractérisé par une extrême simplicité et antiquité.

La porte principale du sanctuaire torii qui mène au célèbre pont Uji est un point culminant de toute visite. Les vues depuis le pont en bois de 100 mètres sur les montagnes voisines et la rivière Isuzu en dessous sont à couper le souffle. Traverser le pont et l'entrée de Naiku dans le sanctuaire intérieur, c'est comme entrer dans un autre temps et un autre lieu et ce sont des souvenirs qui resteront avec moi pour toujours.

Ise Grand Shrine est vraiment un lieu spirituel situé dans une belle partie du Japon entouré de forêts et de montagnes anciennes.

INFORMATIONS

Adresse : 1 Ujitachi-cho, Ise-shi, préfecture de Mie 516-0023
Entrée : l'entrée dans l'enceinte du sanctuaire est gratuite
Horaires : Ouvert de l'aube au crépuscule
Fermé : Pas de jours de fermeture
Téléphone : +81-596-24-1111

Le grand sanctuaire d'Ise est situé dans la ville d'Ise et est facilement accessible depuis Osaka et Nagoya. Depuis Osaka, vous pouvez rejoindre Ise via un train Kintetsu en 100 minutes environ. Depuis Nagoya, vous pouvez prendre un train JR ou Kintetsu. Le Kintetsu est le plus rapide des deux et dure environ 80 minutes.

Si vous venez de Tokyo, une bonne option est le bus de nuit exploité par Sanco.


Voir la vidéo: Olivier Latry - Apparition de l église eternelle (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Chancellor

    OPADDDDDD

  2. Jomei

    Vous avez rapidement pensé à une telle réponse incomparable?

  3. Reznik

    Qu'est-ce qui en découle?

  4. Faegrel

    Bravo, quels mots ..., une idée brillante



Écrire un message